Histoire vécue Famille - Enfants > Adolescence > Relation parents-adolescent      (428 témoignages)

Préc.

Suiv.

Peut être que le mien l'était aussi.

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 313 lectures | ratingStar_281287_1ratingStar_281287_2ratingStar_281287_3ratingStar_281287_4
Votre message est un peu flou… Peut être que le mien l'était aussi. Je suis de nature a me poser beaucoup de questions, sur tout, sur les choses banales de la vie, comme sur des sujets plus profonds, mais ça je m'y suis faite, je suis comme cela et je le serais toujours, en revanche, j'ai, depuis mon adolescence, trop blessé de gens autour de moi, la famille, les copains, les amies, toujours inconsciemment, avec la famille, je dirai que c'était un passage obligé, crise d'ado assez aigue, avec les copains, dès qu'ils s'averaient trop amoureux, trop presents, je les quittais sans aucun état d'ame, (avec le recul j'ai même honte) , avec les amies, je me lassais d'une relation trop ephemere, et je disparaissais sans laisser d'adresse. (j'ai déménagé 4 fois en 4ans, durant ma scolarité, ce qui a surement créé une instabilité affective, je m'attachais aux gens, puis il fallait partir dans une autre ville. Mon frère et ma soeur, m'ont toujours dit "tu es capable d'être une bonne copine au mieux… " je vis mal ce jugement car je suis très altruiste… il est vrai qu'a chacun de mes departs vers de nouveaux horizons, j'ai entretenu un peu mes amitiés, puis petit a petit j'ai choisi de retrouver de nouveaux amis, plus proches, plus presents, plus facile je vous l'accorde. En amour je cherchais toujours la perfection des sentiments, je l'obtenais… et puis là plus rien, fade, sans gout, aurevoir… pour moi, adieu… pour eux… J'ai toujours été très investie dans mes histoires d'amour, prete a tout donner… et puis plus rien… au pire le degout et la haine de l'autre qui ne veut pas se detacher de moi… je n'ai jamais compris tous ces hommes qui auraient été prets a n'importe quoi pour me recuperer… je ne comprend toujours pas. Je vois toujours ça comme un signe de faiblesse que de s'accrocher a quelqu'un qui ne veut plus de vous (je ne suis pas fière de dire ça mais c'est ce que je ressens). En famille j'ai d'enormes problèmes relationnels, je vis dans une famille banale, qui passent ses repas de famille a parler des même choses, a critiquer tout et tout le monde… j'aspire a plus de simplicité surtout en famille. J'ai toujours eu envie de leur dire de donner un coup de balai devant leur porte avant de regarder chez les voisins… Depuis que je suis maman… solo de surcroit… c'est pire evidemment… génération 80, contre generation 50… je fais ce que je veux de ma vie dès l'instant ou je suis heureuse, presente et aimante envers mes enfants, ma mere me dit tous les jours "mais tu croyais que tu allais être heureuse toute ta vie avec leur pere ? Faut pas rever ma belle, mais on ne se separe pas quand on a des enfants, ce n'est pas aussi facile" Et la j'ai juste envie de gerber (excusez le mot… génération 80 toujours…) je ne comprend pas et je ne veux même pas comprendre qu'une telle phrase puisse avoir un sens… Mon père, je l'admire, c'est lui qui a du me supporter durant mon adolescence, nous avons mis du temps a nous comprendre mais j'aime le resultat… aujourd'hui.. Il me regarde, je sais qu'il sait exactement ou je vais, ce que je vais faire, il sait quand je fonce dans un mur, me previens, je fonce quand même (evidemment) , je me plante, je le lui dis, il se contente de me sourire… sans un mot. Je sais qu'il sera toujours la si j'ai besoin, et il sait que même dans le besoin je n'oserais jamais demander de l'aide. Dernier point… le travail, je suis une vraie hyperactive, je me demene pour un rien, je fais toujours plus que ce que l'on me demande de faire, j'attend de la reconnaissance et c'est tout, j'ai toujours eu des boulots très fatiguants, des superieurs intransigeants, et toujours mal payé… et le pire c'est que je m'en contente… Grave car aujourd'hui je ne peux plus vivre normalement. J'ai l'impression de n'être pas la même personne au travail, avec mes enfants, avec mes amis, avec les hommes, avec la famille… Le surnom que me donne ma meilleure amie - Caméléon. Exemple : je suis passionnée de mode… et je passe par tous les styles, du look de rue, a la robe chic, du look hippie au look bobo en passant par une tenue très fashion ou bien très sport… tout me plait. Avec la certitude de vous avoir ennuyé, peu importe j'ecris et ça me fait du bien.. Au plaisir de vous lire… peut-être.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


281287
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Je suis misanthrope

image

Bonjour à tous, Je m'appelle XXXX, j'ai 17 ans, bientôt 18, et je suis très intéressé par les cas psychologiques les plus originaux. Y compris moi. Car, pour faire cour, je suis le plus grand mystère que je n'ai jamais rencontré, et pourtant,...Lire la suite

Perdu

image

Bonjour à toutes et à tous, et avant tout bonne année. Sur ce, je vais directement commencer mon histoire et vous expliquer mon problème. En effet, j'ai actuellement 17 ans, j'habite à Paris, et je suis proche de mes 18. Mes parents sont...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages