Histoire vécue Famille - Enfants > Ecole > Collège      (1070 témoignages)

Préc.

Suiv.

Dyslexie : l'espoir au bout

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 2015 lectures | ratingStar_84952_1ratingStar_84952_2ratingStar_84952_3ratingStar_84952_4

Martin est un prodige de 14 ans.

A la maternelle on m'annonçait déjà qu'il avait un retard d'apprentissage !!!!!!!!!!!!!! Putain de système si t'es pas de moule… Moi je sentais qu'un truc ne collait pas mais je n'arrivais pas à mettre le doigts dessus. Devant mes questions répétées on me répondait inlassablement que j'étais une maman angoissée et qu'il allait avoir le déclic… c'est quoi le déclic, c'est quand ?

Habitant un tout petit village, nous n'avions qu'une classe unique donc le maître était aussi le directeur… Dommage pour Martin car il l'avait pris dans le nez. Ca dérange les différences voyez vous !

Et là j'ai commencé à pratiquer un sport épuisant et parfois dangeureux. J'ai foncé tête baissée et j'ai tenté d'enfoncer les portes… académy, orthophoniste… Parfois ça s'ouvrait parfois je me la prenais la ta figure.

Puis j'ai déménagé car vraiment l'instit était une horreur (en 1 an il a perdu 18 élèves de son école) et vous savez quoi… il n'est plus instit… (trop de plaintes) il a été déplacé : PSYCHOLOGUE SCOLAIRE…

Martin a pris un an de retard mais n'arrivait toujours pas à suivre. Quand au déclic…

Martin a vu de nombreux ortho mais tout semblait normal et la dyslexie avait été écartée… trop drôle ! Martin avait aussi vu une grande spécialiste à montpellier. Après 2h de retard dans une salle d'attente surchargée et sans activité pour les enfants elle reçoit martin. Montre en main 10mn de test et le verdict tombe… Martin est hyperactif !!!!!!!!!! Putain de sytème…

Nous quittons l'hôpital après qu'on ai placé Martin sous ritaline… Ha oui le gamin est devenu calme du jour au lendemain… Quel repos pour moi !!!!!!!!!! Plus de cris plus de courses permanente ni d'agitation ! Mais voilà au bout de quelques jours mon Martin si gai, si déluré était en pleine dépression. Je le revois encore avancer tête basse, oeil vague sans plus l'envie de rien. La ritaline a tout naturellement trouvé sa place au fond des chiottes !

En CE1 une médecin scolaire nous a dirigé vers un établissement spécialisé à Palavas les flots (34). Là batteries de tests sur plusieurs jours : ortho, pédopsy, psychomotricien… ça n'en finit plus mais le verdic est sans appel : dyslexie, dysphasie, dysortthographie stade très sévère…

A côté de ça martin est un enfant un peu plus doué que la moyenne comme beaucoup de dys. Il arrive à compenser son handicap et a déjoué les pièges des testeurs qu'il avait vu jusque là…

Ok on a un verdict mais on fait quoi maintenant ?

A l'institut st pierre de palavas les flots il y a une école spécialisée mais bien sûr les places sont rares. Je vais croiser les doigts très fort et adresser une prière aux saints en qui je ne croient pas…

Quelques mois plus tard un coup de fil change la vie de mon fil. Vu la lourdeur de son handicap il est accepté à Palavas. La condition : faut qu'on se rapproche du centre car nous en sommes à 2h et il est hors de question pour moi qu'il soit interne. En une semaine j'avais trouvé un appart et rendu les clefs de l'autre (merci de votre compréhension pour le préavis madame la maire des rives). Nous voilà dans une ville un peu sordide, dans un appart bien pourri mais à distance plus raisonnable de palavas (vivant alors seule je ne pouvais pas me permettre d'aller vivre au bord de la mer).

Pendant 1 ans martin va faire 1h de trajet matin et soir pour rejoindre son école au bord des flots. Je vois mon garçon changer, s'ouvrir s'apanouir, je comprends mieux ce qu'il me dit et surtout je sens qu'il reprend confiance en lui. Les journées sont longues mais bien organisées et Martin explose et Martin vit.

1an plus tard Martin est réadapté en CE2 "classique" c'est pas facile mais il tient le coup. Hélas la directrice de l'école privée où j'ai cru bon de le mettre a décidé de remonter le niveau de son établissement… Elle nivelle par le haut la salo… Martin en prend plein la tronche comme ses camarades dont le teint garde les couleurs de l'été… Je sens mon enfant qui sombre comme un bateau ivre. Je le vois baisser les bras et je recommence à cogner. Saloperie de système…

Changement d'école, réunions sur réunions avec le corps enseignent. Il faut qu'ils sachent, qu'ils prennent en compte, qu'ils écoutent, qu'ils comprennent. Martin y croit de nouveau. Ses résultats sont moyen mais il en veut mon fils.

CM1… Martin a du mal mais il se bat comme un beau diable. Tous les matins il entame vaillement son combat. Martin a du mal il faudrait qu'il redouble…

Vous savez quoi madame : "c'est pas possible l'académy ne veut pas plus d'un an de retard en primaire". Ho putain je vais tous me les faire. J'ai envie de pleurer mais je distribue des baffes à tour de bras, j'enfonce les portes jusqu'à en avoir mal à l'épaule.

Mon homme est parti travaillé en gironde nous devons le rejoindre en juillet et nous sommes en octobre. J'appelle l'école dont on dépendra en Gironde. Autre département, autre milieu, autre niveau de vie… (et oui ça y fait !!! ). Le directeur est OK pour jouer le jeu et donner une chance à Martin. On parle dérogation pour un second redoublement au lieu d'une mise en SEGPA comme on me le proposait… Vite trouver une maison en Gironde, vite faire les cartons, vite rendre les clefs et tanpis si j'y perds un morceau de ma caution.

La vie est là je veux y croire. Martin débarque en plein milieu d'année dans une région inconnu, dans une école assez élitiste… dur dur. Faut encore expliquer, convaincre… Martin doit se faire accepter et faire ses preuves. Tête baissée dans ses cahiers il s'y emploie de toutes ses forces. Equipe éducative… Expliquer encore et encore le parcours, monter le ton pour qu'on lui laisse une chance de choisir lui même sa vie. Bataille avec l'académy. Autorisation de redoublement obtenue… petite victoire mais après ?

CM2. Je travaille. Mon médecin du travaille me pose des questions sur notre arrivée et me demande comment se sont intégrés les enfants… et là coup de pouce du destin… Elle me parle d'un collège spécialisé… On fonce tête baissée on se renseigne. UPI… Jamais entendu parler jusque là ! Ha la loi va changer et les UPI ne pourront plus être spécialisés mais devront accueillir tous les handicaps mélangés… Malin ça, c'est vrai qu'il n'y a qu'une solution unique comment n'y avais je pas songé !!!! Putain de système.

Rencontre avec L'UPI de L'estonnac en gironde. Leur but : conserver leur spécialisation en Dyslexie, dysorthographie, dysphasie et dyscalculie. Seul problème… avoir l'accord de l'académy !!!!!!!!! Et obtenir une place… échange de courrier, rencontres et re-rencontre, réunions, coup de gueule, aïl mon épaule dans les portes, celui qui va devenir mon mari est grand et carré… ça aide !!! Sans lui à nos côté nous n'aurions pas eu gain de cause… bizarre non ?

Juin. Boîte au lettre, peur au ventre, angoisse. Courrier… Accord pour l'orientation acceptée… puis… une place pour martin à l'UPI… Sur 10 places nous en avons une… Fête, joie espoir…

2007 Martin est en 5ème. Il est dans une classe tout à fait classique mais il est détaché pour les heures de français avec une prof spécialisée. Cela fait 1 ans et demi qu'il est dans ce collège. IL VIT, il est beau, il rayonne. Ses progrès sont fulgurants tout autant qu'étonnants. Il est brillant, volontaire, actif. Il a pris sa vie en main. Il est autonome dans son travail, ses résultats sont en progression constante ses notes sont excellente.

Il y a quelques années on lui proposait un CAP de manutentionnaire… Aujourd'hui il veut être ingénieur !!!!!!!! Que sera-t-il ? Manutentionnaire d'accord mais seulement si c'est SON CHOIX.

Mon épaule est en pleine forme, Martin a pris le relais et je sais que désormais il enfoncera lui même les portes qui voudraient se fermer sous son nez !

Sa prof parle de le réadapter en français mais il a encore un peu peur. Je pense qu'il s'offrira ce cadeau pour noël.

Et après le collège ? Après la 3ème ? On verra je fais confiance à Martin pour avoir fini de rattrapper son retard.

Depuis cet été il n'a plus besoin de soutient psychologique mais suit encore 4h d'orthophonie par semaine.

Je suis si fière de mon fils qu'il fallait que je vous le dise.

Nous avons eu la chance de croiser des gens super qui lui ont permis d'en êre là aujourd'hui. Un grand merci à Mme Lestang de palavas les flots et à l'ensemble du collège de Carignan de.
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


84952
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Ancien souffre douleurs - timidite, confiance en soi, complexes

image

Bonsoir tout le monde ! Je fait ressortir un topic vieux de 3 ans maintenant, mais suite à l'émission Toute une Histoire, diffusée le 17/01, consacrée aux souffre-douleur, j'ai décidé de franchir le pas et de témoigner de ce que j'ai vécu...Lire la suite

Peur d'aller au lycee suite a des moqueries - le coin des ados

image

Je vous invite a lire mon histoire si vous le souhaitez. Merci pour vos messages. Pourquoi tant d'acharnement envers moi ? Suis je si différent ? Je ne sais pas … J'ai décidé d'écrire pour évacuer ces pressions quasi- quotidiennes . Si cela...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages