Histoire vécue Famille - Enfants > Ecole > Autres      (3460 témoignages)

Préc.

Suiv.

Enseigner les mathématiques

Témoignage d'internaute trouvé sur france2
Mail  
| 388 lectures | ratingStar_84285_1ratingStar_84285_2ratingStar_84285_3ratingStar_84285_4

Est-il bien utile d'enseigner les mathématiques ?

Entretien entre Jean-Pierre Kahane et Françoise Colsaët.

Jean-Pierre Kahane a présidé la Commission de réflexion sur l'enseignement des mathématiques chargée par le ministre de l'Éducation de proposer des pistes pour faire évoluer l'enseignement de cette discipline1. Il a accepté de se demander avec nous pourquoi et comment enseigner les mathématiques aujourd'hui.

Avant d'aborder la question des programmes et des modalités de l'enseignement, je voudrais vous poser une question un peu provocatrice : aujourd'hui, est-il bien utile d'enseigner les mathématiques, dont certains annoncent l'inéluctable déclin ?

Pourquoi enseigner les mathématiques aux enfants ? Ils ont tant de choses à apprendre, qui toutes paraissent indispensables : lire, écrire, dessiner, courir, nager, chanter, consulter le Web, conduire la voiture, voyager, faire du sport, regarder la télévision, etc. Dans ces apprentissages l'école a un rôle inégal. Dans l'ensemble, on lui attribue les tâches les plus ingrates par exemple l'orthographe, ou la table de multiplication. Les mathématiques ont une image sévère. Ne pourrait-on pas s'en débarrasser ? Ou bien les réserver à quelques-uns, comme on le fait pour les langues mortes ? Il est légitime de se demander s'il est bien nécessaire d'apprendre les mathématiques. De toute façon, elles progressent, comme les autres sciences, à un rythme qui interdit leur assimilation par les individus et qui fait que l'on n'en saura jamais qu'une infime partie. Et les parties les plus fastidieuses, qui occupaient une grande place dans leur enseignement, sont maintenant prises en charge par les ordinateurs et les calculatrices.

Une revanche contre la tyrannie des maths…

L'idée du déclin de l'enseignement des mathématiques est-elle séduisante pour certains ?

L'annonce d'un déclin peut séduire une partie des élèves et de leurs parents ; depuis longtemps on parle de la tyrannie des mathématiques, de leur pouvoir sélectif, et on les assimile à un apprentissage de l'échec. De plus, l'organisation de ce déclin peut s'effectuer selon une certaine logique. D'un côté, tout ce qui est mécanique de calcul peut être laissé aux machines. De l'autre, le traitement intelligent et motivé peut être laissé aux utilisateurs. On ne disconviendra pas du fait que les mathématiques apparaissent partout, qu'elles sont utiles et même nécessaires, qu'il faut des mathématiques pour la physique bien sûr, pour l'architecture, pour l'économie, pour la gestion, pour la médecine, pour tous les métiers d'ingénieurs, etc. On ne dira donc pas que les mathématiques sont inutiles, au contraire. On dira que pour les faire comprendre et les faire apprécier, rien ne vaut de les faire enseigner par ceux-là même qui les utilisent. Ce sont donc les professeurs de mathématiques qui sont inutiles ; on pourrait, on devrait confier cet enseignement, au moment opportun, à ceux qui savent le rendre utile : les physiciens, les architectes, les économistes et les gestionnaires, les médecins, les ingénieurs, etc. Vive les mathématiques, mais à bas les professeurs de mathématiques, tel devrait être le programme de l'avenir.

Que pensez-vous de cette argumentation ?

Avant d'en prendre le contre-pied, je voudrais insister sur sa force. Nous ne sommes plus au temps, s'il a jamais existé, de la mathématique reine des sciences. Nous avons connu des illusions et des déboires dans l'enseignement des mathématiques pour tous. La vue même que nous avons de cette discipline comme science s'est profondément modifiée au cours des trente dernières années : actuellement, nous voyons les sciences mathématiques comme un immense système qui brasse des idées venant de toutes les sciences et de toutes les techniques, qui les distille et qui les élabore pour en faire des concepts et des théories mathématiques, et qui les transforme de telle façon qu'elles trouvent des applications très loin du champ qui leur a donné naissance. Ce qu'il y a de nouveau, c'est le retour aux origines : les mathématiques se nourrissant des autres sciences. Des physiciens et des informaticiens en premier lieu, et aussi des chimistes et des biologistes, des ingénieurs, des démographes, des économistes, des statisticiens dans tous les secteurs d'activité, et tous ceux qui contribuent à élaborer des modèles mathématiques, participent, pour une part de leur activité, à la construction et pas seulement à l'utilisation des sciences mathématiques. La place de celles-ci dans le monde contemporain tient pour une grande part à ces interactions.

Comment envisager l'apprentissage des mathématiques ?

Ces évolutions induisent-elles nécessairement un changement dans l'enseignement ?

Au temps où l'unité de la mathématique semblait reposer sur ses fondements, il pouvait être tentant de partir des fondements pour l'enseignement mathématique. Cela induisait une vue très structurée, dans laquelle la progression de l'élève était censée suivre exactement la démarche de l'exposé mathématique. Une idée est encore en vigueur : en mathématiques, on ne peut ni ne doit utiliser que ce que l'on a appris dans le cours de mathématiques. Or les enfants manipulent les nombres et les figures bien avant qu'on ne les enseigne à l'École. Le cours de mathématiques a pour but d'organiser les connaissances et non de toutes les introduire. Et cela vaut à toutes les étapes de la scolarité. Il est donc bienvenu que les notions mathématiques soient introduites dans d'autres cours, et il ne faut pas s'indigner si le professeur de mathématiques est devancé par d'autres.

Si les sciences mathématiques n'appartiennent pas aux seuls mathématiciens, si d'autres qu'eux savent les enseigner, à leur manière, en relation avec leur utilisation, il ne faut donc pas s'accrocher à l'enseignement des mathématiques en tant que matière ?

Il faut, bien entendu, et très fermement, enseigner les mathématiques ! Mais là, il est bon de prendre du recul, et de s'interroger sur les buts de l'enseignement en général. Parmi les rôles de l'école, il y a celui de préparer les enfants à l'avenir dans un monde qui connaîtra des problèmes importants, mais encore largement inconnus.

Comment l'enseignement des mathématiques peut-il y contribuer ?

Une première approche est celle de la vie civique. Il nous faut comprendre les règles de la vie en société, déchiffrer les informations, être capables de débattre des enjeux politiques. Or nous vivons déjà dans un monde numérisé. C'est au sens strict aussi bien qu'au sens figuré que nous devons déchiffrer les factures, les notices, les statistiques, les informations et les prévisions de toute nature. À ; côté de la langue naturelle, nous pratiquons, que nous le voulions ou non, la langue des chiffres. Or beaucoup de gens, même parmi les personnes instruites, la pratiquent mal, s'y sentent mal à l'aise et font des fautes. C'est ce que les Anglo-Saxons appellent "innumeracy" . C'est un thème à la fois important et savoureux, lorsque l'on évoque les bourdes des journalistes dans l'interprétation des données chiffrées. En tout cas, il donne l'occasion aux élèves de lier l'éducation civique et l'apprentissage de l'esprit critique.

Une seconde approche est la préparation au métier, la formation professionnelle. C'est là, évidemment, que le lien avec les applications est le plus évident. C'est donc là, aussi, où l'enseignement des mathématiques risque d'être lié à la pratique au point de disparaître. En effet, il y a une double tentation : de la part des praticiens, d'assumer complètement l'enseignement des mathématiques qu'ils utilisent, et de la part des mathématiciens, de délaisser complètement ce secteur.

L'universalité des mathématiques.

Les évolutions des compétences nécessaires à la vie professionnelle ont-elles des conséquences sur l'enseignement des mathématiques ?

Le travail humain sera dans l'avenir très différent, naturellement, du travail actuel, mais plus indispensable encore à la survie et au progrès de l'humanité. Dans quel sens se feront ces évolutions ? Nous ne le savons pas, mais nous connaissons les atouts principaux qu'ont les êtres humains pour évoluer à travers les changements de l'environnement : la curiosité, qui amène à comprendre ce qui se passe, l'ingéniosité, pour construire des outils, et la capacité à transmettre les connaissances et les techniques aux nouvelles.
  Lire la suite de la discussion sur france2.fr


84285
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Exclusion "abusive" - associations de parents

image

Bien le bonjour, donc je me présente je suis élève dans un lycée (à 20 ans oui…) avec un parcours pas spécialement parfait (pour ne pas dire catastrophique) et j'aurai simplement besoin de certain renseignement à propos d'une exclusion de...Lire la suite

25 ans vie foutue accident handicap fauteuil famille un desastre ... - depression, deprime, stress

image

Bonjour, Je m'appelle Chaynez, j'ai 25 ans. J'ai une vie plutôt compliquée et je ne sais plus quoi faire, je ne vois plus d'issue. Aidez moi !! Je vous raconte ma vie en gros, ça risque d'être l'on. Je suis d'origine Marocaine, ma mère est très...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages