Histoire vécue Famille - Enfants > Ecole > Autres      (3460 témoignages)

Préc.

Suiv.

Manuels scolaires

Témoignage d'internaute trouvé sur france2 - 25/01/12 | Mis en ligne le 24/03/12
Mail  
| 341 lectures | ratingStar_231922_1ratingStar_231922_2ratingStar_231922_3ratingStar_231922_4
L'Education. Le FN dit : 1) "La crise du système éducatif est la matrice de la crise française." 2) "L'Education Nationale n'assure plus correctement la formation générale." IL MENT. 1. Le constat. Ce qu'il faut savoir : Aujourd'hui, l'Education Nationale forme huit fois plus de bacheliers qu'il y a 50 ans. En 1946, obtenir le certificat d'étude ne concernait qu'une moitié des français. Aujourd'hui, plus de 60% atteignent le niveau du bac, qui était, il y a 50 ans, réservé à une élite. Les études du service militaire démontrent que le niveau progresse globalement dans des proportions fortes. La crise actuelle n'a pas grand chose à voir avec l'éducation. Le problème est économique. 2. Le rôle de l'école. Le FN dit : "L'école n'a pas vocation à assurer l'éducation des enfants en lieu et place des parents. L'école doit être celle de la nation. Elle a pour mission de transmettre aux nouvelles générations l'héritage culturel de notre civilisation." Ce qu'il faut savoir : La pression sociale pour faire sortir l'école de son stricte rôle d'instruction est très forte. La crise économique et sociale vient renforcer une tendance qui demande au système scolaire de pallier les insuffisances du reste de la société et notamment de la famille. C'est la reconnaissance du rôle social et intégrateur de l'école. C'est aussi dû à l'éclatement de la cellule familliale avec le départ des grands parents et la multiplication des familles monoparentales. L'école vit dans la société, elle n'en est pas coupé. 3. La structure. Le FN dit : "L'Education Nationale est aujourd'hui le dernier dinosaure bureaucratique depuis la disparition de l'armée rouge. Chaque établissement déterminera son budget, ses conditions d'admission et de contrôle des connaissances, les conditions de recrutement des enseignants, son programme. L'éducation des enfants appartient aux parents. Ceux-ci doivent avoir le droit de choisir eux-mêmes l'école de leurs enfants." Ce qu'il faut savoir : L'Education nationale rassemble 20% du budget de l'Etat et un peu moins de 2 millions de fonctionnaires. Parallèlement, son activité recouvre au minimum 15 ans de la vie de chacun d'entre nous (en fait, près de 20 ans de plus en plus souvent). Son rôle de formation est destiné à s'accroître. Il n'y a là rien de disproportionné. Pour garder un cadre national à notre système éducatif, pour garantir à chacun d'avoir les mêmes enseignements indépendamment de son lieu d'habitation, pour permettre à chaque famille qui déménage de pouvoir inscrire ses enfants à l'école près de chez eux : le caractère national des programmes, du recrutement des enseignants, des critères d'admission est indispensable. C'est le même souci d'égalité des chances de chaque enfant devant l'éducation qui exige l'application de la carte scolaire et de la sectorisation. Le "choix", c'est souvent la liberté des plus riches contre celle des autres. 4. Les programmes. Le FN dit : "Les programmes tels que l'histoire et la philosophie seront revus pour donner une vision équilibrée et pluraliste. L'enseignement de l'histoire privilégiera la connaissance de notre continuité nationale en mettant l'accent sur les pages glorieuses de notre passé. Il faut que les cours d'histoire cessent de se réduire aux deux périodes troublées de la révolution et de la dernière guerre mondiale. Il faut rompre avec l'endoctrinement pratiqué actuellement sous couvert des droits de l'homme et de l'antiracisme." Ce qu'il faut savoir : Les programmes d'histoire et de philosophie sont arrêtés par un Conseil National des Programmes Pluralistes. Ces deux disciplines, centrées sur la France et l'Europe, s'ouvrent naturellement à l'étude des évènements et des idées dans le reste du monde. Le rôle, entre autre, de ces deux disciplines est d'ouvrir l'esprit, de former à la critique et à l'appréhension de la contradiction, cetainement pas de donner une vision unique et glorieuse de notre passé. La glorification du passé sans esprit critique permet rarement d'ouvrir des chemins pour l'avenir. Que veut dire le FN quand il demande une "vision équilibrée" de la dernière guerre mondiale ? S'agit-il de présenter sur le même plan les écrits de prison d'Hitler (Mein Kampf) et ceux de Primo Lévi de retour des camps (Le Devoir de Mémoire) ? Dans le même domaine, doit-on voir une "continuité nationale" dans le régime de Vichy ? Dans le passage de la royauté à la République ? C'est à un véritable décervellement que veut se livrer le FN, qui entend gommer ou modifier les pages de l'histoire ou de la pensée qui le gène. Cela s'appelle l'obscurantisme. En France, notre histoire nous a plutôt appris à revendiquer les Lumières.
  Lire la suite de la discussion sur france2.fr


231922
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Exclusion "abusive" - associations de parents

image

Bien le bonjour, donc je me présente je suis élève dans un lycée (à 20 ans oui…) avec un parcours pas spécialement parfait (pour ne pas dire catastrophique) et j'aurai simplement besoin de certain renseignement à propos d'une exclusion de...Lire la suite

25 ans vie foutue accident handicap fauteuil famille un desastre ... - depression, deprime, stress

image

Bonjour, Je m'appelle Chaynez, j'ai 25 ans. J'ai une vie plutôt compliquée et je ne sais plus quoi faire, je ne vois plus d'issue. Aidez moi !! Je vous raconte ma vie en gros, ça risque d'être l'on. Je suis d'origine Marocaine, ma mère est très...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages