Histoire vécue Famille - Enfants > Conflits familiaux      (1820 témoignages)

Préc.

Suiv.

Chantage affectif

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 790 lectures | ratingStar_86735_1ratingStar_86735_2ratingStar_86735_3ratingStar_86735_4

Je pensais que mon ami était un faible et un lâche, et je l'ai même considéré et traité de la sorte tellement je souffrais de la situation. J'avais le sentiment de trahison vis-à-vis de sa famille, que dès qu'il étaient là, tout ce qu'on avait décidé disparaissait, et même quand ils n'étaient pas là, il fallait tout faire comme sa mère. C'était horrible, à certains moments, j'ai bien cru péter les plombs !!! Donc, je te comprends très bien…

Un peu à la fois, j'ai fini par comprendre qu'il souffrait aussi de la situation, se sentait tiraillé et non respecté par eux, et il allait dan sleurs sens en recherchant désespéremment leur approbation. Et j'ai pu un peu à la fois lui faire comprendre que l'amour que moi j'avais pour lui n'était pas conditionnel et que sa vie était avec moi maintenant. Un peu à la fois, je lui ai ouvert les yeux sur sa famille et j'ai appris à le faire sans déverser ma haine sur eux, parce que je les détestais. J'ai de mieux en mieux compris le calvaire qu'il endurait et à quel point il avait besoin de prendre confiance en lui.

En l'entourant d'amour, en lui faisant confiance, en lui expliquant qu'il ne devait pas entrer dans leurs jeux car ce n'est pas ça l'amour, il a ouvert les yeux et a commencé à sauvegarder notre couple, et même à prendre ses décisions et à s'opposer à sa famille car il souhaitait faire ce qui était bon pour lui.

A l'heure actuelle, il prend de plus en plus confiance en lui. Il a décidé de se faire aider par un psychologue et il a coupé les ponts avec un de ses frères. Son frère lui ayant dit que s'il n'était pas content de la relation actuelle, il n'avait qu'à couper les ponts. C'est dire l'ouverture d'esprit de sa famille et leur attachement… Il n'a pas souhaité la fête des mères à sa mère, car il trouve que son comportement ne le mérite pas. Enfin, un peu à la fois, il choisit ce qui est bon pour lui, et nous ne sommes plus embêtés par sa famille. Car il règle lui-même ses affaires avec eux et a pu mettre le holà aux intrusions familiales.

C'est une avancée et un parcours qui prend du temps. On ne passe pas d'un amour familial conditionnel et du chantage affectif à un amour stable, normal, inconditionnel du jour au lendemain. Il y a une confiance qui doit s'établir peu à peu, il faut qu'il cesse de ressentir ce chantage de la rupture à la moindre difficluté, il doit pouvoir compter sur toi et ton amour.

Quant à toi, il n'y a aucune raison pour que tu te laisses faire par sa famille. Moi, j'ai commencé par dire ce que je ressentais par rapport à eux à mon mari et nous avons pris des décicions communes par rapport à sa famille pour sauvegarder notre couple. Ca n'a pas toujours été facile mais c'est venu un peu à la fois… En échange, moi, plus j'étais soulagée de sa famille, plus j'avais confiance en lui, plus j'apprenais à me mêler de mes affaires et à respecter son "territoire". Ce dont il avait besoin : confiance, respect, prendre ses responsabilités. Bien sûr, je le respectais mais instictivement, comme d'une certaine manière, il témoignait de la faiblesse vis-à-vis de sa famille, j'avais tendance à le considérer comme tel, et c'était pas évident. J'ai appris à comprendre pourquoi il était comme ça et à lui témoigner confiance et estime de lui-même. Je l'ai encouragé plutôt que de le dévaloriser, et je lui témoignais entière confiance malgré ses essais et erreurs, et les bourdes vis-à-vis de sa famille ; parce que ça ne vient pas en un jour.

Voilà, c'est tout un parcours, qui continue et qui est loin d'être terminé. Dans lequel il y a beaucoup d'amour.

Avec le dialogue, du respect mutuel, de l'amour et une confiance qui grandit, un peu à la fois on y arrive.

Et par rapport à sa famille, j'ai appris à m'affirmer, à leur répondre, à dire ce que je pense et à ne pas les laisser se mêler de mes affaires personnelles. A poser mes limites et mon cadre perso. A les éviter aussi, à prendre mes distances et ne plus être une pierre de truchement dans leurs relations. Mai ça n'est pas facile non plus, je suis occupée d'apprendre aussi à m'affirmer avec eux, et je me suis bien fait marcher sur les pieds et souvent. Ça ne se fait pas sans mal non plus.

Aimer quelqu'un, c'est aussi malheureusement ou heureusement pour lui, l'aider à surmonter ses difficultés et affronter ses problèmes. Il n'a pas choisi sa famille, et il paye le prix fort de tout cette ambiance familiale.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


86735
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Je n'aime pas ma belle mere, - les belles-meres

image

Oui ça peu allé en tout cas, nn il ne dit rien en parlant de cette esthéticienne mais il y a des choses que je ne pourai expliqué (il était amoureux de sa cousine) qui est aussi jolie qu'elle, une fois on était parti chez sa mere où toute la...Lire la suite

Je me gache la vie pour des broutilles a cause de ma belle-famille. - les belles-meres

image

Bonjour à toutes, Moname, pour les visites à la maternité, mon mari me dit surtout que même s'il n'a pas porté le bébé, il est le père et sa famille a tout autant le droit de venir voir le bébé. Pour les sms pendant qu'on est en vacances,...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages