Histoire vécue Famille - Enfants > Adolescence > Relation parents-adolescent      (428 témoignages)

Préc.

Suiv.

Perdu

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 08/01/13 | Mis en ligne le 29/04/14
Mail  
| 392 lectures | ratingStar_525883_1ratingStar_525883_2ratingStar_525883_3ratingStar_525883_4
Bonjour à toutes et à tous, et avant tout bonne année. Sur ce, je vais directement commencer mon histoire et vous expliquer mon problème. En effet, j'ai actuellement 17 ans, j'habite à Paris, et je suis proche de mes 18. Mes parents sont séparés depuis 5 ans et divorcés depuis 1 an (officiellement) , et sont en conflit depuis ce moment (même bien avant). Mon frère (14 ans) et moi même sommes au centre de ce dernier. Depuis que je suis au collège j'ai toujours peu travaillé à l'école mais j'ai tout de même réussit, j'ai eu mon brevet et mon bac (plutôt bien d'ailleurs puisque j'ai obtenu une mention) , mais ma mère semble toujours insatisfaite. Ceci aussi bien au niveau des taches de la maison (mettre le couvert aider à faire à manger, ranger sa chambre etc.) que de mes résultats en études supérieurs (qui sont plus que corrects à l'heure actuelle). Le fond du problème a commencé il y a maintenant 3 ans lorsque j'ai fait ce que tout le monde appelle une "crise d'adolescence" particulièrement violente. En effet, j'ai été chez un psychologue, qui a décrété que cela venait du fait que j'étais surdoué. Je suis passé par tout, cris, et mêmes bagarres avec mes parents (rien de grave je me suis juste pris une ou deux claques que j'ai plutôt mal encaissé et je me suis enfuis dans ma chambre en claquant la porte) , je me suis réfugié sur les jeux vidéos en lignes tels que World of Warcraft ou autres. Mais j'ai l'impression que ma mère ne me l'a toujours pas pardonné (je vis chez elle depuis le divorce et je vois mon père un weekend sur deux). Il y a deux ans, ma mère m'a blessé en me disant que le divorce était principalement de ma faute parce qu'ils ne me supportaient pas. Lors du jugement je me suis rendu compte que ni ma mère ni mon père ne se battait pour notre garde (je suis allé voir l'avocate qui me l'a fait comprendre, et c'est pour cela que le jugement du divorce est tombé il y a un an a peine). Dès lors je me suis sentit mal dans ma peau (peut-être est-ce le principe de l'adolescence me direz vous) , mais ça ne m'a jamais quitté depuis. Dès que je suis seul chez moi, je suis prit d'angoisses, j'ai rompu de nombreux liens d'amitiés par peur de sortir (de me faire taper, de me faire racketer, des transports en communs, etc.). Il y a deux ans (toujours) ma mère m'a demandé explicitement de rester seul à la maison pendant qu'elle partirait avec mon beau père et mon frère. Il s'en est suivit une engueulade musclée ou elle m'a tapé, et fait plutôt mal (elle reste imposante et moi plutôt mince) j'ai été "obligé" (probablement paniqué) de me défaire assez violemment et je pense que je lui ai fait mal puisque depuis ce jour, je ressent de la peur dans ses yeux à chaque fois que je la regarde. Depuis, de nombreuses menaces de pensionnat, de "si t'es pas content va vivre chez ton père", et ainsi de suite. Je vous passe sous silence les nombreuses insultes que nous nous sommes envoyés et engueulades musclées qui ont recommencées (oui je lui ai répondu et je n'en suis pas fier, mais je ne savais pas quoi faire). Maintenant pourquoi ne vais-je pas vivre chez mon père me direz-vous. Parce que celui-ci a tout perdu depuis le divorce et l'ambiance chez lui est morose, il est devenu dépressif (il nous l'a clairement dit) et cela me déplaît (étant donné que je suis un garçon plutôt empathique). Mais pour moi, voir mon père encore souffrir de cela est encore pire que rester chez ma mère. Il y a maintenant 1 an, ma mère a accepté pour une fois de m'emmener en vacances, aux anges nous allons au ski. Elle s'y casse violemment la jambe. De nombreuses opération ont annoncé qu'elle ne pourrait plus jamais marcher comme avant. Elle vient tout juste de ressortir de sa cinquième opération et n'y retournera pas. Depuis cet incident, elle est plus intolérante que jamais, ne veut aucune résistance, et se désigne ouvertement comme (je cite) "le maître de la maison" et fait "ce qui [lui] plait ici et tant pis si ça nous dérange". Cela vise principalement à m'insulter de "petit con" et de "fou à faire interner" parce que j'essaie de savoir ce qui ne va pas de temps en temps. Je suis avec ma petite amie depuis 2 ans maintenant. Ses parents me connaissent et tolèrent ma présence chez eux de temps en temps (pour une soirée ou une nuit en weekend). Il y a 1 mois de cela c'était notre anniversaire à elle et moi, j'ai donc décidé de lui offrir un cadeau, une bague en argent plutôt mignonne. Ma mère l'a critiqué et l'a traité de "pute", et ses parents de "stupides de me laisser dormir chez eux". Je tiens à préciser que je suis en bons termes avec eux. Cela fait aussi 2 semaines que ma mère a perdu son emploi, et reste tous les jours à la maison. Dans la même période, ma grand-mère, la mère de ma mère a été hospitalisé une semaine. Et depuis ces jours ma mère a totalement changée, elle m'insulte plus fréquemment sans conflit apparent, elle a refusé de me souhaiter une "bonne année", et dit que je suis une "catin qui se fait conduire par son père pour aller niquer". J'ai beau essayer de calmer le "jeu" ça ne fait qu'empirer. J'ai eu le droit à tout depuis ce dernier mois. Ceci devient assez insupportable. Récemment, elle refuse même que je vienne dîner avec mon frère et elle. Puis quand mon "beau-père" est là, elle m'engueule discrètement et pars se réfugier auprès de lui pour éviter toutes représailles. Venons en au problème en lui même. Depuis deux ans j'ai eu le droit à toutes les menaces telles que le pensionnat, "va vivre chez ton père si t'es pas content" (alors que cela m'est impossible). Mais je viens d'apprendre qu'elle commence à faire une démarche en justice pour faire une instruction contre moi en justice afin de m'éloigner du domicile (en montrant les "bleus" ainsi que les traces rouges sur son corps qui datent de ma crise d'adolescence lorsque j'étais désemparé, alors que je me suis cassé trois fois deux doigts en essayant de me défaire de son emprise). Je ne sais pas si cela va aboutir, mais si cela n'aboutit pas, je risque de me retrouver dehors avec la pension alimentaire de mon père étant donné que je vais bientôt avoir 18 ans. Il me reste une solution : "faire toutes les corvées qu'elle réserve à son petit con" pour rester au domicile familial. Et je refuse de m'abaisser à ça. Ces dernière consistent à récurer les toilettes, faire à manger tout le temps, m'occuper de la vaisselle ainsi que du lave-linge, mettre le couvert, laver l'appartement et je vous en épargne. Tout cela pendant que mon frère ne fait rien et ce depuis toujours. C'est pourquoi je poste ici mon histoire en espérant avoir des avis qui diffèrent de ceux que j'ai déjà eu. Merci d'avoir lu ce long roman, Daxe850.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


525883
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Je suis misanthrope

image

Bonjour à tous, Je m'appelle XXXX, j'ai 17 ans, bientôt 18, et je suis très intéressé par les cas psychologiques les plus originaux. Y compris moi. Car, pour faire cour, je suis le plus grand mystère que je n'ai jamais rencontré, et pourtant,...Lire la suite

Je n'ai pas fait de crise d'adolescence

image

Bonjour, Agée de 31 ans depuis Juin, je suis une femme, mais je me sens concernée par l'enquête d'où mon témoignage. Effectivement, je pense ne pas avoir vecu ma crise d'adolescence car je ne voulais en rien rajouter sur les difficultés que...Lire la suite