Histoire vécue Famille - Enfants > Adolescence > Relation parents-adolescent      (428 témoignages)

Préc.

Suiv.

Pourquoi je n'existe pas aux yeux de mes parents ?

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 1133 lectures | ratingStar_127009_1ratingStar_127009_2ratingStar_127009_3ratingStar_127009_4

J'ai 25 ans, j'ai un frère plus jeune de 20 ans et une soeur de 30 ans et je rentre ce mois ci dans ma dernière année d'études, mes parents gagnent bien leur vie, ils sont propriétaires de deux maisons, ont de bons revenus et n'ont plus que mon petit frère de 20 ans à "charge". Le dialogue avec eux a toujours été plutôt difficile mais je pense aujourd'hui à leur écrire une lettre pour leur dire tout ce que j'ai sur le coeur car il est sûrement préférable que je leur dise tout ce que j'ai à leur dire aujourd'hui plutôt que dans dix ans où les ranc&oelig ; urs seront certainement bien plus importants. Depuis l'âge de 18 ans mes parents ne me donnent pas un centime. Rien pas même 10 euros. J'ai pu faire des études en travaillant tous les jours tous les weekends et en contractant un prêt étudiant. J'ai souvent l'impression de ne pas exister pour eux. Après mon bac je suis partie à Londres en tant que jeune fille au pair pendant 10 mois, mes parents ne m'ont pas appelé une seule fois pour prendre de mes nouvelles. Je les appelais mais eux n'ont jamais eu cette démarche. Plus tard, lorsque j'ai commencé mes études à environ 400 km de chez eux je me faisais une joie de rentrer à la maison pour les vacances de la Toussaint. Ma mère m'a appelé un soir me disant qu'ils avaient prévu de partir à Center Parc à Amsterdam mais que les locations n'étaient que pour 4 personnes. Je ne les avais pas vu depuis plus de trois mois et ma mère m'annonçait au téléphone que je n'étais pas prévu pour ces vacances en famille. Plus tard je suis repartie à Londres cette fois ci pour mes études. N'ayant aucune aide financière de leur part j'ai dormi pendant 8 mois dans une "hotel/auberge de jeunesse" plus que glauque, où nous étions 16 par dortoir. A cette époque il me manquait un peu d'argent pour pouvoir prendre une collocation, je leur ai donc demandé s'ils pouvaient me l'avancer. 200 euros c'est la somme que je leur ai demandée et que je n'ai jamais obtenue. Aujourd'hui, en faisant un effort même mon budget très limité d'étudiante me permettrait d'avancer 200 euros à quelqu'un qui m'est cher, je ne comprends donc pas pourquoi un couple n'ayant pas de problèmes d'argent à cette époque, qui travaille, qui possède deux maisons et qui sont mes parents n'ont pas pu m'avancer cette somme dérisoire pour que je puisse m'installer dans un appartement. A la place de ça je suis restée dans cette auberge glauque au possible à cohabiter avec plus de 16 personnes dans une même pièce de 15 m2 pendant 8 mois. A côté de ça mes parents comblaient les découverts de mon petit frère de plus de 500 euros alors qu'il n'avait que 18 ans et vivaient chez papa-maman. Voilà je m'interroge donc pourquoi peuvent-ils combler un découvert d'un ado de 18 ans mais pas m'avancer 200 euros pour mettre un toit sur ma tête ? Pourquoi peuvent-ils aujourd'hui lui payer toutes ses sorties, l'assurance de sa voiture, son essence mais ne pas m'aider un minimum ? Cette année j'ai passé un concours pour une grande école le CELSA. Le concours coûtait 90 euros ce qui était une somme pour mon budget limité. Je leur ai donc demandé s'ils pouvaient me le payer. La seule réponse que j'ai eu c'est l'habituel "on en reparlera" . Pourquoi moi je dois suivre des études, travailler en alternance et avoir deux trois autres jobs à côté pour survivre ? Lorsque je faisais mes études en Angleterre je me levais tous les jours à 5h30 pour aller travailler avant l'université, je travaillais plus de 10 heures par jour en plus de la fac, je me couchais tous les soir vers 2h-3h du matin car j'avais des boulots après la fac également. Au mieux je dormais 4-5h par nuit ! Je suis jalouse de mon petit frère qui n'est pourtant pas responsable de la situation je le sais bien. Il redouble sa première année d'école et j'ai honte de le dire mais une partie de moi était heureuse lorsque j'ai appris cette nouvelle. Il a toujours eu tout facilement, il traîne avec la jeunesse dorée, part en vacances dans des endroits paradisiaques et n'a pas le sens des réalités. Pourtant il n'en est pas responsable je le sais ce qui me fait culpabiliser de ressentir cette jalousie voir même haine parfois envers lui. Voilà je suis depuis 3 semaines entrain de rédiger une lettre où j'écris toutes ces choses à mes parents pour leur demander de m'expliquer la situation. J'ai envie de leur dire que je ne veux plus faire semblant d'être une famille unie puisque de toute évidence je ne compte pas dans leur vie. Je dois les voir ce dimanche pour les 90 ans de ma grand mère. En fait j'attendais cette date pour poster ma lettre car je ne voulais pas gâcher l'anniversaire de ma grand mère puisqu'à son âge je sais que les bons moments passés auprès d'elle sont comptés je ne voulais donc pas pourrir l'ambiance. Malheureusement j'ai pensé à cette éventualité et cela ne changerait pas grand chose à ma vie actuelle. Habitant sur Paris je les vois tous les 3-4 mois et ils ne m'appellent jamais, pas même pour mon anniversaire et ma mère ne m'a jamais souhaité mon anniversaire le bon jour, tous les ans elle me le souhaite 3 jours avant ou après, c'est un détail mais qui est malgré tout révélateur. Avant la naissance de mon petit frère, mes parents ont eu un petit garçon qui est décédé au bout de quelques jours à cause de la mort subite du nourrisson. Je peux donc comprendre le fait que mon frère ait toujours été gâté mais pas pourquoi je n'existe pas aux yeux de mes parents ?
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


127009
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Je suis misanthrope

image

Bonjour à tous, Je m'appelle XXXX, j'ai 17 ans, bientôt 18, et je suis très intéressé par les cas psychologiques les plus originaux. Y compris moi. Car, pour faire cour, je suis le plus grand mystère que je n'ai jamais rencontré, et pourtant,...Lire la suite

Perdu

image

Bonjour à toutes et à tous, et avant tout bonne année. Sur ce, je vais directement commencer mon histoire et vous expliquer mon problème. En effet, j'ai actuellement 17 ans, j'habite à Paris, et je suis proche de mes 18. Mes parents sont...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages