Histoire vécue Famille - Enfants > Adolescence > Psychologie      (1642 témoignages)

Préc.

Suiv.

Est on obligé d aimer ses parents ?( vu dans psycho)

Témoignage d'internaute trouvé sur sante-az.aufeminin - 07/10/11 | Mis en ligne le 11/04/12
Mail  
| 245 lectures | ratingStar_239800_1ratingStar_239800_2ratingStar_239800_3ratingStar_239800_4
Est-on "obligé " d'aimer ses parents ? (Annie, 40 ans). La réponse de Catherine Marchi. Par définition on ne peut pas "s'obliger" à aimer, l'amour est un sentiment qu'on éprouve ou pas ! Il n'y a pas d'obligation à aimer ses parents, par contre, nous sommes dans obligation de respecter ceux qui nous ont donné la vie et qui nous ont élevé. Cela signifie respecter leur histoire, respecter ce qu'ils sont, respecter leurs failles, reconnaître ce qu'ils nous ont transmis. Accepter qu'ils ne soient pas comme nous aurions voulu qu'ils soient, renoncer à exiger d'eux ce qu'ils sont incapables de donner. Comme vous le voyez, le respect n'a rien à voir avec l'amour. Il est d'usage de penser que l'amour entre les enfants et leurs parents va de soi, c'est une évidence, un fondement de notre société occidentale. Mais contrairement à ce que l'on voit à longueur de films publicitaires, être de la même famille ne signifie pas forcément s'aimer. Tout dépend des relations qui vont se tisser entre les uns et les autres. Les sentiments entre enfants et parents, entre frères et surs peuvent être emprunts d'indifférence voire parfois même de haine… Il nous arrive à tous, à un moment ou à un autre de notre histoire, d'en vouloir à nos parents, de les rejeter, de ne plus les aimer parce qu'ils ne nous comprennent pas, qu'ils nous déçoivent ou qu'ils nous imposent leur loi, tout simplement. Ces mouvements agressifs envers nos parents alternent avec des élans de tendresse, de complicité et de confiance. Cette ambivalence naturelle est source d'une grande culpabilité, mais elle nous aide à grandir, à prendre nos distances, à devenir autonome. Il peut arriver aussi que cette alchimie qui fait la richesse des relations familiales ne prenne pas et que les seuls liens qui existent soient teintés d'incompréhension réciproque, de silence, de froideur, de rejet. Catherine Marchi, psychologue clinicienne, est diplômée de l'Université René Descartes Paris V.
  Lire la suite de la discussion sur sante-az


239800
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Plan cul ou futur relation amoureuse - relations amoureuses

image

Voila je me lance à écrire parce que mon histoire me pèse beaucoup et j'aimerais avoir l'avis de personnes extérieurs. Il y a un an demi (été 2012) , j'ai rencontré un homme, à une fête de famille (c'est le meilleur ami de mon cousin) , on...Lire la suite

Histoire de fou qui me detruit... - affaires de couples

image

Je préférais à première vue me poser les questions trop top plutôt que trop tard, mais c'est vrai, il y a un temps pour tout. Je suis conscient de ce qui peut se produire, je ne veux pas que ça se produise, je verrais au moment venu ce qu'il en...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages