Histoire vécue Famille - Enfants > Conflits familiaux      (1820 témoignages)

Préc.

Suiv.

J'en ai assez de mes beaux-parents

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo - 19/02/11 | Mis en ligne le 10/11/11
Mail  
| 365 lectures | ratingStar_223448_1ratingStar_223448_2ratingStar_223448_3ratingStar_223448_4
Nous nous sommes rencontrés il y a 14 ans, un enfant de 10 ans, mariés depuis 12 ans. Depuis le début, je ne me suis jamais sentie bien chez mes beaux-parents. Je crois avoir tout fait pour leur plaire même oublier mes propres convictions. Mon mari est complètement englué dans sa relation avec eux, plusieurs appels par semaine, si j'avais été d'accord, tous les week-end une visite chez eux, et surtout toutes les vacances scolaires dans leur maison secondaire. J'ai commencé à me prendre des réflexions humiliantes par ma belle-mère à la naissance de mon enfant, toujours dans le dos de mon mari. J'ai commencé à me plaindre à mon mari, espérant qu'il interviendrait. Toujours la même réponse, tu te fais des idées, ils t'apprécient beaucoup et ensuite tu cherches des histoires, tu ne supportes pas que je m'entende bien avec eux. Le ton est devenu plus agressif, les disputes ont commencé, et les périodes de bouderie qui suivaient (par mon mari). En fait, à chaque nouvelle vacance, le problème revenait, je ne voulais plus y aller, il ne le supportait pas, je cédais et je m'en prenais plein la figure par la mère. On revenait, je racontais et incrédulité de sa part. Quelques exemples des vacheries: mon physique, j'ai pris du poids quand j'ai arrêté de travailler pour m'occuper de mon enfant (j'avais demandé l'accord à mon mari pour arrêter), mon laissez allez, le fait que j'étais une assistée et que je n'avais rien à demander à son fils, leur dernière blague favorite : partout où on allait, je vidais la cave de mon beau-père, (il a fallu que j'explique à mon gamin qu'un verre de vin pendant les vacances ne faisait pas une alcoolique comme il avait fini par le croire !) et surtout ma façon d'élever mon enfant, trop mère poule. Elle m'a dit que j'allais en faire un homosexuel, que de toute façon, il me laisserait tomber un jour et que je faisais tout ça pour rien. Je précise qu'elle se plait à dire que si c'était à refaire, elle n'aurait surtout pas d'enfant, qu'elle a arrêté de travailler à 47 ans et est entretenu par son mari depuis, qu'elle est du genre squelette tout plissé. Bref, après une énième crise d'hystérie sur mon rôle de mère cet été, j'ai annoncé au retour des vacances à mon mari que c'était fini, je n'irai plus chez eux. Il a bien fait une tentative à noël en me demandant gentiment où je souhaitais aller pour les vacances. Surprise et heureuse, je lui ai dit et là, le ciel m'est tombé sur la tête, il m'a dit d'accord deux jours où je souhaitais aller et le reste des vacances ... chez ses parents. J'ai dit non, j'ai repris toutes les insultes, et je lui ai dit que ce n'était juste plus vivable pour moi. Il ne nous a plus adressé la parole pendant un mois et demi, nous avons passé des réveillons pourris et le 1er janvier, il m'a annoncé vouloir divorcer. Il vient de l'annoncer tout penaud à ses parents persuadé qu'il allait passer pour le "salaud". Et là surprise, sa mère lui a dit : enfin, qu'il avait été patient et a tout déballé sur mon compte. Tout y est passé, je suis une moins que rien et dans des termes plutôt vulgaires. Il n'a pas réagi. Je dirais qu'il en est rentré soulagé et réconforté. Je lui ai demandé si enfin, il me croyait et bien non, je continue à avoir exagéré les choses. Ses parents ne veulent que son bien. Ils m'ont détruite moralement et physiquement, ils ont détruit mon couple. Si on compte son frère, je suis la 3ème belle-fille dans cette situation et l'actuelle belle-soeur n'est pas plus appréciée. J'ai quatre mois pour me trouver un travail, un logement car évidemment, je n'aurai rien pour ma part, même si je ne suis restée sans revenus au final que trois ans, pendant lesquels j'ai vécu sur mes petites économies pour mes dépenses personnelles. Voilà, ils ont gagné, quoique je dise, mon mari refuse toute critique sur ses parents. Je suis triste et désespérée. Mon fils me découvre pleurant parfois et essaie de me réconforter. Je ne sais pas de quoi ils sont capables à son sujet. Ce sont des êtres maléfiques. Enfin, un peu de réconfort serait le bienvenu.
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


223448
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.



Commentaires pour cette histoire  Ajouter un commentaire

Par ganea | le 19/11/11 à 21:46

BONSOIR
j'ai vecu la méme situation,sauf que j'ai habité 14 ans sous mes beau parents,tout les deux alcolique et trés méchants,je suis toujour passé aprés eux,ainsi que mes enfants,mes beaux parents sont tout les deux decedés,mais mon mari ne s'en remet pas,ils nous fait des tas de reproches et peu rester des jours sans nous parler.je crois qu'il ne nous a jamais aimé,j'en souffre depuis 25 ans,ne faite pas comme moi partez loin,ce n'est que souffrance pour tout le monde

Histoires vécues sur le même thème

Je n'aime pas ma belle mere, - les belles-meres

image

Oui ça peu allé en tout cas, nn il ne dit rien en parlant de cette esthéticienne mais il y a des choses que je ne pourai expliqué (il était amoureux de sa cousine) qui est aussi jolie qu'elle, une fois on était parti chez sa mere où toute la...Lire la suite

Je me gache la vie pour des broutilles a cause de ma belle-famille. - les belles-meres

image

Bonjour à toutes, Moname, pour les visites à la maternité, mon mari me dit surtout que même s'il n'a pas porté le bébé, il est le père et sa famille a tout autant le droit de venir voir le bébé. Pour les sms pendant qu'on est en vacances,...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages