Histoire vécue Famille - Enfants > Ecole > Autres      (3460 témoignages)

Préc.

Suiv.

Je sombre.

Témoignage d'internaute trouvé sur forumados - 13/09/10 | Mis en ligne le 17/05/12
Mail  
| 384 lectures | ratingStar_256301_1ratingStar_256301_2ratingStar_256301_3ratingStar_256301_4
Dans quelques jours j'aurais 17ans, c'est peu, c'est jeune, je ne connais rien encore à la vie, je suis comme un poisson dans un grand acquarium, pourtant, j'ai l'impression d'avoir tellement vécu. Comme cette envie de me soulager par écrit, sans doute dans l'espoir de trouver un peu de réconfort. Vivre ? Ce verbe réside dans ma tête tel un synonyme de souffrance. A croire que j'aime me faire mal. En bref, voici mon histoire. Depuis l'âge de 4ans j'ai été sous la protection de l'aide social à l'enfance, des parents inexistant je souffrais de carrence, de maltraitance mentale, mère soumise, père alcoolique, dure d'élever des enfants. J'ai donc été placer en famille d'accueil, j'était jeune et ignorante, ne comprenant aucunement mon placement, j'ai tout de même finis par l'accepter. Heureuse, et épagnuie j'ai grandit, cotoyant mes parents tout les weekends, ce qui créait en moi une certaine stabiliter. Avec ma famille d'accueil, nous avions déménager dans un petit coin perdu des yvelines, dans l'espoir de trouver éspace et tranquiliter. Jusque là, tout allais bien, malgrès mon redoublement de troisième. Perdu dans mon orientation, je m'était diriger vers là voix générale. Et, c'est à ce moment là, que tout finis par basculer. Durant toute ma pseudo jeunesse je ne m'était encore poser aucunes questions vis à vis de ces parents biologiques, et c'est au cour de l'adolescence que des remises en questions on fait leurs apparitions. Des problèmes avec mon éducatrice (qui après avoir mal travailler mon cas, à été dégrader) , en bref, j'ai vécu 4mois chez mes parents. Làbas, je n'avait pas ma place, je n'était pas désirée un peu comme le jour de ma naissance. J'avais trouver les reponses, ces parents n'avaient aucunemment changer, toujours aussi incapable de s'occuper de leurs enfants. Durant ces 4mois, j'ai véritablement souffert, j'ai très souvent pensée à l'idée de mettre un terme à ma pitoyable existance. Moi qui d'ordinaire, trouve cet acte lache et inconcevable. Malgrès tout, il y avait ce tout petit espoir qui résidait en moi, je m'y suis attacher et es finis par remonter la pente. Bien grace à une chose ; l'amitier. Durant cet année de seconde, j'ai rencontrée des gens tout bonnement extraordinaire, ils m'on redonner la force d'avancer, sans même sans rendre compte, puisqu'ils ignauraient ma situation. Jamais, de simple amis avaient porter tellement de joie et de bonne humeur dans mon coeur, je n'envisageait plus rien sans eux, des perles. Grace à mon jugement, je suis retournée chez ma famille d'accueil. Depuis, mes parents on couper les ponts avec moi, du moins durant 10mois, aucunes nouvelles. Leurs seule signe de vie juqu'ici n'à été qu'une facture qu'ils me demander de payer. MOI, leurs pseudo-enfant. Je Garde en tête que malgrès le fait qu'ils on été abobinable avec moi, ils restent et demeurent à jamais mes parents, et ils resterons. Quoi que je dise, quoi que je fasse. On ne choisi pas sa famille. Au fond même si je ne le montre pas, j'en souffre, c'est tout de même dure de se dire, que dans cette terre j'ai un père, une mère qui n'assume pas et sont loin d'aimer leur enfant. En fait, je me sent un peu comme orpheline. Viens alors les problèmes scolaires. Mes problèmes familiaux on engendrer un echec scolaire, une perte de confiance. LA CHUTE. Redoublement envisager pars l'ensemble des professeurs, seulement pour moi il m'était impossible de redoubler une nouvelle fois. Ils voyaient ça comme une chance, "parce que tu as les capacitées pour réussir dans la voie générale" disait t'ils. Résultat, me voilà réorienter, premiere bac pro secrétériat. Puis, vous savez il y a cette periode ; l'amour. BLUFF. Un peu pareil non ? Je n'avais jamais connu de relations amoureuses, puis il y'avait ce type, qui voulait a tout prix sortir avec moi, j'ai tenter. Conne, naive, il me faisait croire à beaucoup de choses, des projets il m'avait même présenter à ses parents. Dévierger. Moi qui rêvait du prince charmant, que la première fois ce ferais avec un homme que j'aimerais du plus profond de mon coeur. Aujourd'hui il ne me reste plus que mes yeux pour pleurer. Un connard avec un grand C. Une semaine après voilà qu'il s'était déjà mis à me tromper. Et le pire c'est qu'il tenais plus à moi que je n'tenais à lui, du moin il parraissait. Pourtant je ne l'aimais pas. Le corps avait battu le coeur. J'avais besoin d'être aimer, c'est tout ce que je demandais… Aujourd'hui, j'ai réemenager, et je le vis mal. Un peu trop. Parents inexistant, loins des personnes auquels je tiens le plus sur cette terre, coeur balafrer, orientation à chier, dans un lycée de merde. Je me sent si seul, je vais si mal, j'ai l'impression d'être délaisser, j'ai perdue la joie de vivre, je n'ai plus gout à la vie, j'ai envie de rien. Plus rien ne m'interesse, là solitude prend le deçu, je passe mon temps à me tuer les poumons. Je ne perçois pas l'ombre d'un espoir. Je me sens si faible… Ce qui était intéret n'est plus. Je sombre.
  Lire la suite de la discussion sur forum.ados.fr


256301
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Exclusion "abusive" - associations de parents

image

Bien le bonjour, donc je me présente je suis élève dans un lycée (à 20 ans oui…) avec un parcours pas spécialement parfait (pour ne pas dire catastrophique) et j'aurai simplement besoin de certain renseignement à propos d'une exclusion de...Lire la suite

25 ans vie foutue accident handicap fauteuil famille un desastre ... - depression, deprime, stress

image

Bonjour, Je m'appelle Chaynez, j'ai 25 ans. J'ai une vie plutôt compliquée et je ne sais plus quoi faire, je ne vois plus d'issue. Aidez moi !! Je vous raconte ma vie en gros, ça risque d'être l'on. Je suis d'origine Marocaine, ma mère est très...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages