Histoire vécue Famille - Enfants > Conflits familiaux      (1820 témoignages)

Préc.

Suiv.

Clash autour de la premiere naissance

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies 30 ans
Mail  
| 627 lectures | ratingStar_120064_1ratingStar_120064_2ratingStar_120064_3ratingStar_120064_4

Suite à la lecture de "la naissance d'une mère- comment l'experience de la maternité vous change pour toujours" de Daniel Stern (chercheur de renommé internationale sur la relation mère-enfant) , j'ai reflechi aux mecanismes qui nous ont menées où on en est, ma bm et moi… Les problemes avec elle ont commencé très nettement autour de mon ventre, avant la naissance donc. J'ai commencé à tiquer quand elle a parlé de "l'enfant dont ils allaient être grands-parents" au lieu de "votre enfant". Déjà là j'avais été choquée qu'ils nous gomment, carrément, de l'histoire… Y'avait eux d'un côté, mon fils de l'autre, nous les parents on n'apparaissait nulle part. Cette phrase m'est revenue plus d'une fois parce qu'elle était significative de comment les années à venir allaient se passer, toujours avec cette sensation que j'étais de trop, entre eux et mon fils. Le problème s'est amplifié quand mon mari m'a clairement dit que oui c'était leur petit-fils et ils avaient tous les droits, je n'avais qu'à leur laisser quand ils étaient là puisqu'ils le voyaient si peu, ils venaient pour le voir, il était à eux le temps qu'ils étaient là (mon fils avait 6 semaines à l'époque). Il avait aussi ajouté que les grands-parents, dans sa langue, se disent "meilleurs parents" et que c'était normal parce qu'ils sont mieux que les parents. Je m'abstiens, exprès, d'illustrer mon message avec des smileys… Quand j'ai parlé de divorce, il a commencé à regarder sa mère agir, et au premier truc il lui a dit, gentiment, simplement, de me rendre mon enfant. Après ça elle s'est beaucoup calmée, ce qui prouve bien que c'est la position du mari/fils qui définit comment ça se passe, et que s'il était intervenu dès le début, on n'en serait sans doutes pas là… Et j'en suis venue à l'idée que mon mari a donné à sa mère libre acces à notre fils, et que ce faisant il lui a donné quelque chose qu'il ne possédait pas. Je m'explique. En donnant libre acces à sa mère, il lui disait "vas-y, tu es la grand-mère, fais ce que tu veux. Sauf que la grand-mère, elle s'approche de l'enfant à la facon d'une femme, d'une mère, et donc elle empiete sur MON territoire. C'est donc à MOI de lui donner cette legitimité, pas à lui… Il me semble que lui peut donner cette legitimité aux grands-peres, qui sont des hommes comme lui et vont approcher l'enfant de la même facon que lui, en tant que pères, et il y aura partage ou rivalité entre eux sur des plans tels que d'aller à la pêche, sculpter des soldats, faire le jardin, etc… Alors que c'est la mere qui donne cette legitimité aux grands-mères, car les grands-mères approchent en femmes, en mères, et vont empieter sur le territoire de la mère. Il va y avoir partage ou rivalité entre elles sur des tâches comme le biberon, les couches, le faire dormir, pousser la poussette, caliner, consoler, etc… Vous me suivez ? Qu'en pensez vous ? Ca se tient ou c'est complètement loufoque comme approche ? Bon, on va dire que ça se tient, et on continue Le fait que les grands-mères aient besoin de l'"autorisation" de la mère pour approcher l'enfant requiert qu'elles fassent "allegeance" et reconnaissent tout d'abord la mère en tant que mère de l'enfant. Si elles forcent le passage et s'imposent en tant que grand-mère sans passer par la mère, elle empietent sur le rôle de la mère qui forcément va le ressentir tres fort, dans toute sa sensibilité de jeune maman, et c'est là que les gros gros problemes commencent. Que pensez-vous de ce dernier volet ? J'ai lu tellement de temoignages de femmes racontant comment l'horrible grand-mère (que ce soit leur mère ou bm) leur a pris le bébé des bras à la maternité ou se permet de dire "MON bébé"… C'est tellement benin aux yeux de n'importe qui d'un peu rationnel, et tellement important aux yeux de n'importe quelle mère qui a subi la même chose… Quant aux problemes entre pere et grands-peres, ils sont extrêmement rares, et ça se tient avec cette approche. D'abord parce que les grands-pères d'aujourd'hui sont encore pour la plupart d'une generation où les hommes ne s'occupaient pas des enfants, encore moins des bébés. Ils n'ont donc aucune concurrence avec le papa autour du nouveau-né. Les domaines où les grands-pères interviennent activement s'adressent bien souvent à des enfants plus âgés, 2-3-4 ans au plus tôt, et le papa est déjà bien en place dans son rôle auprès de l'enfant. De plus, les pères ne sont pas bourrés d'hormones ni équipés d'antennes comme les jeunes accouchées, ils sont donc bien plus à même de relativiser et de rester rationnels, sans compter que les hommes ont une tendance très nette à moins se prendre le chou que leur compagne…
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


120064
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Je n'aime pas ma belle mere, - les belles-meres

image

Oui ça peu allé en tout cas, nn il ne dit rien en parlant de cette esthéticienne mais il y a des choses que je ne pourai expliqué (il était amoureux de sa cousine) qui est aussi jolie qu'elle, une fois on était parti chez sa mere où toute la...Lire la suite

Je me gache la vie pour des broutilles a cause de ma belle-famille. - les belles-meres

image

Bonjour à toutes, Moname, pour les visites à la maternité, mon mari me dit surtout que même s'il n'a pas porté le bébé, il est le père et sa famille a tout autant le droit de venir voir le bébé. Pour les sms pendant qu'on est en vacances,...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages