Histoire vécue Famille - Enfants > Ecole > Autres      (3460 témoignages)

Préc.

Suiv.

Les jeux des enfants d'aujourd'hui sont de plus en plus dangereux

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 18/03/10 | Mis en ligne le 08/03/12
Mail  
| 418 lectures | ratingStar_228867_1ratingStar_228867_2ratingStar_228867_3ratingStar_228867_4
Ouaip, 1 averti en vaut 2, dit-on. Les jeunes ne savent plus quoi faire pour s'amuser, alors ils flirtent de plus en plus souvent avec le danger, la mort, la leur ou celle des autres... Et c'est aussi de plus en plus tôt, la violence franchit les portes des maternelles aussi, parfois. Je fais le point régulièrement avec mes loulous (un au collège, l'autre en avant dernière classe de primaire). Au collège, il y a le jeu de la boule qui circule, mon grand est déjà passé chez le Principal pour signaler une agression dont il a été témoin (mais à sa connaissance : les adultes de l'établissement n'ont pas bougé). Le jeu du foulard semble aussi représenté... il m'assure n'y pas participer ("j'suis pas fou, j'ai pas envie de mourir, moi" ). Le petit... c'est effectivement des jeux type "catch", il a été victime de violences graves dès le CP. Facilement influençable, c'est celui sur lequel je porte le plus mon attention. Donc... petit tour d'horizon des jeux auto-agressifs ou agressifs et comment nos jeunes compliquent sérieusement la tâche des parents (parce que ça n'arrive pas qu'aux autres et que c'est souterrain !). Soyez vigilant. En décembre 2009, un garçon de 13 ans est retrouvé pendu à son domicile près de Grenoble. Selon ses parents, il s'intéressait depuis quelques temps au jeu du foulard. "Rêve bleu", "Trente secondes de bonheur"... Les jeux de non-oxygénation portent toutes sortes de noms, mais reposent sur un principe commun : l'asphyxie volontaire, qui entraîne la sensation de planer. Une étude menée auprès de 400 collégiens a révélé que 12,5 % des jeunes interrogés avaient déjà pratiqué un tel "jeu". Pour la seule année 2009, 13 enfants en sont morts. Rebaptisé en France "biture express", le binge drinking est un phénomène bien connu des Anglo-saxons, qui le considèrent comme un problème majeur de santé publique. Les jeunes, certains d'à peine 12 ans, boivent de grandes quantités d'alcool dans des délais très courts, pour atteindre l'ivresse le plus rapidement possible. Outre une dépendance à l'alcool, le binge drinking a souvent des conséquences graves : conduite en état d'ivresse, violences, rapports sexuels non protégés... L'alcool reste la première cause de mortalité chez les jeunes. Alcool, shit, ecstasy, sexe... Il y a de tout dans une Skins Party, à part peut-être des règles ! Seul mot d'ordre : s'éclater au maximum ! A l'origine de ces soirées, une série anglaise : Skins, dont les héros sont des adolescents partageant un goût pour les soirées dévergondées. Et le mot est faible... Depuis, nombre de jeunes les imitent. Tenues provocantes pour les filles, drogues, alcool à gogo... Certains même n'hésitent pas à avoir des rapports sexuels en public. Les soirées sont souvent organisées dans des lieux abandonnés pour éviter d'être dérangé. Jouer à "chat" est passé de mode. Désormais, les enfants pratiquent le catch ! Un vrai phénomène puisque de plus en plus de 5-14 ans s'adonnent à ce sport de combat. Ils observent les catcheurs vedettes sur Internet, puis reproduisent leurs célèbres prises... mais sans protections. Car si le catch est un spectacle simulé, il n'en est rien chez les enfants. Entorses, fêlures... les accidents se multiplient. Récemment, un garçon de 8 ans s'est brisé une vertèbre, se retrouvant paralysé. Inquiets, des professionnels du métier vont dans les écoles pour passer des messages de prévention Parmi les jeux dits "d'agression" qui sévissent dans les cours d'école, la "gardav'" fait fureur. Contraction du mot garde-à-vue, ce jeu consiste à maîtriser une victime pour la bastonner en groupe. Claques, coups de poing... Comme tout jeu d'agression, la violence y est gratuite, arbitraire, et peut tomber sur n'importe quel enfant. Les victimes se réfugient souvent dans le silence et il est difficile pour les adultes d'engager un dialogue. Il y a quelques années, la SNCF tirait la sonnette d'alarme sur un phénomène nouveau, rapidement nommé "jeu du torero". Le principe ? Des jeunes en quête de sensations fortes attendent sur les rails la venue d'un train pour s'en échapper le plus tard possible. Un jeu extrêmement dangereux puisque même en sautant à temps, le souffle d'air du train peut happer l'imprudent et l'aspirer sous les roues... De nombreuses vidéos illustrant le jeu du torero circulent sur Internet et inquiètent par leur capacité d'influence En 2007, un lycéen de 20 ans est condamné à un an de prison pour avoir filmé avec son téléphone portable l'agression d'une enseignante en plein cours. Ce fait divers n'est pas un cas isolé, et marque le début d'une pratique désormais connue : le happy slapping. Il consiste à filmerl'agression d'une personne avec un téléphone, de manière spontanée ou préméditée. Les images sont ensuite diffusées tel un trophée. Des exemples de happy slapping plus graves encore, conduisant au viol ou à la mort, sont également recensés. Dans le portefeuille des jeunes hommes, il n'est pas rare de trouver, à côté du préservatif, une pilule de viagra. Eh oui, il n'y a pas d'âge pour s'inquiéter de ses performances sexuelles ! Mais cette tendance alarme les médecins. En effet, la petite pilule bleue peut s'avérer dangereuse si elle n'est pas délivrée sous accord médical, pour le coeur notamment. Le problème, c'est qu'on trouve du viagra en un clic sur Internet, et qu'il s'agit souvent de contrefaçons douteuses. Condensé des mots "sex" et "texting", le sexting est le nom utilisé chez les Anglo-saxons pour qualifier les messages à caractère sexuel envoyés par téléphone portable. De la simple allusion écrite aux autoportraits dénudés, le sexting s'est généralisé chez les jeunes. Le risque est principalement moral. Ces messages peuvent facilement échapper à celui qui l'envoie, et faire le tour de l'école. En Australie, deux adolescentes se sont récemment donné la mort après que des vidéos de leurs ébats aient fait d'elles la risée de leur lycée.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


228867
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Exclusion "abusive" - associations de parents

image

Bien le bonjour, donc je me présente je suis élève dans un lycée (à 20 ans oui…) avec un parcours pas spécialement parfait (pour ne pas dire catastrophique) et j'aurai simplement besoin de certain renseignement à propos d'une exclusion de...Lire la suite

25 ans vie foutue accident handicap fauteuil famille un desastre ... - depression, deprime, stress

image

Bonjour, Je m'appelle Chaynez, j'ai 25 ans. J'ai une vie plutôt compliquée et je ne sais plus quoi faire, je ne vois plus d'issue. Aidez moi !! Je vous raconte ma vie en gros, ça risque d'être l'on. Je suis d'origine Marocaine, ma mère est très...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages