Histoire vécue Famille - Enfants > Ecole > Autres      (3460 témoignages)

Préc.

Suiv.

Une institutrice sanctionnée

Témoignage d'internaute trouvé sur france2
Mail  
| 763 lectures | ratingStar_26536_1ratingStar_26536_2ratingStar_26536_3ratingStar_26536_4

Bonjour, information très intéressante… à suivre. Pourquoi cette inégalité de traitement ? Pourquoi deux poids, deux mesures ?

A Provins, l'affaire du petit enfant lourdement handicapé n'est évidemment qu'un prétexte pour tracasser l'institutrice ; les diverses informations qui émaillent les pages de ce forum sont éclairantes sur les vrais mobiles des poursuites disciplinaires menées à l'encontre de Mme Guigui. Je les énonce :

- Institutrice qui utilise le manuel Boscher, inquiétée dès la rentrée 2004 uniquement pour cette raison par un inspecteur de circonscription fraîchement arrivé (Momo) , sans prise en compte aucune de ses excellents états de service (reconnus dans les rapports d'inspection qui jalonnent la carrière de l'enseignante) et de sa notoriété réelle auprès des enfants et des parents d'élèves ;

- Institutrice qui n'a pas l'heur de plaire à tous ses collègues de l'école Ville haute de Provins, notamment sa collègues de CE1, très investie à l'IUFM de Melun.

(jusqu'à y être nommée, semble-t-il, à la présente rentrée ! ) , résolument hostile à l'emploi du manuel Boscher dans la classe de Brigitte Guigui. Petit détail : cette collègue de CE1 de Brigitte Guigui est l'épouse du conseiller aux affaire locales (c'est-à-dire vice-roi de Provins) de Christian Jacob, maire de Provins et ministre de la Fonction publique ;

- Institutrice victime d'une intégration mal préparée, au rabais, d'un petit enfant lourdement handicapé dans une classe normale. La responsabilité de cet échec, en réalité, il faut la chercher ailleurs, dans la mesure où Mme Brigitte Guigui n'avait pas les moyens d'accueillir correctement cet enfants (aucune aide de vie scolaire ; aucun aménagement technique, pourtant indispensable dans le cas d'un enfant lourdement handicapé sur le plan auditif ; aucune formation spécifique à l'accueil d'un enfant sourd…). Nul n'est tenu à l'impossible ! J'ajoute que sur le plan réglementaire, on ne peut pas reprocher à Mme Brigitte Guigui d'avoir violé la loi Montchamp sur l'intégration des handicapés en classe ordinaire, puisque les décrets d'application de cette loi n'étaient pas sortis à l'automne 2005… Il faut aussi dire que le départ du petit garçon de l'école de la Ville haute de Provins pour l'installer dans une école à côté de chez lui (dans le secteur scolaire où il habite) , dans un CP ordinaire aux effectifs allégés (17 élèves) , à simple niveau, s'est faite de manière collégiale, avec l'accord de tous ses collègues et celui de l'inspecteur de circonscription, Momo. Les problèmes viennent du fait que M. Christian Jacob est intervenu personnellement, refusant cette décision des autorités de l'Education nationale, et demandant le déplacement de Brigitte Guigui (inscrit dans le rapport de Momo, rendu publique par le syndicat SNUDI-FO). Je rajoute enfin que l'intégration des enfants handicapés en classe normale n'est pas une nouveauté, puisque Brigitte Guigui a déjà eu à s'occuper d'enfants handicapés dans sa classe, et que tout s'était très bien passé (lorsque mes enfants ont fréquenté sa classe, il y a eu à chaque fois un élève souffrant d'un handicap). Mais dans ces précédents, les handicaps étaient plus légers, et l'intégration était possible.

Quiriace77.
  Lire la suite de la discussion sur france2.fr


26536
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Exclusion "abusive" - associations de parents

image

Bien le bonjour, donc je me présente je suis élève dans un lycée (à 20 ans oui…) avec un parcours pas spécialement parfait (pour ne pas dire catastrophique) et j'aurai simplement besoin de certain renseignement à propos d'une exclusion de...Lire la suite

25 ans vie foutue accident handicap fauteuil famille un desastre ... - depression, deprime, stress

image

Bonjour, Je m'appelle Chaynez, j'ai 25 ans. J'ai une vie plutôt compliquée et je ne sais plus quoi faire, je ne vois plus d'issue. Aidez moi !! Je vous raconte ma vie en gros, ça risque d'être l'on. Je suis d'origine Marocaine, ma mère est très...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages