Histoire vécue Famille - Enfants > Ecole > Collège      (1070 témoignages)

Préc.

Ancien souffre douleurs - timidite, confiance en soi, complexes

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo - 18/01/13 | Mis en ligne le 18/06/14
Mail  
| 1118 lectures | ratingStar_531637_1ratingStar_531637_2ratingStar_531637_3ratingStar_531637_4
Bonsoir tout le monde ! Je fait ressortir un topic vieux de 3 ans maintenant, mais suite à l'émission Toute une Histoire, diffusée le 17/01, consacrée aux souffre-douleur, j'ai décidé de franchir le pas et de témoigner de ce que j'ai vécu dans mon enfance et mon adolescence. Déjà, depuis tout petit je suis un timide maladif - je le suis encore un peu aujourd'hui - à cause je pense d'un problème de santé lié à l'oreille. J'étais déjà donc assez renfermé sur moi-même, dans ma bulle. Qui plus est j'étais déjà à l'époque en surpoids, ce qui fait que je subissait la moquerie de mes petits camarades. Même si je ne supportais pas que l'on me traite de "gros plein de soupe", j'avalais la pilule et laissait passer. Et j'avais également de très bonnes notes en primaire. Là où ça s'est vraiment compliqué, c'est quand mes parents ont divorcés en 1996, j'avais 7 ans à ce moment. Je m'étais encore un peu plus replié sur moi-même puisque je ne voyais mes parents que séparément. Malgré tout l'école primaire s'est terminé sans problèmes. En 1999 maman avait rencontré un homme, originaire de la Mayenne et un an plus tard elle a décidé d'emménager en Mayenne, car elle ne sentait plus ses enfants (moi et ma soeur) en sécurité (on habitait près de Cergy, Val d'Oise). J'avais à la fois hâte de découvrir cette nouvelle vie mais en même temps j'étais assez triste car ça m'éloignait de mon père. Lorsque je rentre au collège en Mayenne en 2000, ça ne se passe pas trop mal au départ. Mais comme je ne connaissais personne, je m'isolai assez facilement pendant la récréation. Plus ça va, pire c'est. À la maison je ne me sentait pas compris vis-à-vis de mon beau-père - je ne m'entendait pas avec lui. Puis au collège peu à peu je subissait de plus en plus de moqueries. À chaque rentrée, quand je me rendais au collège je vomissais. Et puis je commençais à avoir des tics nerveux aussi. Mais je ne disais rien de tout ça à la maison, même si ça se voyait que j'allais pas forcément très bien. Pour les tics on a pensé que c'était parce que je jouais trop à la Game Boy, mais je me rend compte après l'émission de Sophie Davant que c'était sûrement plus liés au problèmes que je vivais au collège. J'ai été même jusqu'à voir un psychiatre. Un coup les moqueries sont allées tellement loin qu'un jour, en 4ème, j'ai eu le réflexe de donner un bon coup de poing ! Un bon souvenir, car ça m'a défoulé. Heureusement mes détracteurs ne sont pas allé voir la directrice pour dire que j'avais tapé un de leurs camarades ^^'. Ça les a un peu calmé mais ça ne les empêchait pas de continuer leurs moqueries. Toujours en 4e, j'étais tombé amoureux d'une fille de ma classe. Par je ne sais quelle manière ça s'est su et la rumeur s'est répandue. À tel point que lors d'une récréation, quelques uns de mes détracteurs m'ont forcé à m'avancer au centre de la cour de récréation pour aller voir cette fille pour que j'avoue devant eux mes sentiments. Je ne sais pas si c'était pour m'aider à vaincre ma timidité ou si c'était pour se moquer un peu plus de moi (je privilégie la 2ème option). Là je m'étais senti harcelé moralement mais je n'en parlais toujours pas à ma famille. Qui plus est, maman était très souvent malade, elle était très sujette aux cancers. En novembre 2003, elle est de nouveau à l'hôpital pour traiter son énième cancer, au pancréas je crois. Avec ma soeur, on va la voir au Mans. On avait plus ou moins l'habitude. On a parlé avec elle, on a joué avec elle, elle semblait en pleine forme. On rentre et pour moi, elle allait encore guérir. Quand on est rentré le soir, mon beau-père, Michel, venait d'avoir l'hôpital au téléphone. Maman n'avait plus la capacité de parler. Je me suis dit que c'était passager. Le lendemain je suis réveillé par les cris d'effroi de ma soeur… Maman est décédée dans la nuit après notre visite… Je ne réalise pas encore. Je vais au collège et c'est en arrivant que je commence à me rendre compte, je commence à pleurer. C'est pendant la récréation que j'ai explosé en sanglot car je savais que je ne verrai plus jamais maman… Un de ceux qui avait l'habitude de m'embêter m'a vu et m'a demandé ce qui n'allait pas, comme si il avait de la compassion. Je lui est dit que c'est un problème familial. Quoi qu'il en soit ils m'ont laissé tranquille ce jour là. Forcément le soir je pleure encore le décès de ma mère, et Michel a décidé de faire un mot à la directrice pour que je me repose pour me remettre - tant bien que mal - de ce drame. Je ne me suis pas rendu à son incinération parce que je ne supporterai pas l'idée de la voir brûler, j'ai préféré me souvenir. Je suis sûr au fond de moi qu'elle ne m'en voudrait pas, qu'elle comprendrait. Une bonne semaine après ça, je reviens chez nous et j'ai reçu une lettre du collège. À ma grande stupeur et émotion, c'est une lettre de condoléances de l'ensemble de ma classe. Tous ont signé, y compris les plus moqueurs. Je me suis dit qu'au fond ils étaient… Humains. J'ai eu ensuite un choix à faire. Soi rester en Mayenne avec mon beau-père, soit partir vivre chez mon père, qui venait me voir tous les 15 jours sans fautes malgré les distances, en Région Parisienne. Je suis retourné en Île-de-France. À la fois pour mon avenir mais aussi sûrement par volonté de fuir la Mayenne et les très mauvais souvenirs accumulés de cette époque pénible de ma vie. J'ai changé de collège au courant de la 3ème, donc j'ai terminé l'année dans un collège de St Ouen l'Aumône où je m'étais pas très bien intégrer mais où j'ai tout de fois subi moins de moqueries. J'ai oublié de préciser que si j'était bon élève en primaire, au collège je réussissais de justesse mes années. Depuis le lycée, où j'ai été dans une classe 99% féminine (j'étais le seul garçon) , tout est allé mieux, j'ai réappris à connaître les gens, à être respecté et à m'affirmer un peu plus dans la société. Aujourd'hui j'ai presque 24 ans, je suis en Master Culture et Médias et j'ai quelques passerelles qui peuvent m'emmener au métier que j'ai toujours voulu faire : journaliste sportif. J'ai eu beaucoup de chance de m'être sorti de cette très délicate période de l'adolescence, sans gros dommage, si ce n'est le fait que je suis encore timide et que j'ai du mal à construire une relation avec une demoiselle. Je n'en ai jamais parlé, même pas à mes proches, et ç'aurait très bien pu aller plus loin. Mais je sais qu'à l'heure actuelle et plus que jamais le thème des souffre-douleur est d'actualité et cela menant même parfois jusqu'au suicide des ados persécutés. J'espère que mon témoignage servira à des enfants, des ados qui souffre de ça aujourd'hui et le message que j'ai à leur dire c'est : parlez-en avant que cela ne soit trop tard, parlez-en à vos parents, ils sont votre soutien le plus précieux dans ces moments difficiles, même si vous vous sentez incompris par eux de temps en temps. Mais ne vous laissez pas ronger par ce problème. Je vous souhaite le meilleur à venir.
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


531637
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.



Commentaires pour cette histoire  Ajouter un commentaire

Par olga0101 | le 10/03/15 à 22:56

Vous avez besoin d'argent rapidement ?

Bonjour ! Avez vous des difficultés à faire face à vos problèmes? Dites non aux problèmes qui vous envahissent Vous souhaitez bénéficier d'un crédit pour la mise en œuvre de vos projets: -D'un fond de commerce -D'un crédit pour le progrès de vos Etudes -Changer de voiture -Vous équipez en électroménager -Vous offrir une nouvelle maison -Malheureusement il se trouve que vous êtes au chômage -Elève ou étudiant, personne pour vous servir d'aval -Vous êtes sans emploi ou fiché en Banque ou vous faîtes objet d'interdit bancaire pour incident non indépendant de votre volonté -De ce fait aucune institution financière n'accepte de vous faire de prêt. Vous avez cependant Besoin de financer le projet dont vous rêvez et qui vous tient a cœur ou vous voulez bien fêtez plus de soucis ; cela ne devrait plus vous poser de problème Profitez en maintenant. Êtes vous intéressés alors veuillez nous contactez pour plus d'ample d'informations le plus vite pour qu'enfin vous soyez soulagés et que la vie reprenne de plus belle pour vous.
E-mail: olga.saute@yahoo.com
Merci

Par CELINE12 | le 08/08/15 à 14:23

Bonsoir chèrs frères et soeurs
Je m'appelle Laurence Labourdette
Je fais ses témoignages pour témoigner la compétence d'un vieux vraiment formidale.
Je vous assure que j'ai eu à contacter plusieurs marabouts qui sont rien que des faux , des menteurs, des escros je ne sais plus quoi les qualifiés mais suite aux plusieurs recherches je suis tomber sur ce vieux qui m'a vraiment redonner le bonheur , le bonheur que je recherche depuis tant d'années il est vraiment formidable je souffrais d'une rupture avec mon mari il m'a quitté cela à fait 1 an 1 mois et mème au boulot j'ai perdu le travail mon père était gravement malade mais dans un interval de 3 jours je vous rassure que j'ai eu des miracles dans ma vie grace à ce vieux aujourd'hui je vis bien avec mon mari , mon père est guérit, on m'a rapellé au boulot et j'ai mème reffuser mais actuellement je suis dans un autre service qui est mieux que l'autre vraiment je ne sais pas comment remercié ce vieux il m'a travailler sans me prendre un euro j'ai d'abord eu la satisfaction avant de le récompenser vraiment il est très bon ce vieux . Alors vous qui souffrez de n'importe que problème , vous qui avez n'importe des soucis ne vous faites plus de souci contacté directement ce vieux voici son adresse mail : florent.sauveur@gmail.com ou vous pouvez l'apellez directement sur son numéro portable 00229 62 41 36 19

Histoires vécues sur le même thème

Peur d'aller au lycee suite a des moqueries - le coin des ados

image

Je vous invite a lire mon histoire si vous le souhaitez. Merci pour vos messages. Pourquoi tant d'acharnement envers moi ? Suis je si différent ? Je ne sais pas … J'ai décidé d'écrire pour évacuer ces pressions quasi- quotidiennes . Si cela...Lire la suite

Mon histoire - besoin d'avis et conseil - viol et abus sexuels

image

Bonjour, Après plusieurs hésitations, je viens poster mon histoire ici. J'aimerais recueillir les avis sur la situation. Savoir ce qu'on en pense. J'ai beaucoup hésité et j'avais commencé ce récit il y a quelques semaines mais je ne voulais...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages