Histoire vécue Famille - Enfants > Conflits familiaux      (1820 témoignages)

Préc.

Suiv.

Je n'ai plus de famille

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 384 lectures | ratingStar_120626_1ratingStar_120626_2ratingStar_120626_3ratingStar_120626_4

J'ai 37 ans, 2 enfants, un mari. J'ai coupé les ponts avec mon père il y a environ 1 an, et avec ma mère il y a 3 mois Je viens d'une famille abusive, un clan qui ne supporte pas l'eloignement. Je suis donc passée du statut de fille sur-protégée à celui de mauvaise fille quand j'ai voulu bâtir ma famille sans plus remettre chaque décision au jugement de mes parents. J'ai essayé tous les compromis, mais la séparation définitive semblait impossible à eviter. C'est un véritable système sectaire ("you are against me or you are with me") qui demande une "loyauté" absolue (en l'occurrence, une loyauté bien mal placée envers ses parents plutôt qu'envers ses enfants et son mari) ou vous traite comme un dissident. Même dans une bonne famille bourgeoise où tous les coups se donnent dans le dos, la violence est inouïe. Dans mon cas, l'hostilité que mes parents ont fait peser sur ma famille (et en partciulier mon mari) relève du Pénal. J'ai pensé que j'étais folle, ai traversé beaucoup de difficultés, et ai pourtant pu faire tout ce chemin… avec l'appui de mon époux, et d'une psychothérapie qui dure depuis plus de 5 ans. Moi aussi j'ai pensé partir très loin, mais j'ai appris que les km n'y font rien. Et même la mort parfois. Je connais de enfants qui ne sont pas libérés de leurs parents morts, de leur emprise. Malgré la douleur, la tristesse, la violence des echanges (la coupure avec mon père ne s'est pas faite "en douceur") , je ressens un immense soulagement. J'ai aussi ressenti ce vertige du vide "maintenant je n'ai plus de famille, à part mon mari et mes enfants". Mais c'est le prix de la liberté, et de la dignité d'un adulte sur ces deux pieds. Je souffre encore de la séparation que ma mère m'a imposée (elle doit être 100% loyale à son mari, si je ne le vois plus, elle ne me voit plus…). Elle a un cancer et utilise ce levier pour me faire mal. Elle a refusé le soutien que je lui offrais, puis se plaint auprès de nos proches de mon eloignement : la mauvaise fille, toujours… Mais je suis passée de l'autre côté de la barrière : puisque je suis la mauvaise fille, eh bien au moins je vais penser à moi, à me protéger en premier lieu. Et l'on ne peut pas être déçu par une relation dont on n'attend plus rien…
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


120626
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Je n'aime pas ma belle mere, - les belles-meres

image

Oui ça peu allé en tout cas, nn il ne dit rien en parlant de cette esthéticienne mais il y a des choses que je ne pourai expliqué (il était amoureux de sa cousine) qui est aussi jolie qu'elle, une fois on était parti chez sa mere où toute la...Lire la suite

Je me gache la vie pour des broutilles a cause de ma belle-famille. - les belles-meres

image

Bonjour à toutes, Moname, pour les visites à la maternité, mon mari me dit surtout que même s'il n'a pas porté le bébé, il est le père et sa famille a tout autant le droit de venir voir le bébé. Pour les sms pendant qu'on est en vacances,...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages