Histoire vécue Famille - Enfants > Autres      (9286 témoignages)

Préc.

Suiv.

Je crois avoir un problèmes de violence

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 604 lectures | ratingStar_47708_1ratingStar_47708_2ratingStar_47708_3ratingStar_47708_4

Au début, je croyais que seul mon conjoint avait un problème, mais avec le temps, je me suis rendue compte que moi aussi j'en avais un.

Il est vrai que les hommes violents ont un problème et sont responsables de leurs actes, mais la victime a aussi une certaine responsabilité ; elle choisit de rester ou de partir.

Lors d'une discussion avec ma mère sur la situation que je vivais, elle m'a dit quelque chose qui m'a amené à me poser des questions sur moi-même, mais aussi sur mon père. Mon père est décédé quand j'avais 12 ans. Je n'avais donc que la vision d'une fille de 12 ans ; mon papa, il est parfait ! En analysant ce que je savais de lui, je me suis rendue compte qu'il était contrôlant et probablement violent psychologiquement avec ma mère. Je ressemblais beaucoup à mon père étant plus jeune et je me suis rendue compte que ma mère faisait face à mon père à travers moi puisqu'elle était incapable de lui faire face directement. J'ai longtemps pensé que ma mère aimait plus ma soeur que moi, mais je sais aujoud'hui d'ou venait cette impression et qu'elle nous aiment autant l'une que l'autre. Par contre, ça a fait que ma soeur, qui ressemble beaucoup à ma mère, a toujours raison sur tout et que moi, j'ai toujours eu l'impression de devoir justifier mes opinions, mes choix.

Bref, ma mère fût victime de mon père et elle est devenue mon agresseur à son tour, le tout inconsciemment. Il faut dire qu'il s'agissait d'une époque ou les femmes étaient encore considérées comme inférieures aux hommes aux yeux de la loi. La violence n'existait pas ; la femme devait être soumise à son mari. Le viol conjugal n'existait pas ; c'était le devoir conjugal de la femme. Aussi, les parents n'avaient pas les outils de psychologie que nous avons aujourd'hui pour élever nos enfants.

Bref, je n'en veux nullement à ma mère puisque la violence conjugale n'était pas encore vraiment reconnue aux yeux de la loi. Elle a fait ce qu'elle pouvait avec les outils disponibles à l'époque. Je savais que je devrais lui en parler un jour, mais je ne pensais pas que ce serait aujourd'hui.

Je lui ai parlé… Le soulagement qui s'en suivit est indescriptible. Je venais de faire face à la raison pour laquelle je manque de confiance en moi, que j'ai une faible estime de moi et surtout, la raison pour laquelle j'avais accepté les comportements violents de mon conjoint. J'avais accepté des comportements que je croyais normaux parce que je les avais vécus au sein de ma famille. Au moment ou j'ai dit STOP, je ne connaissais pas les comportements que mon conjoint avait ; ils étaient devenus inacceptables pour moi.

La discussion entre ma mère et moi s'est faite dans le calme et le respect mutuel. Nous avons toutes deux comprit bien des choses, expliqué beaucoup de nos comportements l'une vis à vis de l'autre. Elle semble aussi avoir compris avoir été victime devenue agresseur tout comme mon conjoint et que pour moi, condamner mon conjoint comme un cas perdu, c'est la condamner elle aussi… Voilà pourquoi je le soutiens dans sa démarche vers la guérison. Nous avons remonté la roue de la violence dans la famille de mon père, d'une génération à l'autre… C'était devant nous depuis tout ce temps et nous ne l'avions jamais vu. Elle m'a même dit que si mon père avait décider d'arrêter la roue inter-générationnelle de la violence avec lui, elle aurait fait la même chose que je fais pour mon conjoint, elle aurait soutenu son mari.

J'aime ma mère et je suis fière de le dire ! Je suis aussi fière du cheminement que nous faisons elle et moi, ensembles. Elle m'a dit que le tout la ferait réfléchir et qu'elle cheminerait aussi à travers ça ; avant elle voyait le fait de déterrer le passé comme chercher la douleur, aujourd'hui, après notre discussion, elle voit plutôt cela comme une recherche pour comprendre le présent et travailler sur soi-même pour le futur. Je suis aussi fière de mon conjoint et de moi-même ; nous voulons arrêter la roue inter-générationnelle de la violence et nous prenons les moyens pour y arriver.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


47708
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Elle le controle que faire? - les belles-meres

image

Salut, Moi aussi gros problème avec ma BM pfff j'ai 25 ans sa fait 2 ans et demi que je suis avec mon copain et la je n'en peux plus… Sa a commencer il y a quelques mois depuis que j'ai quitter mon travail, deja elle me tasonnais tout les week end...Lire la suite

Nouveau prologue ! besoin d'avis ! - ecrire un roman

image

Salut Willhelmina. Pour être honnête, j'ai eu beaucoup de mal à finir ton histoire. Pas à cause des fautes d'orthographes ou de conjugaisons. Disons que c'est plutôt sur le fond que le bas blesse. Gros souci : Ton récit manque de crédibilité....Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages