Histoire vécue Famille - Enfants > Ecole > Autres      (3460 témoignages)

Préc.

Suiv.

la violence à l'école

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 497 lectures | ratingStar_81974_1ratingStar_81974_2ratingStar_81974_3ratingStar_81974_4

L'année dernière, je vivais seule avec ma puce qui a 4 ans, et dans une ville du nord de la France alors que toute ma famille qui aurait été prête à m'aider habite dans le sud.

Donc complétement seule pour l'assumer, même pas de nounous car ma puce ne rentrait jamais dans leurs critères de sélection (soit trop petite, soit trop vieille, soit pas assez d'heures de gardiennage puisqu'elle va à l'école et les nounous ont des heureus à respecter, donc elles prennent des enfants plutôt à la garderie par exemple…).

Du coup oui ça a été dur.

Mais cette année, mon mari a enfin réussi à obtenir sa mutation et nous vivons tous les trois ensemble.

Ces angoisses que j'ai, elles surviennent n'importe quand, (quand je vois le portail de la maternelle ouvert alors qu'il ne devrait pas l'être puisque les petits jouent devant, quand je vois une femme parler trop longtemps avec ma fille au toboggan et lui proposer un bonbon, jouer avec elle comme si elle était gamine aussi, qui a un comportement bizarre…).

Il faut savoir que ma petite lune m'aime si fort que si elle va quelque part, elle en profite certes, mais elle me fait une tonne de câlins au retour…

Alors ce lien-là, trés fort, et naturel qui plus est (puisque je n'ai jamais rien fait pour le faire grandir) me fait imaginer la détresse qu'elle ressentirait si il se passait quelque chose et qu'elle ne me trouve plus…

Ces peurs, je ne lui en parle jamais bien entendu puisque son insouciance m'importe plus que tout au monde. Je ne veux pas la rendre adulte avant l'âge, certainement pas, ni même la faire stresser pour ça !

Je l'aime tellement, je voudrais la voir heureuse de vivre toute sa vie, même si tout ceci reste utopique.

Mais je ne peux nier qu'elle les ressente, trés probablement. Car elle fait parfois des cauchemars qu'une enfant de son âge ne devrait pas faire. Alors biensûr il faut prendre en compte la violence verbale que les enfants s'envoient sans cesse dans les cours de récréation…

UN EXEMPLE : ma puce rentre à la maison et la première chose qu'elle fait, elle va pleurer dans sa chambre. Je vais la trouver, elle se love sur mon ventre et là, elle me dit TOUT et ce TOUT n'est pas beau à entendre. Du style :

"maxime il m'a dit qu'il allait m'arracher mes deux jambes et que j'aurais du sang plein les fesses… "

Ça et d'autres dont je ne parlerai même pas puisque vous avez dû comprendre…

Alors oui il y a l'école ; et moi, qui suis de nature angoissée.

NON je ne la laisse pas rentrer de l'école toute seule, et ce malgré les remarques désobligeantes des gens qui ne comprennent pas ce choix.

Lorsque j'étais gamine, nous étions 6 enfants à nous ballader toujours au même endroit à construire des cabanes. Et il s'est trouvé un jour où un détraqué nous a repérés. Plus les jours passaient, plus il se rapprochait de notre repère. Heureusement que mes parents s'en étaient aperçu (contrairement aux parents de mes 5 copains) parceque grâce à leur présence, le gars a fui. Et on ne l'a jamais revu. Pourtant, c'est un petit village, mais il était monté dans une voiture étrangère…

Pourquoi je vous raconte ça ? Parcque contrairement à d'autres, j'ai été trés tôt confrontée à la peur de sortir (même en allant à la danse j'ai été suivie une fois mais la police a pu l'intercepter, j'avais 12 ans) donc il est certain que je sais mieux que quiconque à quoi on peut réchapper ou pas, de n'importe quel milieu social on vienne. C'est le hasard. Et c'est ce hasard qui me brise à petits feux.

J'ai trop peur pour elle, et pas seulement pour les pédophiles ou autres malades, mais aussi pour tous ces co-s (excusez le terme) qui roulent à une vitesse ahurissante en plein centre ville… Bref, on est pas en sécurité, ni à l'abri, et heureusement oui, que mon petit chéri me rassure assez souvent même si, évidemment, il se sent aussi démuni que moi face à ça. Mais lui, est beaucoup plus terre à terre alors il réfléchit trés peu à tout ça.

C'est mon défaut, j'en souffre, mais je me dis qu'il vaut mieux que j'en souffre plutôt que de le vivre réellement.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


81974
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Exclusion "abusive" - associations de parents

image

Bien le bonjour, donc je me présente je suis élève dans un lycée (à 20 ans oui…) avec un parcours pas spécialement parfait (pour ne pas dire catastrophique) et j'aurai simplement besoin de certain renseignement à propos d'une exclusion de...Lire la suite

25 ans vie foutue accident handicap fauteuil famille un desastre ... - depression, deprime, stress

image

Bonjour, Je m'appelle Chaynez, j'ai 25 ans. J'ai une vie plutôt compliquée et je ne sais plus quoi faire, je ne vois plus d'issue. Aidez moi !! Je vous raconte ma vie en gros, ça risque d'être l'on. Je suis d'origine Marocaine, ma mère est très...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages