Histoire vécue Famille - Enfants > Conflits familiaux      (1820 témoignages)

Préc.

Suiv.

Je suis en conflit perpétuel avec mes parents !

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies 38 ans
Mail  
| 592 lectures | ratingStar_120102_1ratingStar_120102_2ratingStar_120102_3ratingStar_120102_4

A bientôt 40 ans les relations avec mes parents sont de pire en pire. Je vis seule avec ma fille de 10 ans. Quand je vais voir mes parents qui habitent à une heure trente de chez moi, c'est la galère ! Si j'ose être moi même et penser par moi même, je me prends des réflexions, mon père va jusqu'à me traiter d'idiote ou de folle, si je lui tiens tête, il me dit "on sera bien content lorsque tu vas repartir chez toi". Bref, j'en passe ! Tous les ans depuis cinq ans maintenant, je passe une partie des fêtes de fin d'année seule car je ne peux toujours me déplacer et ils ne veulent pas venir me voir. Quand je les invite, ils trouvent toujours une excuse pour ne pas venir. Ils critiquent tout ! Ma coiffure, mon maquillage, mes vêtements, ma façon de vivre, mon célibat, mes goûts, mes propos, ce que j'achète, le fait que j'ai des copines (ils n'ont quasiment pas d'amis, un couple d'amis en fait !! ). Rien, absolument rien ne trouve grace à leurs yeux. Si je veux parler avec eux ça fini mal car mon père tant que je ne me suis pas rangée à son avis me maltraite moralement. Je me dis que je devrais tirer un grand trait sur eux, par moment je me demande s'ils se rendent compte. Depuis quelques années je suis divorcée, j'ai vécu une période difficile, puis j'ai trouvé un travail qui me permet de m'assumer financièrement. Mais ce n'est pas pour autant que ça va mieux avec eux ! Quand j'ai divorcé ils m'ont jugée, ils m'en ont voulu. Ma mère m'a dit près de 5 ans après mon divorce qu'elle commençait juste à s'en remettre ! Sympa ! Et moi dans tout ça ? Ce que je ressens ce que je suis ils s'en moquent. Ils me le disent d'ailleurs !! En plus je suis fille unique. Alors maintenant je me rebelle de plus en plus, je tiens tête à mon père lorsqu'il veut m'imposer' des choses. Je n'ai même plus envie d'aller les voir. J'ai la sensation de ne pas être leur fille. D'ailleurs, depuis mon enfance j'ai ce même sentiment. Je ne me suis jamais sentie aimée par mes parents. Quand ça ne va pas, ils ne m'aident pas moralement, au contraire, j'ai le droit à des réflexions désagréables, dès que je ne suis pas leur chemin, je suis nulle !! Il est vrai que je ne pense quasiment jamais comme eux, je n'ai pas du tout les même centre d'intérêts, ni la même philosophie. Nous sommes très différents, de caractère aussi. Alors Ils sont sans pitié quand je ne vais pas dans leur sens. Faire semblant me pèse, je suis moi, j'ai le droit d'exister comme je suis et non pas comme ils voudraient que je sois. Alors je reste moi et bonjour les dégâts. Et plus le temps passe, plus j'en ai assez. J'ai l'impression d'être face à deux grands gosses complètement bornés, centrés sur eux même, stressés en permanence alors qu'ils sont à la retraite pour l'un et en semi retraite pour l'autre. Fait ce que l'on dit, pense comme nous, ou dégage. C'est ainsi. Ils me fatiguent. Quelqu'un partage t'il ma "situation" ? Ma famille est froide avec moi. Si j'essaye de me rapprocher, ils me donnent des coups de couteau dans le dos à la moindre occasion. J'avais commencé à écrire un manuscrit. Ma mère avait accepté de lire un chapitre, elle a aimé au départ, et tout à coup, la semaine d'après, elle n'a fait que critiquer, pire, elle a réécrit des paragraphes entier en changeant l'histoire à sa manière. Mon père m'a dit que je n'avais aucun style de façon très sèche. J'ai tellement été choquée que j'ai mis un mois avant de réussir à recommencer à écrire. C'est grace à une amie et à son père que j'ai repris. Ils ont lu une partie de ce que j'avais déjà fait, et mis à part quelques fautes d'orthographes, ils ont trouvé ça très bien. Ils m'ont motivée pour que je continue sinon j'arrêtais tout. Je me suis mordue les doigts de vouloir partager quelque chose. Depuis, c'est terminé, avec eux, tout ce que je peux faire, c'est parler du temps qu'il fait et répondre "ah oui" lors d'une pseudo conversation. Je devrais peut être faire le deuil de ma famille bien que celle ci ce réduise à eux deux, car je n'ai personne d'"autre. Je me sens ridicule de parler de ça, à mon âge surtout, mais, j'ai l'impression de trainer ça depuis tellement longtemps ce malaise avec eux… et rien, rien de ce que j'ai pu demander pour avoir des explications n'a abouti… ils ne parlent pas, ne s'expriment pas sauf pour critiquer. Une fois, alors que je parlais de nos différences, ma mère m'a sorti : "j't'aime bien quand même" sur un ton peu convaincant… je ne me souviens pas d'elle comme d'une mère aimante, dans mes souvenirs d'"enfance, je me souviens d'elle comme un être maniaque à l'extrême, avide de perfection, stressé. Ni elle ni mon père ne m'ont déjà dit quelque chose de positif sur moi. Jamais.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


120102
b
Moi aussi !
2 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Je n'aime pas ma belle mere, - les belles-meres

image

Oui ça peu allé en tout cas, nn il ne dit rien en parlant de cette esthéticienne mais il y a des choses que je ne pourai expliqué (il était amoureux de sa cousine) qui est aussi jolie qu'elle, une fois on était parti chez sa mere où toute la...Lire la suite

Je me gache la vie pour des broutilles a cause de ma belle-famille. - les belles-meres

image

Bonjour à toutes, Moname, pour les visites à la maternité, mon mari me dit surtout que même s'il n'a pas porté le bébé, il est le père et sa famille a tout autant le droit de venir voir le bébé. Pour les sms pendant qu'on est en vacances,...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages