Histoire vécue Famille - Enfants > Ecole > Autres      (3460 témoignages)

Préc.

Suiv.

HaÎti adoption

Témoignage d'internaute trouvé sur france2 - 24/12/10 | Mis en ligne le 04/07/12
Mail  
| 438 lectures | ratingStar_273727_1ratingStar_273727_2ratingStar_273727_3ratingStar_273727_4
Cela aidera peut ètre à faire réfléchir certains ! Les enfants esclaves d'Haïti ! Les petits "restaveks" de Port-au-Prince. Haïti est une île dans la Mer des Antilles. Cette île est partagée en deux : Haïti et Saint Domingue Haïti est indépendante depuis 1804 Dans les campagnes, les gens sont très pauvres. Les écoles sont souvent trop loin, les enfants doivent marcher trois heures de temps pour y aller. Les femmes portent des charges très lourdes sur leur tête et parcourent 10 à 15 km pour aller vendre des marchandises sur les marchés d'autres villages. Les moyens de transport sont : le camion, les voitures privées (pour les gens riches) et les taxis collectifs les "TapTap". La langue d'haïti est le créole, un mélange de français et de langues du pays. Les familles pauvres des campagnes envoient un ou deux de leurs enfants à Port-au-Prince, la capitale, dans des familles, qu'ils ne connaissent aps toujours ! Ils espèrent comme ça que leurs enfants pourront aller à l'école et auront assez à manger. Ces familles vivent dans des bidonvilles, donc elles sont aussi très pauvres. Les enfants sont en fait traités comme des domestiques, on les appelle les "restavecs". Qu'ils aient 6, 8 ou 12 ans ils font tout le travail à la maison, préparent les repas, nettoient, vont chercher l'eau dans des bidons à plusieurs km car il n'y a aps d'eau courante. Ils mangent les restes de la famille, dorment sous unetable ou derrière une porte. Grâce à leur travail dans la famille, les parents peuvent travailler, aller vendre sur les marchés, et les enfants aller à l'école ou travailler avec les parents sur les marchés. Il y a quelques années, le Père Miguel, un prêtre, a fondé le foyer Maurice Sixto, pour permettre à ces enfants esclaves de venir 2-3 heures par jour -quand les familles d'accueil sont d'accord- pour apprendre à lire, écrire, compter. Les plus grands apprennent un métier : la couture, le travail du bois, du cuivre, pour avoir un métier plus tard. On leur donne aussi un vrai repas. Notre classe, et les autres classes de l'école, récoltent des pièces de 5ct. Cet argent est versé à Terre des Hommes Genève et est transformé en matériel scolaire, tissus, matériel de loisirs, . Parfois il permet d'offrir un repas de fête aux enfants et un jour de vacances au bord de la mer ! Le 10 mars dernier, nous avons remis à Doris Charollais, responsable du projet à Terre des Hommes, la superbe somme de Frs 560,- !
  Lire la suite de la discussion sur france2.fr


273727
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Exclusion "abusive" - associations de parents

image

Bien le bonjour, donc je me présente je suis élève dans un lycée (à 20 ans oui…) avec un parcours pas spécialement parfait (pour ne pas dire catastrophique) et j'aurai simplement besoin de certain renseignement à propos d'une exclusion de...Lire la suite

25 ans vie foutue accident handicap fauteuil famille un desastre ... - depression, deprime, stress

image

Bonjour, Je m'appelle Chaynez, j'ai 25 ans. J'ai une vie plutôt compliquée et je ne sais plus quoi faire, je ne vois plus d'issue. Aidez moi !! Je vous raconte ma vie en gros, ça risque d'être l'on. Je suis d'origine Marocaine, ma mère est très...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages