Histoire vécue Famille - Enfants > Adolescence > Relation parents-adolescent      (428 témoignages)

Préc.

Suiv.

Qu'est-ce qu'on sait du système quand on ne l'a pas intégré ?

Témoignage d'internaute trouvé sur madmoizelle - 01/09/11 | Mis en ligne le 13/07/12
Mail  
| 297 lectures | ratingStar_274893_1ratingStar_274893_2ratingStar_274893_3ratingStar_274893_4
Contre, et je vais aller plus loin, je pense qu'on devrait mettre le droit de vote ainsi que la majorité à 21 ans, comme aux USA. On est dans un système où on encourage les jeunes à faire des études longues, ce qui signifie souvent, rester plus longtemps dans le domicile familial ou, à tout le moins, être dépendant de ses parents financièrement plus tard. Un individu qui n'est pas autonome à tout point de vue n'est pour moi pas à même de voter. Qu'est-ce qu'on sait du système quand on ne l'a pas intégré ? Avant 18 ans, on n'est même pas vraiment un citoyen, on est encore invisible, on n'existe pas. Dès la majorité en revanche, tout le monde se jette sur toi : tu n'es plus rattaché à la sécu de tes parents, tu peux avoir une carte de crédit, tu n'as plus besoin de faire de la conduite accompagnée, tu peux acheter de l'alcool sans problème et tu peux voter. Et même là encore, très peu intègrent déjà le marché du travail et la vie active, vivent de leur propres moyens, font leur course, ont leur voiture, font leur comptes chaque mois, etc. Autour de moi, mes amis qui ont tous mon âge (entre 21 et 24 ans donc) sont tous dans la situation que je décris : ils vivent chez leur parents quand ils ne sont pas en cité U, reçoivent l'aide de leur parents ou des bourses, etc. Il me parait logique que si l'on retarde l'intégration à la vie active, il faut de la même façon retarder le droit de vote. C'est un droit de citoyen, donc quand on n'est pas encore à proprement parler un citoyen (en France, un citoyen est défini par sa nationalité et sa majorité : donc tant qu'on n'a pas 18 ans, on n'en est pas un) , je vois pas pourquoi on devrait accorder ce droit. A 16 ans, même en étant très impliqué politiquement, qu'est-ce qu'on a expériencé de la vie pour pouvoir parler en connaissance de cause d'économie, de droit, de problèmes sociologiques ? La théorie c'est bien, mais il n'y a que la pratique qui puisse nous donner un enseignement concret. Je préfère qu'on limite le nombre de votants en s'assurant autant que possible que ceux qui le pourront seront des gens responsables et conscients de leurs droits civiques, que d'ouvrir le vote à une plus grande majorité et d'encourir le risque de laisser des personnes voter n'importe quoi - y'en a déjà bien assez qui font comme ça. Voter demande une certaine maturité dans sa réflexion que peu de jeunes ont à cette âge et même quand c'est le cas, ça peut encore beaucoup changer. J'ai un ami qui était déjà à fond dans la politique à 16 ans et en savait plus que mes parents sur le sujet tout en possédant une grande maturité, mais depuis, notamment grâce à la fac (il a fait du droit et sciences po) , il a pas mal requestionné ses certitudes d'avant et a changé sur plusieurs points. Il n'était pas encore aussi mature qu'il pensait l'être. De plus, voter pour un candidat politique, ça implique connaître son programme, ses idées, ce qu'il va apporter. Combien de fois j'ai entendu des jeunes dire des trucs du genre "il y a trop de racailles, je vais voter pour Marine Le Pen" - outre le contenu où y'aurait déjà de quoi dire, ce genre de phrase me hérisse le poil. On ne vote pas pour quelqu'un parce qu'il semble approprié à une situation ! La France ne se résume pas à ça, il faut prendre en compte ce qu'il fera sur la question de l'économie, du travail, etc. Et quand on demande "Ah, et tu adhères au fait de retourner au franc ? ", on a droit à des regards creux du type "je sais pas de quoi tu parles". How sad and pathetic ! Pour moi un candidat doit représenter le meilleur compromis possible sur tous les plans, et non pas s'en tenir à nos petits problèmes personnels que nous voulons résoudre - on pense pour le bien du pays avant tout, pas pour le nôtre. Et à 16 ans, on est souvent trop tourné sur nous-mêmes (c'est normal, les hormones, la crise d'adolescence, les parents qui nous comprennent pas, tout ça) pour pouvoir réfléchir de façon parfaitement altruiste. Rousseau disait ça mieux que moi : "Le citoyen est un être éminemment politique qui exprime non pas son intérêt individuel mais l'intérêt général. Cet intérêt général ne se résume pas à la somme des volontés particulières mais la dépasse." Pour moi, ce genre d'idées c'est chouette pour se mettre la jeunesse dans la poche, mais derrière, je trouve que ça n'apporte rien de bon.
  Lire la suite de la discussion sur madmoizelle.com


274893
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Je suis misanthrope

image

Bonjour à tous, Je m'appelle XXXX, j'ai 17 ans, bientôt 18, et je suis très intéressé par les cas psychologiques les plus originaux. Y compris moi. Car, pour faire cour, je suis le plus grand mystère que je n'ai jamais rencontré, et pourtant,...Lire la suite

Perdu

image

Bonjour à toutes et à tous, et avant tout bonne année. Sur ce, je vais directement commencer mon histoire et vous expliquer mon problème. En effet, j'ai actuellement 17 ans, j'habite à Paris, et je suis proche de mes 18. Mes parents sont...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages