Histoire vécue Famille - Enfants > Conflits familiaux      (1820 témoignages)

Préc.

Suiv.

Mon mari m'a avoué qu'il ne m'aime plus

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 11960 lectures | ratingStar_14155_1ratingStar_14155_2ratingStar_14155_3ratingStar_14155_4

Je sais que la solution à mon problème seuls moi et mon mari pouvons la trouver mais j'ai besoin de parler et personne à qui me confier. D'avance, je m'excuse pour le grand pavé qui suit.

Nous sommes sortis ensemble pour la première fois il y a 14 ans. C'était un vrai coup de foudre pour tous les deux. Il avait 18 ans et moi 21 ans. Pendant 3 ans nous nous sommes vus assez rarement quelques heures par çi par là et seulement une fois par mois. Entre 2 retrouvailles, nous nous écrivions et nous nous téléphonions. Il habitait dans le Nord de la France et moi en Belgique. En plus sa mère était contre notre relation pour une raison qu'elle n'a jamais expliqué ni à lui ni a moi. Mes parents me conduisaient une fois par mois dans le Nord de la France et mes parents allaient se promener de leur côté pendant qu'on profitait des nos quelques heures ensemble pour nous ballader, parler, bref, comme tous les amoureux. Pendant 1 an (moi, j'avais déjà trouvé du travail depuis 1 an en Belgique) , il a fait son service militaire et passait ses week-ends et permissions chez mes parents avec moi. Il n'avait quasi pas de contact avec ses parents (bien que je ne le lui jamais demandé de couper les ponts). Les contacts ont repris petit à petit avec eux. Et même si nous n'avons pas pardonné leur attitude du début, on n'en parlait plus avec eux, on a fait table rase pour repartir sur de bonnes bases. Après son service militaire, il a trouvé du boulot et nous nous sommes installés ensemble. Après un an de vie commune nous nous sommes mariés. Un beau mariage, avec sa famille, la mienne, tout le monde réuni.

Depuis que nous vivons ensemble, nous avions parfois des petites disputes comme tout les couples mais pas si souvent, et souvent pour des sujets un peu futils. Nous étions très tolérants par rapport aux hobbies (qui ne sont pas les mêmes pour lui et moi : lui le PC et moi la lecture et le cinéma) et défauts de l'autre. Nous n'avons pas les mêmes centres d'intérêts ni les mêmes caractères (entre autres, il est assez taiseux et moi une grande communicatrice, il fuit les conflits et réfreine ses colères alors que moi je peux piquer une grosse colère mais après ça mes sentiments ont été mis à nu et je me sens mieux) mais ça n'avait jamais été un frein à notre amour. Jamais il n'a été question de séparation. Il y a 7 ans, nous avons fait construire une maison. Nous avons eu 2 garçons qui ont maintenant 4 ans et 1 an et demi. Ils sont adorables. C'est vrai que depuis que les enfants sont là, comme il travaille à temps plein et moi aussi (on ne pouvait pas à la fois avoir une belle maison et travailler à temps partiel et puis, mon travail m'a toujours tenu à coeur et le sien aussi) , il faut beaucoup d'organisation pour aller les emmener à l'école ou à la crèche ou aller les faire garder par ma mère. Une femme de ménage s'occupe du ménage et du repassage, si bien que toutes nos soirées et nos week-ends sont consacrés aux enfants vu qu'on ne les voit pas de la journée. Depuis les enfants, on a peu eu l'occasion de faire des sorties à deux et on n'a pas d'amis (mes véritables amies se sont recentrées sur leur couple quand elles sont connu quelqu'un et lui, n'est pas vraiment accro aux amitiés). Les seules personnes chez qui on va de temps en temps ou qu'on reçoit chez nous sont ses/mes parents, ses/mes frères et soeurs et une de mes cousines, son mari et sa fille (ma filleule) dont je suis assez proche. J'avais pris du poids avec ces 2 grossesses, j'avais très peu de temps pour prendre soin de moi aussi, les visites chez le coiffeur, le maquillage, tout ça ce sont des choses qui passaient après mes enfants et mon mari. Depuis les enfants, surtout depuis de 2ème (il y a 1 an et demi) les rapports intimes se sont faits plus rares, au début, il demandait mais c'est vrai que je n'ai pas toujours répondu favorablement alors, il a fini par abandonner et il attendait que je fasse le premier pas. Ce que je ne faisais que rarement car entre le boulot et les enfants, j'étais souvent épuisée. Mais quand il y en avait ça se passait toujours très bien, comme lui comme pour moi. En juillet, nous sommes partis tous les 4 en vacances, là il m'a dit qu'il fallait vraiment que je fasse un effort pour la fréquence de nos rapports intimes car ça lui pesait beaucoup. Je ne m'étais pas rendue compte que ça le faisait souffrir à ce point et j'ai réèllement fait les efforts qu'il me demandait, d'autant que ma gynéco m'avait dit que "l'appétit venait en mangeant" dans ce domaine. Pour moi l'acte en lui même était toujours très agréable, c'était la démarche d'aller vers lui qui était difficile, et comme lui ne venait plus vers moi de crainte d'être refoulé… Bref, depuis juillet, nos rapports avaient repris une fréquence qu'il m'avait dit le satisfaisait.

Il y a 2 semaines et demi, au soir, après avoir été conduire les enfants chez mes parents pour ne pas devoir les réveiller trop tôt le lendemain matin en raison de notre travail, je suis rentrée et l'ai trouvé allongé sur le divan, dans son vomi, puant l'alcool, une bouteille de Whisky vide sur la table du salon. Il était pour ainsi dire sans connaissance et tenant des propos complètement incohérents. J'ai eu la peur de ma vie, car il ne boit jamais. Pour essayer de la ranimer un peu je lui ai jeté de l'eau au visage, et là il a commencé à sangloter et quand je lui ai demandé pourquoi il avait fait ça, il m'a répondu en pleurant "je ne t'aime plus". Je ne vous raconte pas le choc que ça a été pour moi. Il réclamait l'ambulance. J'ai appelé le médecin de garde pour lui décrire son état et il m'a dit que vu son manque d'habitude avec l'alcool et la quasi perte de connaissance, il valait mieux l'emmener aux urgences mais il ne savait pas marcher dans son état. Il est parti avec l'ambulance et j'ai suivi en voiture. J'ai attendu les résultats de la prise de sang et de l'examen et ça allait bien. Juste une très grosse cuite. Il s'est endormi profondément. Je n'étais pas dans un état moral de rester là pendant toute la nuit à attendre qu'il se réveille. Le suis rentrée à la maison, où je n'ai pas dormi, car pas cessé de cogiter, pleurer, à espérer que ce qu'il m'avait dit était faux, qu'il était sous l'emprise de l'alcool car il avait peut être apris une mauvaise nouvelle de sa famille en mon absence. Le lendemain matin, il a fallu avertir nos employeurs respectifs que l'on serait absents pour une raison plus ou moins plausible. A mon retour aux urgences au petit matin, il était tout à fait désaoûlé, il m'a confirmé qu'il ne m'aimait plus, qu'il ne ressentait que de l'amitié pour moi et de la tendresse en temps que mère de ses enfants et grâce au souvenir de toutes ces années passées ensemble. Il dit que ses sentiments se sont petit à petit dégradés depuis 1 an et que depuis notre retour de vacances, il lui est apparu évident qu'il n'avait plus de sentiment amoureux pour moi. Il n'avait pas eu l'intention de se saôuler à ce point là mais il voulait se donner du courage pour m'en parler. On a demandé à voir un psy aux urgences qui nous a conseillé un collègue pour une thérapie de couple. Moi, j'ai été voir mon médecin traitant car je n'arrivais plus à dormir car je ruminais nos problèmes. Je suis sous anxyolitiques. Mon mari m'a dit qu'il n'y avait pas d'autre femme dans sa vie et qu'il n'en avait pas en vue et je le crois car son emploi du temps ne lui permettrait pas et puis, malgré le mal qu'il me fait, il n'a jamais cessé de me respecter.

On est allé voir le psychologue la semaine dernière. On lui a expliqué ce qui nous ammenait. Il a demandé que l'on parle de nos familles respectives et de nos liens avec eux. J'ai la chance d'avoir des parents formidables avec qui je m'entends très bien. Mon mari a dit ce que je savais déjà : ses parents lui ont dit qu'il avait été conçu par "accident" et qu'ils se connaissaient à peine quand il a été conçu. Et qu'il est probable qu'ils ne se seraient jamais mariés si elle n'était pas tombée enceinte car ils étaient très différents et ce n'était pas le tout grand amour entre eux. Pour faire les "choses dans les règles", car c'est un homme d'honneur, mon beau-père a épousé ma belle-mère quand elle était enceinte. Ils travaillaient tous les 2 en France (petits ouvriers avec un maigre salaire) mais ils étaient tous 2 des immigrés d'un même pays et toutes leurs familles étaient encore dans ce pays. Ils lui ont expliqué que par manque de moyen financier pour le faire garder en France pendant qu'ils travaillaient (à pause tous les deux) , ils l'avaient confié dès la fin de congé de maternité de ma belle-mère aux parents de celle-ci dans le pays d'où ils étaient originaires. Il y est resté jusqu'à ses 5 ans. Les grands parents étaient très gentils avec lui. Il a eu 2 frères, l'un de 2 ans plus jeune et l'autre de 4 ans plus jeune que lui et une soeur 17 ans plus jeune que lui, qu'il a moins connu vu qu'il a quitté ses parents à 21 ans. Ses parents se disputaient souvent devant leurs enfants, ma belle-mère était celle qui "portait la culotte" et mon beau-père avait peu de choses à dire. Mon beau-père a fait 2 dépressions à cause de ces problèmes de couple et suite à cela il fuit tout conflit avec sa femme et lui donne toujours raison pour tout. Ma belle-mère est très peu maternelle d'une manière générale et tout particulièrement avec mon mari. Il était l'ainé et devait beaucoup l'aider à la maison. Le psy a dit que l'origine de son mal-être se trouvait dans le fait qu'il avait été pour ainsi dire la cause du mariage de ses parents (il a une dette de vie envers eux) et qu'il avait été abandonné par sa mère pendant ses 5 premières années. Il a dit que ça y était aussi pour beaucoup dans le problème qu'il connaissait maintenant avec moi, bien qu'il y ait certainement des choses à améliorer chez lui et moi aussi pour redonner vie à notre couple. Selon le psy, s'il avait connu n'importe quelle autre femme, tout se serait passé de la même manière et que si on venait à séparer, s'il ne travaille pas à ce problème avec sa mère/ses parents, il pourrait connaitre 100 autres femmes et ça se reproduirait encore. Il a demandé à ce que mon mari aille le voir un jour avec sa mère pour essayer de régler ce gros problème qui le ronge. Mon mari lui a demandé un peu de temps pour qu'il prenne le courage de parler à sa mère (mon mari aussi déteste les conflits, quand ses parents en avaient, il se rangeait toujours du côté de son père). Le psy m'a conseillé de reprendre le temps de prendre soin de moi, d'essayer de perdre un peu de poids, de me relooker un peu (je précise que je ne suis quand même pas obèse et que je ne m'habille pas non plus comme une mamy ou ne suis pas en training à longueur de journée) , il dit que ça peut aider à réveiller l'amour de mon mari, que ça me fera du bien à moi même et que dans le pire des cas (j'ai eu du mal à entendre ça) , je serai toute en beauté pour pouvoir refaire ma vie avec quelqu'un d'autre. Je lui ai demandé si un break, une séparation temporaire ne ferait pas du bien à mon mari et il m'a dit que non, que ça n'allait certainement pas améliorer les choses et qu'il se sentirait aussi mal loin de moi qu'avec moi. Notre prochain RV est dans 3 semaines, et on parlera plus de nos problèmes de couples à nous et de nos enfants qui ont un peu joué selon ses dires aux "piranhas" avec notre couple.

Entretemps, depuis son aveu de désamour, mon mari est très froid avec moi. Il ne tolère que les bisous sur la joue. Il m'appelle de temps en temps ma chérie mais me dit que c'est par habitude, par réflexe. Je ne peux plus lui dire mes sentiments, il dit que ça lui fait un trop gros pincement au coeur quand je lui dit que je l'aime car ça le fait culpabiliser. Il dit qu'il aimerait que son amour pour moi revienne mais qu'il a peur de ce qui se passera s'il ne revient pas. Il ne sait pas comment faire pour aider son amour à renaître et moi non plus je ne sais pas quoi faire pour le reséduire. Je souffre énormément car je l'aime de tout mon coeur. Sous le choc, j'ai quasi cessé de m'alimenter et j'ai perdu 5 kg en une semaine. Je me suis mise au jogging et à la natation et c'est vrai que ça me fait du bien, ça me fait penser à autre chose. Je soigne ma tenue, je re-prends le temps de me maquiller, quitte à me lever à 6h du matin pour en avoir le temps. J'essaie de me montrer plus zen avec lui et les enfants, ne pas m'énerver. Quand les enfants sont avec nous, on s'en occupe beaucoup ensemble mais quand ils ne sont pas là ou qu'ils dorment, il ne me parle pas beaucoup, ou alors de choses un peu banales, quand j'essaie d'aborder nos problèmes, il refuse d'en parler. Il passe beaucoup de temps sur le PC avec souvent le MP3 sur les oreilles, comment communiquer dans ces conditions ? Parfois je le provoque un peu et nous avons encore des relations intimes mais il me dit que le désir chez l'homme n'a pas besoin de sentiments, il suffit que la femme ne soit pas trop moche et le désir peut venir. Il dit que c'est purement "mécanique" chez les hommes. Je suis perdue, je n'aime pas avoir des relations intimes dans ce contexte mais si on n'en a pas j'ai peur qu'il s'éloigne encore plus. Je précise qu'à ce niveau il a été le 1er pour moi et moi la première pour lui. Il n'est quasi sorti avec aucunes filles avant moi, il a éprouvé des sentiments pour 3 autres filles avant moi mais ça ne s'est pas concrétisé car les sentiments n'étaient pas réciproques. Moi, j'ai eu plusieurs flirts de jeunesse mais jamais rien de bien sérieux pour moi (je n'ai jamais eu de vraies peines de coeur). Il m'a aussi dit que bien qu'il était certain de m'aimer depuis notre rencontre jusqu'à il y a environ 1 an, il se demandait si ses sentiments pour ces 3 autres filles avec lesquelles il n'est pas sorti n'étaient pas plus fort que pour moi. J'essaie de lui faire comprendre que c'est l'attrait de l'amour impossible qui lui fait dire ça. Mais il est perdu. J'essaie aussi de comprendre s'il ne m'aime vraiment plus du tout ou si c'est l'amour vif des premières années qui est passé et qu'il est maintenant dans un amour plus mûr, moins passionné, qu'il prend par erreur pour une disparition de ses sentiments. C'est certain que mon amour pour lui a aussi évolué, on n'en est plus aux grandes embrassades des débuts, à se regarder dans le blanc des yeux pendant des heures mais je sais que je l'aime encore. Parfois, il prend sa voiture quand les enfants sont couchés et il va pleurer tout son saôul dans la campagne des environs et je sais que c'est ça qu'il fait, il ne va pas voir quelqu'un d'autre. Et après il rentre soulagé d'avoir évacué sa peine. Mais moi, je stresse à chaque fois qu'il fasse une bêtise, ou qu'il ne rentre pas. Je lui ai dit que je préfèrerais qu'il me parle de ce qui le tracasse (j'ai toujours été très à l'écoute des autres, quand les autres veulent bien communiquer) plutôt que de faire ça mais il dit qu'il en a besoin. Avant qu'il me révèle tout ça, il m'avait encouragé à partir en vacances 1 semaine avec mes parents et les enfants car il me restait pas mal de congés à prendre et lui ne peut les prendre que quand son entreprise ferme en juillet et en fin d'année. Je pars donc dans 2 semaines et demi avec les enfants. J'ai peur de ce qui se passera à mon retour. Juste après mon retour, on retourne voir le psy à deux. Inutile de préciser que devant les enfants tout est resté pareil qu'avant pour les préserver tant qu'on n'y voit pas plus clair tous les deux. Je n'ai pas voulu en parler à ma famille pour ne pas les faire souffrir, car ils souffriraient pour moi. Et aussi parce que j'éprouce comme une honte de ce qui nous arrive. Je suis peut-être de l'ancienne école mais quand on se marie pour moi c'est pour la vie et si ce n'est pas le cas, c'est un énorme échec. Mon mari n'en a parlé a personne dans sa famille car il a des relations très superficielles et banales avec eux et il m'a dit qu'il savait que sa famille se rangerait à mes côtés. Bref, on est déjà deux à souffrir et c'est suffisant.

Si vous m'avez lu jusqu'au bout, vous avez eu beaucoup de courage et je vous en remercie du fond du coeur. Si vous avec un avis sur notre problème et si oui ou non il y a une chance pour notre couple de se remettre de cette énorme crise ça ma ferait plaisir de vous lire. Je ne veux pas attirer que des commentaires optimistes, j'attends vos avis sincères, mais les commentaires que j'ai lu sur les différents autres sujets sont souvent très négatifs et ça me fait un peu peur. Y-a-t-il quelqu'un qui a eu une expérience similaire qui s'est bien terminée ?

Ce petit moment à vous "parler" m'a fait beaucoup de bien. Merci.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


14155
b
Moi aussi !
59 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.



Commentaires pour cette histoire  Ajouter un commentaire

Par Bibir | le 25/02/10 à 23:01

Bonjour,

Je ne sais pas quand ce texte à été publiée mais je souhaite y répondre. les crises dans les couples sont inévitable et elles sont très fréquente il suffit de jeter un coup d'oeil sur la toile et pourtant la plus part des gens ruminent seule leur problème sans oser en parler. Ce qui est destructeur pour un couple c'est la routine, le quotidien, les habitudes, le manque d'activité à 2, manque d'attention, de folie, la disparition de la passion. Peut-on éviter cette issue tragique, les optimistes diront que oui, les pessimiste diront que non mais moi je suis réaliste alors je pense que si on veut on peux, bien sur c'est facile à dire. Quelqu'un à dit "pour s'aimer toujours, il faut se quitter souvent" et la solution est là dans cette phrase... Lorsque la passion s'éteint et que la routine s'installe il faut donner un nouveau souffle au couple mais ce n'est pas chose aisée on ne peut pas simuler les début d'un couple déjà bien installé. Alors à mon avis lorsque votre conjoint vous dit qu'il ne vous aime plus (en général un des 2 craque le premier c'est rarement les 2 qui cessent de s'aimer) il faut réagir et vite et la meilleur chose a faire est la "pause" on a pas toujours envie de partir de peur que l'autre fasse l'irréparable, peur que le retour ne soit plus possible ou bien simplement car on ne sais pas ou aller et on ne veut pas alarmer la famille, on a peur des ragots, des mauvaise langues qui se réjouiront de cet échec, des milliers de raison s'élèvent tel un mur et l'on se fige, on s'accroche comme une âme en peine, on pense sauver le couple avec des thérapie ou avec des petites attentions mais ni les thérapie, ni les sous-vêtement sexy, ni la nouvelle coupe ne peuvent changer cet état de fait et c'est là que le réalisme est de rigueur. La solution cependant ne peut être que "le départ" ce départ ne dois pas être annoncé comme temporaire, votre partenaire dois être secoué, mis face à une réalité qui va le surprendre et l'inquiéter. Vous devez avec assurance, courage et bonne figure annoncé votre départ pour une durée inconnue, mettez votre fierté au placard et allez chez vos parents, frère, soeur ou autre ou demandez lui de partir. Suite à ça affichez une nouvelle vie (pas un nouveau compagnon) mais une vie équilibré, joyeuse active (même ci cela est faux) Faite lui croire que sans lui vous vivez toujours et que vous vivez bien, que vous prenez votre vie en main que la fin de votre couple n'est pas la fin de votre vie. Vous avez des enfants en commun donc ils est facile de rester en contact malgré une séparation avant de le voir soyez belle, souriante, laissez le doute s'imiscer en lui, son imagination et son égo feront le reste et en quelques temps votre conjoint vous refera la cour et les yeux doux c'est certain il s'a percevra de ce qu'il a failli perdre et la passion renaitra de ces cendres car le doute et la jalousie savent réveiller la passion. Le secret au final sera de pas céder trop vite, de dire qu'à votre tour vous vous posez des questions et voulez attendre encore et croyez moi il attendra. Dans toute relation il faut une dose de manipulation mentale et ce n'est pas donnée à tout le monde de connaitre la marche à suivre alors je vous fais partagez mes études personnelle sur le sujet, mon expériences, mes lecture en espérant que au moment ou je vous écrit votre problème est résolue.
Bibir

Par isago | le 10/03/10 à 14:14

@Bibir: bj tu dis de partir mais quand il y a une maison et des crédits et je travaille cas mi-temps.
en plus je né pas de famille dans la région ce n'est vraiment pas évident surtout si je veux le reconquérir

Par joyce62 | le 09/09/10 à 12:07

@isago: bonjour, votre histoire m'a beaucoup touchée...car malheureusement, je suis dans quasiment la meme situation que vous...je sais que ca date un peu mais peut etre pourrize vous me dire ce que vous avait fait et comment ca se passe maintenant?
je suis completement perdue; mon mari m'a annoncer qu'il ne m'aimai plus la semaine derniere mais qu'il aime etre avec moi. nous sommes marié depuis 1 an et demi et nous avons 11 ans de vie communes. nous avons un petit garcon de 3 mois !!!! il dit que ses sentiments se sont degradés depuis environs 2 mois...
au secours!
merci

Par bleuorion | le 16/09/10 à 18:51

@joyce62: Bonjour, moi aussi je vis la même situation depuis 2 semaines, c'est vraiment invivable pour moi et je vis un enfer.
Depuis quelques temps mon mari devenait distant, nous avons donc eu un discussion et là, il m'avoue qu'il ne m'aime plus et veut qu'on se sépare. Je suis tombée des nues. Tout cela à cause de petits traits de mon caractère qui lui sont devenus insupportable, il est plutot calin et pas moi, il me repproche de ne pas assez me confier et parler alors que lui, c'est le contraire. En fait, il a supporté ces petites différences mais plus aujourd'hui nous sommes marié depuis 11ans, avons 16 ans de vie commune et un enfant de 8 ans et sans mentir, nous ne nous sommes jamais engueulé!!!Le pire c'est que je connais son caractère et quand il a décisé quelque chose, il s'y tient et ne revient pas dessus, il est tres obstiné. Je lui ai demandé à plusieurs reprise de laisser une petite porte ouverte pour que je tente de le reconquérir, mais il ne veux savoir ni rien essayer. Je suis vraiment au bors du gouffre et ne sais plus quoi faire, alors que je suis prete à tout pour le reséduire.

A l'AIDE que faire!!!

Par Jola06 | le 25/09/10 à 11:11

Bonjour, ces moments où l'on apprend que l'autre ne nous aime plus font certainement parti des moments de notre vie les plus difficiles. Surtout qu'ils se produisent parfois alors que nous nous sommes toujours très amoureux. Je trouve dommage que souvent on vienne sur un forum dans l'urgence puis.. plus rien. Donc je souhaiterai puisque je suis passée par là et en suis sortie, vous faire part de l'expérience après coup. Déjà le hic est de s'avouer que peut-être l'autre de nous aime vraiment plus et que cela est peut-être irrémédiable. Quand on aime encore quelqu'un accepter qu'il ne nous aime plus et très difficile et on va s'accrocher à n'importe quoi qu'on interprétera bien sur comme de l'espoir. Oui les hommes qui ne nous aimes plus peuvent coucher avec nous sans problème... c'est un peu triste, car ils devraient prendre conscience que cela nous donne de l'espoir... mais bon... on les cherche un peu, on les trouve et on s'accroche aux branches... Mais bien vite on se rend compte que derriere cet acte il n'y avait effectivement plus d'amour. Donc le premier travail est de faire le deuil de l'amour de l'autre, apprendre à vivre avec ce vide qui nous laisse désemparé et choqué. Essayer de reconstruire une nouvelle vie avec de nouveaux repères. Si votre homme ou votre femme s'est trompé alors bientot il/elle s'en rendra compte et vous verrez bien ce que vous aurez envie de faire de ses sentiments à ce moment là. Mais si j'ai un conseil à donner, un couple qui va pas bien, et qui veut tenter encore de se retrouver partir en vacances chacun de son coté n'est vraiment pas la solution ! Les premiers temps quand on va mal cela nous fait du bien d'être seul et votre partenaire va peut etre croire que finalement c'est ça qu'il veut..; parfois à tord, car une séparation courte n'est pas vécue de la même manière qu'une véritable séparation et ça il risque de confondre. le deuxieme conseil... vous êtes sur que votre partenaire n'a personne ? et bien je vais vous dire, vous êtes surement la/le plus mal placé pour en juger. Le mombre de fois où j'ai vu des gens tomber des nues qui auraient donner leurs deux mains tellement certains que... et bien heureusement qu'on ne donne pas vraiment nos deux mains, car le monde serait rempli de manchots :-)! Je vais vous dire, malgré toutes ces douleurs qui nous arrachent les tripes, et bien un jour on revie, on retrouve le bonheur, parfois l'amour (partagé) et on retrouve la vie belle. La douleur s'estompe peu à peu... un jour on regarde avec lucidité le non amour de l'autre et puis on n'a plus mal... et là c'est vraiment cool, car avant on en CH.... Faire son deuil d'une belle histoire, accepter que l'autre s'éloigne...oui c'est dur mais parfois il est impossible de recoller les morceaux...surtout si dans la tête de l'autre le passé l'a rattrapé.
Bon courage.

Par MVLE | le 30/09/10 à 23:15

@Jola06: Bonsoir, c'est les yeux pleins de larmes que j'ose enfin me décider à répondre à votre message. Celui-ci m'a beaucoup touché. Je suis perdu, moi aussi mon mari ne ressent absolument plus rien pour moi. Il me l'a annoncé il y a environ deux mois. J'ai l'impression que rien ne va faire rennaitre ces sentiments, j'y croyais très fort jusqu'à maintenant mais je commence à m'essouffler tellement que je sents seule face à ça. J'ai très peur pour la suite car nous sommes à 1200 km de la famille, nous avons une maison et surtout un adorable petit garçon de 2 ans. Je suis effondrée devant mon écran et pour couronner le tout il est parti diner avec une amie. Voilà...

Par fleure | le 15/10/10 à 21:54

@MVLE: moi ausi je suis dans meme situation mon mari a commencer a etre distant presque pas de relation intime (maintenent je sais pourquoi) car il ma dit qu'il ne m'aimer plus juste 3jours apres lui avoir annoncer que j'ete aenceinte c' genial comme soutien alors je ne sais plus quoi faire car il y a un an il m'avais fait la meme chose avec une difference c' qu'il disais qu'il ne se senter pas bien qu'il traversai ue depresion alors il parter revener jusqua se que je lui dise de choisir et la il est revenue mais il n'a fait aucun efffort et il dit qu'il n'aime pas cette vie mais moi non plus et comme je l'aime encore je suis efondrer je pleur quand je suis seul ( on a 3 enfants et on le 28 octobre ça ferrra 10 ans de mariage)il dit qu'il veut rester car il ne laise pas une femme anceinte.
je ne sais pas quoi faire ni ou aller me parents et amies sont 1000km de chez moi.
aidez moi svp merci

Par Ioanna | le 27/10/10 à 12:38

Bonjour !
En surfant sur le net j’ai lu vos histoires vecues qui sont tres proches de la mienne, mais mon histoire a déjà une fin: une separation. Avant de commencer a vous raconter mon experience, je dois vous dire que je suis grecque et donc excusez-moi car je fais des fautes de langue.
Mariee depuis 14 ans, 2 filles jumelles de 10 ans et demi, adorables, une vie heureuse (j’y croyais), avec de l’amour, de la gentillesse et du respect, et quelques petits problemes mais pas graves et notre vie etait assez calme. En octobre dernier , après un mois d’absence de sex, il m’a avoue qu’il ne m’aimait plus comme auparavant, qu’il n’etait plus amoureux de moi. De plus, il m’a accuse de tout, que c’etait de ma faute qu’il ne m’aimait pas etc J’ai perdu la Terre sous mes pieds (comme on dit en Grece). Mais en plus, il m’a dit qu’il ne voulait pas qu’on se separe mais qu’il avait besoin du temps et de l’espace pour penser. Il etait absolument froid, je ne pouvais pas le toucher. Les premiers six mois etaient vraiment tres difficiles pour moi. Personne, ni mes parents, ni mes enfants ne pouvaient pas me donner de force. Je ne mangeais plus, je ne pouvais pas travailler, je ne pouvais pas me concetrer et je pleurais continuellement.
Un mois après son aveu, je me suis apercu qu’il n’etait pas seul et qu’il avait une amante mais c’est encore un peu plus complique parce qu’il etait tres amoureux d’elle. (Elle, elle a deux petits enfants et encore mariee!) Il avait donc, une forte motivation de me dire qu’il ne m’aimait plus. J’ai discute avec lui, je lui ai dit qu’il fallait choisir et que moi j’etais prete de l’excuser. Mais lui, il voulait vivre comme ca, avec moi sous le meme toit et avec elle. Cela n’etait pas possible pour moi et je lui ai demande de partir. Il est parti après un an: il y a seulement deux semaines, c’est dur, mais après un an de malheur, je vais déjà mieux. Oui, c’est certainement plus sain de vivre seule (avec mes enfants) qu’avec qqun qui ne t’aime pas. Dur, meme trop dur de s’adopter a cette nouvelle situation mais c’est quoi un mariage s’il n’y a pas d’amour? Ce n’etait pas ma decision, c’etait a lui, parce qu’il est parti de notre relation. Presque tous les jours , je me demandais le pourquoi, comment il a arête d’eprouver des sentiments pour moi quand moi, je l’aimais toujours. Maintenant, je ne m’y demande plus parce qu’il n’y a pas de reponse!
Vous vous demandez quoi faire? Personne ne peut y repondre, seulement vous. A mon avis, c’est tres difficile d’aimer l’autre de nouveau comme auparavant.
Vous dites que vos familles (parents, frères ou soeurs) sont loin et que vous ne savez pas quoi faire, c’est simple demandez-vous ce que c’est le mariage pour vous, ce que la famille represente pour vous et pour vos enfants! Vos enfants doivent vivre avec deux parents qui s’aiment et non pas avec deux parents qui cohabitent, parce que les enfants peuvent tout comprendre meme si on ne leur parle pas de notre vie intime. Quel modele de famille voulez-vous qu’ils suivent? Quel modele de famille voulez-vous qu’ils adoptent?
Et en ce qui concerne les parents, ok, les parents peuvent nous supporter mais en realite c’est nous meme et un ou deux amis! La force est a nous! Si on touche “le fond du vase la seule solution après c’ est de se lever” et continuer. Facile?? Pas du tout au contraire! Deuil, peine, beaucoup de peine, une peine insupportable mais ca passe peu a peu, on est toujours blesse par cette experience mais on continue parce qu’on doit continuer!
Merci de m’avoir lu, j’attends vos commentaries!

Par JARROT | le 22/02/11 à 21:44

@joyce62: Bonsoir, et oui l'homme ne sait ou il a sa place dans un couple quand un bébé arrive, meme si ce bébé est fortement désiré par les deux parties. Il s'apperçoit et bien que nous sommes moins disponible pourquoi parceque notre enfant est la et il a besoin de sa maman, et que le papa lui il veut juste faire quelques calins à son enfant mais ne pas prendre les désagréments. Ils ont peurs que l'on les abandonnes. Les hommes pensent aussi que nous faisons un bébé et après que l'on veut les jeter, mon mari c'est ce qu'il croyait il me l'a avoué au moment du divorce. Enfin vous remarquerez et ouvrez les yeux autour de vous qui gère tout du début de la naissance jusqu'à notre disparition de parents et bien c'est LA MERE.
J'ai fais la réflexion il n'y a pas longtemps à deux amis nous regardions la vie dans la savane qui s'occupait des petits et les protégeaient et bien MAMAN. S'ils veulent être reconnus et bien qu'ils se bougent ..... Ce n'est plus le sexe fort

Histoires vécues sur le même thème

Je n'aime pas ma belle mere, - les belles-meres

image

Oui ça peu allé en tout cas, nn il ne dit rien en parlant de cette esthéticienne mais il y a des choses que je ne pourai expliqué (il était amoureux de sa cousine) qui est aussi jolie qu'elle, une fois on était parti chez sa mere où toute la...Lire la suite

Je me gache la vie pour des broutilles a cause de ma belle-famille. - les belles-meres

image

Bonjour à toutes, Moname, pour les visites à la maternité, mon mari me dit surtout que même s'il n'a pas porté le bébé, il est le père et sa famille a tout autant le droit de venir voir le bébé. Pour les sms pendant qu'on est en vacances,...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages