Histoire vécue Famille - Enfants > Ecole > Autres      (3460 témoignages)

Préc.

Suiv.

J'ai de bons résultats mais je suis mal dans ma peau

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 1016 lectures | ratingStar_23790_1ratingStar_23790_2ratingStar_23790_3ratingStar_23790_4

J'ai 17 ans (presque 18). Je ne suis pas très jolie et on me l'a bien fait comprendre (les enfants peuvent être cruels ! ). Bref, depuis mes 6 ans jusqu'à mon entrée en seconde, j'étais le souffre-douleur : à l'école primaire des gens de mon âge et au collège de tous l'établissement (oui, comme j'habite un village, ma réputation était déjà faite et tout le monde se connaît). Heureusement, arrivée au lycée, personne ne me connaissait donc les problème se sont (plus ou moins) arrêtés, même si je sais que des personnes se moquent de moi dans mon dos et même si je garde d'énormes complexes.

Depuis la seconde donc, j'ai appris à ne plus tenir compte des remarques, j'ai des amis maintenant. Mais, je garde des "séquelles" de la période noire : grande timidité (alors qu'avant cette période, je ne l'étais pas, mais alors pas du tout) et peur de la solitude.

Mais, je faisais avec, apprenant chaque jour à m'améliorer même si c'était pas facile.

Mais, voilà, quand un gros problème s'en va, un autre arrive.

Depuis toujours, j'avais d'excellents résultats à l'école. J'ai même eu un chèque de la région parce que j'avais eu les meilleurs résultats de mon collège au brevet (bon, en même temps, on était un collège de ploucs ! ).

Arrivé en 2nde, grosse chute dans les notes : je passais de 16 de moyenne à environ 12. Mais bon, c'est pas la cata. Moi qui révaît d'être vétérinaire, je demande à passer en 1ere S. Or, j'ai le profil d'une littéraire et mes notes dans les matières scientifiques sont vraiment nulles. Mais bon, je passe quand même.

Mais la 1ère S est très dure : 1) alors que j'avais plusieurs amis en 2nde, par manque de chance, je me retrouve dans une classe où je connais personne et mes amis sont ensembles, une de mes plus grandes peur => j'ai passé une grande partie de mon temps seule. Et là, du point de vue, résultats scolaires, je suis NULLES. J'arrive à terminer l'année avec tout juste 10; je passe en terminale S.

Cette année, la terminale, commença plutôt bien : j'étais avec plusieurs de mes amis dans la même classe, mon 1er DS de maths est un 12/20 (ce qui est faramineux pour moi) ,etc… Mais, très vite, mes notes chutes : 2ème trimestre, la sentence chute, je suis en dessous de la moyenne pour la 1ère fois de ma vie. Cela faisait longtemps que j'avais abandonné l'idée de devenir vétérinaire (alors qu'au collège, on me disait que j'avais le niveau) , mais là je me préparais psychologiquement à peut-être devoir passer les oraux de rattrapages au bac (et je déteste les oraux). Au 3e trimestre, je n'ai pas augmenté de moyenne, et je me prépare à, peut-être, ne pas avoir le bac.

Et maintenant, il faut que je vous raconte ce qui me ronge, plus encore que ces petits problèmes d'ados mal dans leurs peau et mauvais à l'école.

J'ai saboté mon 3e trimestre. Je n'y ai rien foutu. Pourquoi ? Là, le problème est d'ordre familial.

Mon père et ma mère se haïssent depuis plusieurs années. Mais, ça grandit au fur et à mesure et, maintenant, je crois qu'on peut pas faire pire : ça stagne à son paroxysme. J'aimerais qu'ils divorcent comme tout le monde, mais ils ne le font pas pour les raisons suivantes :

* mon père a une famille très, comment dire, "droite"; c'est-à-dire qu'on ne divorce pas dans la famille (enfin bon, soit-disant ils sont droits, mais je sais que tout le monde se ment du côté paternel).

* ma mère ne peut pas se permettre de divorcer car cela fait depuis des années qu'elle a arrêté son travail dans l'informatique pour devenir mère au foyer et c'est pas facile d'être embaucher à 49 ans (en plus, l'informatique maintenant a totalement changé, donc sa formation, je pense, ne lui sert plus à grand chose) ; en plus, ma mère a des problèmes de santé depuis un certains temps et donc ne peux pas prendre n'importe quel métier ; enfin, si mes parents divorçaient, comme mon frère n'est pas le fils de mon père mais le fils de ma mère, il ira avec elle, et ma soeur et moi, on n'aime pas mon père donc on irait avec elle aussi et elle ne peux pas nous assumer financièrement (déjà qu'ils sont tous les 2 dans le supérieur et que ça coûte cher).

Donc, où est-ce que j'en suis ? Oui, mais parents se haïssent mais doivent vivre ensemble. Du coup, c'est engueulade sur engueulade, parfois mon père frappe ma mère. C'est rare, mais ça risque de le devenir moins.

En effet, si j'ai mon bac, l'année prochaine, je m'en vais de chez moi (je reviendrais certains week-end et les vacances quand même). Je laisse donc ma mère seule avec mon père. Mon frère et ma soeur n'avait pas eu à se pencher sur ce problème, moi si. J'avais trouvé la solution : rater mon bac pour me donner encore un an avant de partir et ainsi pouvoir surveiller mes parents. Je dis surveiller parce que des fois on dirait des gamins, mais des enfants on les dispute, on les séparent et ensuite ça a oublié, mais des adultes qui se disputent comme des gamins, c'est plus effrayant et qu'est-ce qu'on peut bien faire, particulièrement quand on est leurs enfants et qu'on n'est pas censé donner d'ordre aux parents ? Donc, j'ai voulu rater mon bac, mais bien, c'est-à-dire que je ne voulais pas passer les oraux alors que je savais que j'allais les saboter. Le seul moyen d'être sûre de ne pas avoir entre 8 et 10 au bac, c'était de rien faire. C'est donc ce qui s'est passé de début avril à début juin. 2 mois, ça peut paraître rien, mais comme c'est la fin de l'année et qu'il faut terminer le programme avant le bac, c'est là qu'on doit apprendre le plus parce qu'on fait 2 fois plus de chapitres en 2 fois moins de temps.

Une autre raison pour laquelle j'ai voulu rater mon bac, c'est la santé de ma mère. Pendant les dernières vacances d'avril, elle a fait un pneumothorax (décollement du poumon) et un petit séjour aux soins intensifs de l'hôpital. Déjà qu'elle avait une santé fragile, ça lui a fait un coup. En plus, mon grand-père (son père) en est mort parce que, quand on en a fait un, généralement, il y a des récidives. Depuis, elle est rentrée mais ne peux plus rien faire, ne se sent jamais bien et doit passer beaucoup d'examen. Du coup, elle fait une dépression. Et mon père ne fait rien pour l'aider, que ce soit moralement ou physiquement puisque avant c'était ma mère qui nettoyait, cuisinait, faisait la vaisselle… et maintenant, c'est moi ou ma soeur. Si je n'étais pas là, elle ne s'alimenterai jamais. Pourtant, j'ai tout de même l'impression qu'elle est anorexique parce que :

D'une, elle mange presque rien.

De deux, bien qu'elle soit cachée sous des polaires et des couvertures presque en permanence parce qu'elle a froid, des fois je vois ses bras et ses jambes maigres et je vois que ses jambes ont du mal à soutenir son corps.

Donc, j'avais aussi envie de rater mon bac pour être avec ma mère, parce qu'elle ne peut pas rester toute seule, parce que je ne peux pas la laisser toute seule.

Mais des fois, j'ai des pensées horribles : je me dis que ce serait mieux si elle mourrait. Elle souffrirait moins, elle serait moins triste et, très égoïste, ce serait moins dur pour moi. Alors, forcément, avec de telles pensées, je culpabilise. Des fois, ça va encore plus loin : je me dis que si ma mère meurt, on se retrouve seul avec mon père, chose inconcevable. Et parfois, je me dis que je tuerais bien mon père. Au moins comme ça, j'aurai une excuse pour ne pas avoir mon bac, pour ne pas faire d'études supérieures, pour ne pas être ce qu'on attend de moi (parce que pour l'entourage, la famille, je suis toujours la même élève qu'au collège, ils ne sont pas au courant de ce qui se passe). Je me demande des fois si je devrait pas aller voir un psy (avec des idées pareilles ! ) , mais là je vous déballe ma vie mais c'est pas pareil, on est tous anonymes, je pourrais pas dire ça à quelqu'un en face de moi et qui, peut-être verra mes parents.

Début juin, avec l'arrivée du bac, je me suis dit : si, j'ai envie d'avoir mon bac et de me casser de cette maison où je me sens si mal. Mais là, j'ai encore des doutes. Je me sens perdue et le bac est… la semaine prochaine !
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


23790
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Exclusion "abusive" - associations de parents

image

Bien le bonjour, donc je me présente je suis élève dans un lycée (à 20 ans oui…) avec un parcours pas spécialement parfait (pour ne pas dire catastrophique) et j'aurai simplement besoin de certain renseignement à propos d'une exclusion de...Lire la suite

25 ans vie foutue accident handicap fauteuil famille un desastre ... - depression, deprime, stress

image

Bonjour, Je m'appelle Chaynez, j'ai 25 ans. J'ai une vie plutôt compliquée et je ne sais plus quoi faire, je ne vois plus d'issue. Aidez moi !! Je vous raconte ma vie en gros, ça risque d'être l'on. Je suis d'origine Marocaine, ma mère est très...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages