Histoire vécue Famille - Enfants > Adolescence > Relation parents-adolescent      (428 témoignages)

Préc.

Suiv.

Adolescence : conflits et scolarité

Témoignage d'internaute trouvé sur vivelesrondes 36 ans
Mail  
| 2352 lectures | ratingStar_416_1ratingStar_416_2ratingStar_416_3ratingStar_416_4

Ah, les joies de l'adolescence… cette période où quoi que tu dises, tu n'y comprends rien et où, à leur avis tu as forcément tort. Ils savent tout, ont raison sur tout.

Nous forcément, nous sommes vieux alors comment pouvons nous les comprendre ?

Je me rappelle de la période primaire, sixième. Le dialogue est plus facile, on y arrive mais c'est souvent en cinquième qu'ils commencent à rejeter les parents.

A cette période là, tu remets en question sérieusement leur "capital confiance". Et moi, j'applique le bon vieil adage : la confiance n'exclut pas le contrôle ! (seul moyen que j'ai trouvé pour garder un peu d'autorité et d'équilibre).

A partir de cet âge, il faut savoir manier avec art, la carotte et le bâton ! Pas facile, crois moi.

Ils ont leur monde, commencent à découvrir certaines choses, ont des envies d'indépendance et de liberté qu'on ne peut pas forcément leur accorder. Donc conflits supplémentaires.

Vient s'ajouter certains enjeux, comme l'orientation, et là, la scolarité prend une toute autre importance. C'est leur future vie professionnelle, leur "avenir" qu'ils jouent.

Alors, on ne peut pas se permettre de lâcher la bride. Il faut doucement leur faire comprendre qu'entre leur "rêves" et leur possibilités, il y a une différence et que si malgré tout, ils veulent réaliser leur rêve, il faut s'accrocher et bosser encore plus dur. Et ça, pour que ça rentre dans leur petite tête, il en faut du dialogue et de la patience…

Il faut savoir respecter leur désir de liberté dans certains domaines tout en gardant le contrôle sur d'autres… un vrai casse tête.

Alors, j'applique la méthode suivante : tu veux avoir ? Eh bien tu bosses, sinon on ferme le robinet ! Et en le fermant si nécessaire (suffit pas de dire, il faut faire) … ta vie va être un enfer.

Evidemment, en gardant le dialogue ouvert. Ne surtout pas perdre le contact.

En leur faisant prendre conscience que c'est leur avenir qui se joue (oui, dès la sixième).

Bref, la carotte et le bâton toujours et encore.
  Lire la suite de la discussion sur vivelesrondes.com


416
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Je suis misanthrope

image

Bonjour à tous, Je m'appelle XXXX, j'ai 17 ans, bientôt 18, et je suis très intéressé par les cas psychologiques les plus originaux. Y compris moi. Car, pour faire cour, je suis le plus grand mystère que je n'ai jamais rencontré, et pourtant,...Lire la suite

Perdu

image

Bonjour à toutes et à tous, et avant tout bonne année. Sur ce, je vais directement commencer mon histoire et vous expliquer mon problème. En effet, j'ai actuellement 17 ans, j'habite à Paris, et je suis proche de mes 18. Mes parents sont...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages