Histoire vécue Famille - Enfants > Adolescence > Psychologie      (1642 témoignages)

Préc.

Suiv.

Mon fil me vol

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 16/02/11 | Mis en ligne le 07/05/12
Mail  
| 345 lectures | ratingStar_252043_1ratingStar_252043_2ratingStar_252043_3ratingStar_252043_4
Ok… Il me semble évident, pour avoir moi-même une soeur aînée d'un an de plus qui elle aussi était très bonne en classe, et des cousins dans le même cas, que ton fils souffre de ce que j'appellerais le "syndrôme du couvercle". Typique du deuxième enfant, du même sexe que l'aîné avec très peu de difference d'âge, il se sent invisible, moins interessant que son brillant aîné. Alors il cherche comment lui aussi pourrait avoir l'impression d'exister. Ça apparaît vers 7-8 ans et culmine à l'adolescence. Moi je suis devenue garcon-manqué (sur trois filles, c'était une bonne tactique !!! Sauf que ma mère n'aimait pas… ) , j'ai cherché refuge dans les livres et la nature. Mon cousin a fait le pitre en classe toute sa scolarité, et à l'adolescence, bêtise sur bêtise… A une époque, ma mère étant depressive donc jamais disponible pour moi (je ne sais pas si tu l'es mais tu ne dois pas être très disponible avec 5 enfants dont deux bébés) il m'est aussi arrivé de piquer dans son porte-monnaie pour m'acheter des bonbons ou de "voler" du chocolat dans le placard… C'est le pire que j'ai fait mais j'avais choisi une autre methode que mon cousin ou ton fils, de part mon temperament et la maladie de ma mère… Maintenant, comment faire pour que ça change ? Pfff… je serais bien en peine de te donner des recettes miracle. Pour mon cousin, Son père le dénigrait en disant qu'il était comme lui et que comme lui avait toujours été nul à l'école, mon cousin n'arriverait à rien non plus Il disait aussi que sa mère -cadre- ne s'occupait pas assez de lui donc c'était sa faute à elle s'il faisait des bêtises… Dans ce discours, le père legitimait le comportement du fils et le poussait plus ou moins à continuer… Tu ne nous as pas encore parlé du père de tes enfants, quelle est son attitude ? J'ai toujours eu d'excellentes relations avec mon cousin, du moins quand il était petit parce qu'après on s'est un peu perdu de vue, mais quand on se voyais j'étais SA cousine preferée, il ne me quittait pas d'une semelle, il a même voulu se faire baptiser pour m'avoir comme marraine… Malheureusement il s'est fait virer des cours de cathé pour pitreries, bref. Tout ça pour dire que je pense que mon cousin, comme moi à son âge, avait besoin d'être vu et d'exister sans son frère comme couvercle. C'est penible tu sais, de grandir avec quelqu'un qui est juste devant toi et que tu n'as aucune chance de dépasser, et qui te fait de l'ombre. Quand j'ai eu mon bac, mes parents m'ont juste dit "c'est bien". Ma soeur l'avait eu avant moi avec mention alors… Quand elle a eu 20 ans, grosse fête surprise. Pour moi, rien de plus que pour les 19 ans. C'était toujours pareil. Pour apprendre l'anglais, pour jouer du pipeau, pour faire du vélo, tout. Pour elle tout était important car première fois pour toute la famille, grands-parents compris. Moi j'arrivais après et c'était normal. J'aime beaucoup ma soeur et nous avons été très proches à l'adolescence surtout, ce n'est donc pas de la jalousie, mais juste une deception permanente que tout ce qu'on fait est taxé de normal alors qu'on attendait les mêmes félicitations que pour l'aîné (e). Moi je me suis résignée à ne jamais être approuvée ni encouragée par mes parents, j'ai attendu de pouvoir partir de la maison et vivre ma vie. Mon cousin a opté pour la révolte en se faisant remarquer negativement… jusqu'au bac qu'il a décroché avec mention après une scolarité lamentable. Pour moi il aurait suffit de pas grand chose je crois. Que mes parents me voient telle que j'etais au lieu de toujours me comparer à ma soeur, où à ce qu'eux voulaient que je sois. Qu'ils s'interessent à moi, ce que je faisais. Qu'on puisse faire des choses à deux avec l'un de mes parents. Avoir l'impression de compter… Les entendre parler de ce que je faisais de bien au lieu de critiques ou moqueries incessantes… ça prend du temps et necessite qu'il y ait un intérêt réel de la part des parents. Ma mère n'a pas pu me donner ça du fait de sa depression et de ses propres centres d'intérêt très eloignés des miens. Avec mon père ça a pu se faire mais beaucoup plus tard, j'avais 22 ans. Voilà mon experience sur je sujet, j'espère que ça peut t'aider à y voir plus clair et à trouver des solutions pour vous.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


252043
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Plan cul ou futur relation amoureuse - relations amoureuses

image

Voila je me lance à écrire parce que mon histoire me pèse beaucoup et j'aimerais avoir l'avis de personnes extérieurs. Il y a un an demi (été 2012) , j'ai rencontré un homme, à une fête de famille (c'est le meilleur ami de mon cousin) , on...Lire la suite

Histoire de fou qui me detruit... - affaires de couples

image

Je préférais à première vue me poser les questions trop top plutôt que trop tard, mais c'est vrai, il y a un temps pour tout. Je suis conscient de ce qui peut se produire, je ne veux pas que ça se produise, je verrais au moment venu ce qu'il en...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages