Histoire vécue Famille - Enfants > Adolescence > Relation parents-adolescent      (428 témoignages)

Préc.

Suiv.

Le temps passe sans me regarder

Témoignage d'internaute trouvé sur forumfr - 06/03/10 | Mis en ligne le 25/05/12
Mail  
| 300 lectures | ratingStar_258920_1ratingStar_258920_2ratingStar_258920_3ratingStar_258920_4
J'ai un sentiment, un ressenti étrange ce soir. Je ne me sens pas mal mais pas bien non plus. Je crois et crains ne plus savoir où j'en suis vraiment. Le temps s'écoule lentement, et je ne profite pas, ne prends pas plaisir, à encombrer de ma présence cette pauvre Terre. Me direz-vous, j'ai une petite crise d'adolescence ou simplement un coup de blues. Mais moi, ce genre de chose me révolte. Pourquoi le bonheur est-il donc si égoïste ? Au fond, les autres le méritent-ils plus que moi ? Mon caractère enfantin me pousse à avoir ce point de vue puéril. On est comme on est, finalement. Alors pourquoi ne puis-je pas être comme chacun, un être simplement au milieu des autres, enchanté à l'idée de revoir ses camarades les jours de cours ? Pourquoi je hais tellement être puritain en défiant pour rien ? Pourquoi je ne peux accepter de suivre une logique commune au lieu de susciter la bizarrerie que même ma mère me trouve ? Autant de question qui reste sans réponse, autant de justification qui me manque pour arriver enfin à comprendre qui je suis. Car n'est ce donc pas la recherche de chacun que de se trouver, afin de comprendre atouts et faiblesses ? Il existe cependant une certaine moralité dans ce monde : la différence surement inexistante pousse à un léger rejet, à un léger retrait. Différence renforcée par un manque de confiance nait entre un couple charmant : timidité et laideur ne font qu'un. Un jugement certainement subjectif, un jugement surement trop critique et pessimiste par rapport à la réalité. Mais cette réalité en question laisse penser cette chose. Je fais une crise d'adolescence, ma raison est puérile, mon histoire n'est que dans ses premières lignes, mais mon sentiment en cette soirée enneigée est de l'ordre de la déprime. Encore une fois, voici le récit d'un jeune sourd, d'un jeune niais et futile, et malheureusement, d'un semblant d'homme, jamais content, souhaitant toujours plus. Je ne vois pas mon rôle dans le sang du monde, mais dans son c¿ur.
  Lire la suite de la discussion sur forumfr.com


258920
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Je suis misanthrope

image

Bonjour à tous, Je m'appelle XXXX, j'ai 17 ans, bientôt 18, et je suis très intéressé par les cas psychologiques les plus originaux. Y compris moi. Car, pour faire cour, je suis le plus grand mystère que je n'ai jamais rencontré, et pourtant,...Lire la suite

Perdu

image

Bonjour à toutes et à tous, et avant tout bonne année. Sur ce, je vais directement commencer mon histoire et vous expliquer mon problème. En effet, j'ai actuellement 17 ans, j'habite à Paris, et je suis proche de mes 18. Mes parents sont...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages