Histoire vécue Famille - Enfants > Conflits familiaux      (1820 témoignages)

Préc.

Suiv.

Comment j'ai vécu les relations avec ma belle-mère

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 1201 lectures | ratingStar_56213_1ratingStar_56213_2ratingStar_56213_3ratingStar_56213_4

Chez nous les relations ont dégénéré en pire (on les voit 3 jours par an) J'ai suffisament réfléchi à la situation pour analyser. Je suis la belle fille et je vais te raconter comment j'ai vécu les relations avec ma BM. Je ne dis pas que je suis parfaite, loin de là, mais je ne saurai dire quand et ou j'ai péché et ce qu'il aurait fallu, mais pas ça.

Au début tout allait bien, on s'entendait bien, ils venaient manger à la maison 2 fois par mois environ. J'étais ravie d'avoir une belle mère aussi charmante, je suis d'un naturel assez sociable, je n'avais pas d'enfants, j'étais jeune, pas fatiguée. On parlait, elle travaillait, elle avait des amis, du moins ce qui me semblait être des amis.

Puis j'ai été enceinte. A ce moment là, j'ai commencé à n'être pas trop en forme. J'ai passé 2 semaines sans manger parce que tout me dégoutait. Mes beaux parents continuaient de venir, on ne leur avait rien dit. Puis au 3eme mois on leur a annoncé. J'étais pas en grande forme, est ce pour ça ? J'ai vécu sa réaction comme une agression, peut être que ce n'en était pas une, probablement, mais elle m'a sauté dessus, c'est comme ça qu'il faut le dire, en m'embrassant, en touchant mon ventre, en me tripotant, en caressant mon ventre en disant "oh mon bébé, je vais avoir un autre bébé", en me disant, "j'espère que c'est un garçon hein tu m'as fait un garçon, j'en ai marre des filles (sa fille avait 3 filles) ", bref, l'horreur, elle qui jusqu'à présent était sympa, je l'ai évitée parce que c'était trop, trop tout, elle m'étouffait. On leur avait dit qu'on voulait acheter le 1er vétement du bébé, qu'on en avait besoin pour nous, le bébé devait naitre en été, on attendait un petit vetement d'été, elle est arrivée 2 jours après avec un vetement d'hiver "pour son bébé" quand on lui a dit "pour notre bébé", elle m'a regardé et a dit "pour le bébé de MON fils c'est comme mon bébé."

Puis quand le bébé est né, j'avais déjà une certaine aversion, du à 6 mois ou quand elle venait je supportais sans quasiment rien dire qu'elle me colle, qu'elle me touche, je n'osais rien dire de peur de vexer. Quand j'ai accouché j'étais contente ils étaient partis à la campagne, ils n'étaient pas là quand le bébé est né, ils n'ont pu venir que 3 jours après, j'étais soulagée, c'est fou de penser ça, mais ça me contrariait qu'elle soit là pour l'accouchement, car elle voulait venir. Petit à petit je ne pensais plus qu'à ça, à comment j'allais faire pour pas qu'elle me colle, pour pas qu'elle prenne possession de moi et du bébé. J'avais cette impression de possession, pourtant je ne les voyais pas souvent mais quand ils étaient là, j'avais cette impression quelle était gluante, qu'elle voulait me posséder et posseder le bébé. C'était des petites choses mais qui étaient lourdes, c'était des petits gestes mais qui me pesaient. Ils sont venus au bout de 3 jours, décus car c'était une fille. Elle a dit "encore une fille, bon on ne peut pas la jeter" mais elle sauté sur le berceau et a l'a prise tout de suite dans le couloir sans me demander, on n'était même pas dans la chambre. La petite dormait, elle s'en fichait, il fallait qu'elle la tienne, elle lui a dit "tu l'aimeras ta mamie, toi, hein, tu l'aimeras ta mamie". J'ai réussi à récupérer ma fille. Et là j'appréhendais qu'ils viennent maintenant, je ne pensais plus qu'à ça, quand ils vont venir, comment je vais faire pour pas qu'elle rentre dans mon intimité, pour pas qu'elle agrippe le bébé. J'avais l'impression de doigts crochus qui s'agrippaient à nous et qui nous attiraient vers le fond. C'était pleins de petits trucs qui étaient parfois plus des sensations, des mots échappés, on remarque qu'elle dit toujours MON fils, MA fille, MON petit fils, la fille de MA fille, mais elle n'appelle jamais personne par son prénom, on est ses choses… est des petits trucs mais ça finit par émerger et ça met mal à l'aise.

Sans compter qu'avec le temps, et les enfants, et le travail, je suis plus fatiguée et moins patiente.

Puis ils sont partis vivre à la campagne, car le BP ne supportait plus la ville. Et depuis on y va une fois par an. Ca va mieux, les enfants ont grandis, mais je garde toujours cette aversion pour elle. Je me force à discuter avec elle, mais j'ai du mal à oublier. Il faut dire que tous les ans, elle invente un truc pour être désagréable. Cette année elle a répondu à table devant tout le monde à quelqu'un qui lui faisait remarquer qu'elle nous appelait pas par nos prénoms "de toute façon mes enfants, c'est à moi, à moi, mes choses à moi, et à personne d'autres, je les tueraient plutôt que de les laisser à quelqu'un". 15 ans pour entendre ce que je préssentais pendant des années.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


56213
b
Moi aussi !
2 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Je n'aime pas ma belle mere, - les belles-meres

image

Oui ça peu allé en tout cas, nn il ne dit rien en parlant de cette esthéticienne mais il y a des choses que je ne pourai expliqué (il était amoureux de sa cousine) qui est aussi jolie qu'elle, une fois on était parti chez sa mere où toute la...Lire la suite

Je me gache la vie pour des broutilles a cause de ma belle-famille. - les belles-meres

image

Bonjour à toutes, Moname, pour les visites à la maternité, mon mari me dit surtout que même s'il n'a pas porté le bébé, il est le père et sa famille a tout autant le droit de venir voir le bébé. Pour les sms pendant qu'on est en vacances,...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages