Histoire vécue Famille - Enfants > Ecole > Autres      (3460 témoignages)

Préc.

Suiv.

Help !

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 19/05/10 | Mis en ligne le 21/05/12
Mail  
| 355 lectures | ratingStar_257812_1ratingStar_257812_2ratingStar_257812_3ratingStar_257812_4
Avant toutes choses, je tiens a me présenter. J'ai 17 ans, je m'appelle Quentin, je suis en 1ére S. Je vous écrit aujourd'hui, 19 mai 2010, j'ai atteint la limite du supportable et surtout je me rapproche du point de non retour, je le sens, ma raison va me lâcher… Mais revenons quelques années en arrière, Nous sommes le 3 septembre 2003, aujourd'hui c'est la rentrée, ma vie jusque là fut admirable, de bons parents, de bons amis, des résultats scolaire impressionnant, bref pas de quoi me plaindre. J'ai fais toute ma primaire dans un petit village, maintenant c'est le collège, tous mes amis vont dans un collège public, moi, parce que mes parents avaient étudié là, m'envoie dans un lycée privée. Les premiers jours sont difficile mais je finis par m'adapter. Un an et demi plus tard, un de mes amis, me présente un autre de ses amis, je fais connaissance, au bout de quelques jours, je me rends compte qu'il me cache quelque chose, je tente de les faire parlé, j'arrive a mes fins, ils se disent faire partis d'un groupe secret qui oeuvre pour le bonheur de ceux qui en font partis. Dans toute ma naïveté, je demande a en faire partis. Durant plusieurs mois tous se passe normalement, je commence a m'attacher, cette organisation comme nous l'appelions ne consistait en pas grands choses, se voir de temps en temps pour résoudre des énigme envoyé par une certaine personne,… bref si je devais vous expliqué en détails pourquoi je me suis fait avoir, il aurait fallut que j'eusse écrit un livre, c'est pour cela que je vais juste vous racontez les moments les plus marquant. Je ne vous raconterai pas cette histoire s'il n'y avait pas eu de "hic" Peu à peu les exigences demander par l'organisation devenait de plus en plus sévère et il s'en suit, dans un premier temps, des pressions morales soit disant parce qu'on l'on ne se voyait pas assez souvent pour faire ce que l'on appelait des "missions". Le stress pour la première fois dans ma vie apparait réellement, je me tachais plus a trouver une solution au problème qu'a travaillé. Et de nouveaux problèmes ont apparut au fur et à mesure des mois, et les pressions morales se sont peu à peu transformé en menace, pour ceux que cela intéresserai je pourrais leurs expliqué plus en détaille les stratagèmes qu'ils ont utilisé pour m'avoir. Je suis en troisième, je maintient mes notes à 15 de moyenne général malgré une année de 5éme culminant à 12 de moyenne, en cause, les première "pressions". Et c'est la que tout a basculé pour moi, même si je pense en faite que le jours ou j'aurais mieux fait de me taire c'est celui ou j'ai dit que je voulais rentrée dans le groupe. Par des menaces, je finis par céder, notre groupe comprenait a ce moment 4 personnes, et sous la menace de soit disant groupe ennemi au notre, il demandait, j'ai du mal a l'exprimer, il voulait qu'on fasse une vidéo de nous, un peu oser (je ne veut rien vous détaillé) Ainsi ma première expérience sexuel fut sous la menace et en plus avec un homme malgré mon hétérosexualité, j'avais 14 ans… J'avais peur, très peur, ils ont commencé (le "ils" étant des personnes que je ne connais pas) par menacé mes amis, bien sur je n'était quand même pas aussi crédule et pourtant, il savait tous de ma vie, j'en était surment la cause, si j'ai cédé c'est surtout parce qu'il ont menacé dans un second temps de faire du mal à mon chat, cela peut paraitre stupide pourtant, le lendemain d'avoir rejeté leurs requête, j'ai trouvé mon chat écraser, coïncidence, peut-être, mais j'ai cédé lorsqu'il ont menacé ma famille. Après cela, tout c'est calmer pendant quelques mois, je cachais tout à mes parents, j'avais honte et très peur. La seconde, la pire année de ma vie pour l'instant, j'étais alors agé de 15 ans, le stress et la pression ne pas quitter depuis la 5éme, la goutte d'eau qui fit débordé le vase approchait. En milieu d'année, mon grand-père décédât, noyer dans son bain. 3 semaine plus tard, mon père tomba malade, avec un palmarès déjà assez important, maladie de hochtking, hépatite et déjà 2 crise cardiaque, j'avais la corde au coup, le stress, la peur, mon père à l'hôpital, ma première vision de la mort, j'ai craqué. Moyenne = 16 > 10.5… Ma première tentative, je ne voulais pas mourir, je voulais juste une pause… le demi-litre de Mirabelle y passa, le jour de la sécurité routière, coma éthylique, après une semaine d'hôpital, ni mes parents, ni même les médecins ne me pensait déprimé, par peur, j'ai raconté que j'avais fait ça avec des potes, que c'était un paris, une fois de plus je niais la vérité. S'en est suivit, plusieurs "crise de panique" , dont 2 finirent à l'hôpital, pour la première fois, une psychologue s'intéresse a moi, elle voulais me garder en hospitalisation, mon père rejeta sa requête et il dit que ce n'était qu'un coup de blues, j'ai approuvé… Depuis je n'ai jamais cessé de penser à la mort, je ne voulais pas mourir mais je voulais juste être assez touché pour oublier tout ce qui c'est passé ou bien simplement pour faire une pause pour tout recommencé a zéro ou peut-être encore simplement souffrir parce que je le mérite. Pendant deux an, j'ai essayé de me soigné tous seul, j'ai commencé par quitter l'organisation, pour cela j'ai du changer de lycée, de vie et faire comme s'il ne c'était jamais rien passé, au bout de quelques mois, je réussit à me défaire de ce fléau. J'appris plus tard que la personne qui m'a abusé, manipulé, n'était autres que mon ami lui même, j'en ai conclut que c'était un déséquilibré mentale (il était orphelin et avait perdu sa mère adoptive à 5 ans) et j'ai cessé de cherché des reponses. Aujourd'hui, je n'en peut plus, ma lâcheté et ma fierté m'empêche d'aller me faire aider, je pense sans arrêt à le même chose, mes deux déceptions amoureuses n'ont pas arrangé les choses. Quand je vois une voiture dans la rue, je rêve qu'elle me percute, j'espère secrètement avoir une maladie grave, je n'ai confiance en plus personne et je me sens devenir misanthrope, je suis en échec scolaire, je n'ai aucun rêve dans la vie, l'avenir me terrorise, le lycée me paralyse, mon corps se venge de cette souffrance mentale. Je me torture l'esprit, et je tourne en rond, sans arrêt, je suis tombé dans un cercle vicieux qui peu à peu m'entraine vers le fond. Peut être que je ne suit pas aussi mal que l'on pourrait le croire, il y a quelque jours, je me suis bruler les mains juste pour avoir un petit répit et penser à autre chose. Ne me jugez pas trop durement, je suis malade, cela fait une semaine que je l'admet, deux semaine que j'ai arrêté d'entretenir mon corps, deux ans que je suis malheureux… Dites moi ce que je doit faire, je m'en remet à vous, ce n'est pas un roman que j'écris là mais bien un appel à l'aide. Cette description est bien sur très somatique mais j'espère que vous avez compris pourquoi j'en suis arriver à là. Aider-moi, j'ai peur de faire quelque chose que je vais regretter tout le reste de ma vie.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


257812
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Exclusion "abusive" - associations de parents

image

Bien le bonjour, donc je me présente je suis élève dans un lycée (à 20 ans oui…) avec un parcours pas spécialement parfait (pour ne pas dire catastrophique) et j'aurai simplement besoin de certain renseignement à propos d'une exclusion de...Lire la suite

25 ans vie foutue accident handicap fauteuil famille un desastre ... - depression, deprime, stress

image

Bonjour, Je m'appelle Chaynez, j'ai 25 ans. J'ai une vie plutôt compliquée et je ne sais plus quoi faire, je ne vois plus d'issue. Aidez moi !! Je vous raconte ma vie en gros, ça risque d'être l'on. Je suis d'origine Marocaine, ma mère est très...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages