Histoire vécue Famille - Enfants > Ecole > Autres      (3460 témoignages)

Préc.

Suiv.

La vérité sur le Handicap à l'école...

Témoignage d'internaute trouvé sur france2
Mail  
| 447 lectures | ratingStar_21180_1ratingStar_21180_2ratingStar_21180_3ratingStar_21180_4

Le débat entre Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy a permis de mettre en lumière la scolarisation des enfants handicapés. Une question qui a donné lieu à une vive passe d'armes entre les deux candidats. Nicolas Sarkozy a proposé que les tribunaux puissent traiter les plaintes ("le droit opposable") de parents ne pouvant pas faire garder leurs enfants. "Je propose 100 % d'accueil des enfants handicapés à l'école et le droit opposable sera une solution à cela", a déclaré le candidat de l'UMP.

Qualifiant la démarche de son adversaire de "scandaleuse" et d'"immorale" (cliquez ici pour regarder la vidéo) , Ségolène Royal a rétorqué qu'elle avait créé le Plan Handiscol (1) , favorisant la scolarisation des enfants handicapés, qui s'est accompagné de la création de "7000 postes d'auxiliaires d'éducation". Postes qui, selon elle, ont été supprimés par le gouvernement auquel appartenait Nicolas Sarkozy. "Moins d'un enfant [handicapé] sur deux n'est plus accueilli dans les écoles" par rapport cinq ans plus tôt, a-t-elle affirmé.

Loi du 11 février 2005.

Des propos "totalement dénués de fondement", selon Gilles de Robien, ministre UDF de l'Education nationale. "Le nombre d'élèves handicapés accueillis dans le système éducatif a pratiquement doublé entre la rentrée 2002 et la rentrée 2006", a-t-il affirmé jeudi : "Aujourd'hui, 20.000 élèves handicapés bénéficient d'un accompagnement individualisé. Ils étaient 4.000 en 2003". Il a souligné que le "retard dans l'accueil des handicapés à l'école" était un "héritage socialiste".

Luc Chatel et Valérie Pécresse, porte-parole de l'UMP, ont par ailleurs rappellé que "c'est la loi du 11 février 2005, votée à l'initiative du gouvernement de Jean-Pierre Raffarin, qui a prévu l'inscription automatique des enfants handicapés dans l'école de leur quartier". Et d'ajouter : "Entre 2002 et 2007, le nombre d'enfants handicapés scolarisés est passé de 89.000 à 160.000", affirment-ils. Nicolas Sarkozy avait pour sa part évoqué "trois fois plus d'enfants handicapés à l'école qu'à l'époque" de Ségolène Royal.

"Depuis ce matin, j'entends des chiffres qui me font bondir. C'est affligeant ! ", déclare à LCI.fr Stephen Creton, vice-président de C'est mon école à moi aussi, association de parents qui milite pour la scolarisation des enfants handicapés ou "porteurs de maladies invalidantes". "Il y a plus d'enfants handicapés inscrits à l'école mais il faut voir dans quelles conditions", pointe-t-il. Les auxiliaires issus d'associations qui s'occupaient de ces enfants ont été remplacés par "des auxiliaires d'Etat, moins nombreux et pas formés", assure ce médecin urgentiste, père de deux enfants handicapés. "Il ne doit pas y en avoir plus de 500 pour 20.000 enfants", estime-t-il.

Dans certains cas, l'accompagnement est assuré par "des chômeurs de longue durée, sans aucune compétence dans ce domaine, payés une misère, à qui l'on propose un contrat d'un an renouvelable une fois", poursuit Stephen Creton. Par ailleurs, "les enfants handicapés passent entre une et trois heures par semaine à l'école, six s'ils ont de la chance", déplore-t-il. "C'est ce que j'appelle une scolarisation alibi", poursuit-il. Conséquence : les enfants ne parviennent pas à rester au niveau, "donc, ils dégagent".

"Constat d'échec"

Selon Stephen Creton, 150.000 enfants handicapés français seraient ainsi scolarisés en Belgique grâce à des financements publics français. "C'est très difficile d'avoir des chiffres officiels", reconnaît-il. "Je connais une famille dont le gamin de 6 ans est en internat en Belgique, à 600 km de chez lui. En internat, à 6 ans ! C'est honteux ! ", s'emporte-t-il. Aussi comprend-il "la colère de Ségolène Royal".

Quant à passer devant les tribunaux pour faire valoir ses droits, comme le souhaite Nicolas Sarkozy, il s'agit d'un "constat d'échec". "Les premières années d'école sont primordiales, explique Stephen Creton. Le temps de passer devant le tribunal, il sera déjà trop tard, la vie du gamin sera déjà foutue."

L'association C'est mon école à moi aussi avait interpellé les candidats à la présidentielle sur cette question. Aucun d'entre eux ne leur avait répondu. Le 24 juin prochain, ils avaient donc prévu de manifester à Werwicq, dans la banlieue lilloise. Le tracé du parcours est hautement symbolique puisqu'il débute devant l'inspection académique pour se terminer à la frontière belge. Stephen Creton espère que Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal se joindront à la marche.

(1) Ségolène Royal était alors ministre déléguée à la famille, à l'enfance et aux personnes handicapées dans le gouvernement Jospin (mars 2000-mai 2002).
  Lire la suite de la discussion sur france2.fr


21180
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Exclusion "abusive" - associations de parents

image

Bien le bonjour, donc je me présente je suis élève dans un lycée (à 20 ans oui…) avec un parcours pas spécialement parfait (pour ne pas dire catastrophique) et j'aurai simplement besoin de certain renseignement à propos d'une exclusion de...Lire la suite

25 ans vie foutue accident handicap fauteuil famille un desastre ... - depression, deprime, stress

image

Bonjour, Je m'appelle Chaynez, j'ai 25 ans. J'ai une vie plutôt compliquée et je ne sais plus quoi faire, je ne vois plus d'issue. Aidez moi !! Je vous raconte ma vie en gros, ça risque d'être l'on. Je suis d'origine Marocaine, ma mère est très...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages