Histoire vécue Famille - Enfants > Conflits familiaux      (1820 témoignages)

Préc.

Suiv.

Je souffre de la relation de mon conjoint avec ses parents

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 419 lectures | ratingStar_120082_1ratingStar_120082_2ratingStar_120082_3ratingStar_120082_4

Je suis en couple avec mon conjoint depuis 12 ans (nous nous sommes connus adolescent). Les relations avec mes beaux-parents ont toujours été un peu bizarre : toujours froid, je ne me suis jamais senti très a l'aise chez eux. En revanche, les grands-parents de mon conjoint, qui vivent avec eux et qui l'ont donc en partie élevé, m'ont toujours fait bon accueil. La mère de mon conjoint est un peu spéciale. Elle est d'humeur instable et peu parfois, en période de crise, se mettre dans des colères explosives pour des choses anodines qui coupent cours à toute forme de dialogue. Mon conjoint est en partie conscient de son instabilité psychique. Au fils du temps, il a appris à relativiser ce qu'elle pouvait dire et à prendre de la distance. Je dis en partie : il y a trois ans, alors que j'étais encore étudiante et mon conjoint travaillait en tant qu'ingénieur depuis 1 ans, nous avons décidé d'emménager ensemble. C'est un rêve que nous avions depuis l'adolescence, et les revenus de mon conjoint nous permettais enfin de nous lancer. Lorsque mon conjoint a annoncé qu'on cherchait à se loger, la réaction de ma belle-mère a été virulente de négativisme : elle lui a annoncé la fin du monde, en lui disant qu'il était complètement inconscient, qu'il été incapable de subvenir à nos besoins et que nous allions connaitre la faim. La virulence de sa réaction à plonger mon compagnon dans le doute le plus absolu. Il a beaucoup souffert de cela et le dilemme a été très difficile à résoudre. Nous sommes passé par à peu près toutes les phases. Il y a avait d'un coté le foyer que nous avions envie de construire ensemble, et qui n'avait rien à voir avec mes beaux-parents, qui ne concernait que nous, et cette problématique qu'il nourraissait avec ses parents où chaque fois qu'il tentait de prendre de l'autonomie, on lui hurlait qu'il n'y parviendrait jamais. J'ai pas voulu rentrer dans le conflit familial, parce que c'est eux que ça regardent. J'ai pas voulu faire comme ça mere et lui jouer un chantage affectif. Je le lui ai dis, je lui ai dis qu'il devait faire son choix seul, et penser à ce qu'il avait réellement envie. Ca n'a pas fait contre-poid et il a choisi de rester vivre avec ses parents. J'ai été très malheureuse de la situation et j'ai finalement décidé que je devais penser à ma propre construction d'adulte. Je lui ai dis que j'allais prendre une chambre de cité U parce que j'avais besoin d'autonomie et d'indépendance, et que je le ferai avec ou sans lui. Que je puisse prendre l'initiative de prendre mon indépendance avec si peu de revenus l'a fait réfléchir, 15 jours plus tard, nous emmenagions dans un appartement en location. Nous vivons donc ensemble depuis trois ans. Je ne vois mes beaux-parents que de temps en temps. Quelques petites mésaventures (qui arrivaient chaque fois qu'on leur demandait un service) m'ont appris que si nous voulions que chacun reste à sa place, il ne fallait rien leur demander. (pour exmple, une fois on leur a demandé de nous preter leur voiture pour partir en vacance, et ils nous ont juré que nous allions mourrir sur les pistes de ski et le jour ou on a été cherché la voiture, ils avaient préparer l'itinéraire que nous devions prendre et des vetements supplémentaires, tout ça dans une hystérie parpable). Mon conjoint a très mal vécu cette situation, au point de rester assis à se balancer comme un autiste pendant 20 min, incapable de dire un mot. Nous vivons donc ensemble depuis 3 ans. On a du s'ajuster mais dans l'ensemble on forme un couple heureux. Enfin c'est ce que je crois. Nous attendions que je sois salariée (ce que je suis depuis 10 mois) pour acheter un appartement ou une maison et penser à avoir des enfants. Bref, continuer sur notre lancée pour construire notre foyer. Nous nous sommes pacsés la semaine dernière, et puis ça a commencé à merdouiller. Le week end dernier, le vent a tourné au sujet d'un voyage au US que mon conjoind doit faire pour le boulot. Il prend un traitement et avait besoin d'une ordonnance pour pouvoir emmener ses médicaments. Il m'annonce que c'est sa mère qui va s'occuper de l'ordonnance. Cela m'a mis en colère. Je craignais qu'en l'impliquant de nouveau dans son voyage (au passage, sa première réaction a été de lui dire qu'il allait mourrir dans un tremblement de terre) , on allait vers un nouvelle envahissement. Il s'est faché, en me disant que j'en faisais des tonnes pour une toute petite ordonnance. Courant de la semaine dernière, nous trouvons une maison a retapper, une opportunité très interessante mais qui nécessite un certain nombre de travaux. Mon père est venu jeté un oeil et nous dire si oui ou non ses travaux sont à notre portée. Il a estimé les travaux, et très enthousiaste à l'idée de construire un foyer, nous avons signé une proposition pour la maison. Par acquit de conscience, mon compagnon a voulu avoir l'avis de son père (qui est aussi de la partie, il est plombier) sur la maison. Sans même avoir vu la maison, il a complètement descendu notre projet en disant qu'on ne s'en sortirait jamais, qu'on était inconscient, qu'on n'y arriverait pas, finalement le même discours qu'il y a trois ans. Mon conjoint m'a rapporter cette conversation qu'il avait eu avec son père, et m'a dit que ça l'avais complètement refroidit pour notre projet. Là, le sol s'est effondré sous mes pieds. Parce que je pensais qu'on avait avancé durant ces trois dernières années et qu'en fait pas du tout. Il en ai toujours au même point avec ses parents : c'est eux qui décident de notre vie. Je me suis prise une grosse claque, parce que je n'arrive pas à imaginer avoir des enfants avec lui dans ses conditions. Il suffit qu'ils lui foutent la trouille pour qu'il fasse marche arrière. Depuis cette dispute (jeudi soir) , où il a eu des mots durs envers moi, on ne se parle plus. Je crois qu'il attend que j'accepte simplement la situation. Je n'arrive pas à voir une issue à cette situation. Tout à coup nos projets communs me semblent vraiment impossible à réaliser. Je ne sais pas quoi faire.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


120082
b
Moi aussi !
1 personne a déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Je n'aime pas ma belle mere, - les belles-meres

image

Oui ça peu allé en tout cas, nn il ne dit rien en parlant de cette esthéticienne mais il y a des choses que je ne pourai expliqué (il était amoureux de sa cousine) qui est aussi jolie qu'elle, une fois on était parti chez sa mere où toute la...Lire la suite

Je me gache la vie pour des broutilles a cause de ma belle-famille. - les belles-meres

image

Bonjour à toutes, Moname, pour les visites à la maternité, mon mari me dit surtout que même s'il n'a pas porté le bébé, il est le père et sa famille a tout autant le droit de venir voir le bébé. Pour les sms pendant qu'on est en vacances,...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages