Histoire vécue Famille - Enfants > Ecole > Collège      (1070 témoignages)

Préc.

Suiv.

J'ai des tics de me retourner et de regarder en arrière

Témoignage d'internaute trouvé sur e-sante
Mail  
| 314 lectures | ratingStar_230172_1ratingStar_230172_2ratingStar_230172_3ratingStar_230172_4
Je n'y connais pas grand chose moi non plus, bien que j'ai moi-même des tics par moments. Concernant le syndrôme de Gilles de la Tourette, cependant, je crois que ça concerne surtout les tics accompagnés d'insultes (il faudrait vérifier sur Google ou autre). Je ne sais pas comment ça a commencé pour moi, mais c'était aussi vers mes 5 ans. Je me souviens que je regardais souvent derrière moi, en tournant la tête ou en tournant sur moi-même, comme pour me rassurer de je ne sais quoi (en fait, quand je regardais la TV je me tournais souvent vers la porte, derrière, pour vérifier qu'il n'y avait personne!, alors que j'étais assise tranquillement avec mes parents). Quand je tournais, ma mère me disait que si je voulais danser, je devais le faire au cours de danse. Ce tic là a dû duré environ 5 ans. Petite, encore, je faisais souvent une mimique avec mon nez, et ma mère me le faisait remarquer quelquefois. Je pense, bien entendu, qu'il est important de ne pas affoler l'enfant en lui disant qu'il n'est pas normal,ce qui n'est pas vrai, ou de lui faire honte en lui faisant les remarques en public, mais ça peut être utile d'en parler très brièvement à l'enfant, ne serait-ce que pour qu'il s'en rende compte et qu'il puisse essayer de se maîtriser en en ayant conscience. En fait, un tic, c'est comme un réflexe, on ne le fait pas exprès. J'ai remarqué que c'était toujours lié au stress: il y'a des périodes où ils me laissent tranquille et d'autres où ils reviennent, mais j'ai la chance que les miens soient plutôt discrets. Enfant, je me suis dit que je pouvais remplacer le fait de tourner la tête par un serrement du poing, et c'est peut-être ça qui a marché. Chaque fois que j'avais conscience d'avoir besoin de tourner la tête, je serrais un poing. Faute de changer la cause, on peut changer la conséquence! C'était plus discret et j'ai vite arrêté les deux. Je me souviens aussi d'une autre particularité qui semble être un tic: à un moment, je me répétais intèrieurement le dernier mot de la dernière phrase que je venais d'entendre. Et plus tard, je m'amusais parfois à prendre ce mot et à compter dans ma tête le nombre de lettres pour savoir quelle était la lettre du milieu! Le cerveau est parfois très bizarre. J'ai arrêté, je crois, par lassitude, parce que je me suis aperçue que ça ne m'apportait rien. Comme quoi rendre les choses qui sont inconscientes conscientes peut être un bon début. Je ne suis pas spécialiste en psychologie, mais je dirais que c'est une façon d'essayer de garder le contrôle ( sur ce qu'il y'a derrière, sur les mots eux-mêmes...j'ai même, à l'époque du collège, essayé de contrôler les minutes en barrant sur une feuille toutes les heures que j'arrivais à 'capturer' sur ma montre. J'ai laissé tomber, parce qu'à cet âge, je n'arrivais pas à barrer les heures entre 1h et 8h du matin! ). Aujourd'hui, c'est par périodes: ça m'arrive de regarder ma montre machinalement toutes les minutes( pour me situer dans le temps) et il m'arrive aussi de 'poser' mes yeux, c'est à dire de regarder autrepart (par exemple, en regardant la télé, je me fixe une seconde sur le bord de l'écran : je reprends ainsi le contrôle de mon regard. Je m'aperçois que je le fais aussi parfois quand j'écoute une conversation). En clair, en relisant tout ça, je m'aperçois que ce que j'appelle le stress, c'est la peur de ne pas pouvoir tout contrôler. Ca me permet de me recentrer, me calmer. Les tics sont là pour me rassurer, et , dans une certaine mesure, il est possible de les minimiser, pour vivre tout à fait normalement. Je ne sais pas si ça vous rassure ou si mon cas est très particulier, mais c'est un témoignage qui peut peut-être aider à y voir plus clair. En tout cas, en écrivant tout ça ( et vous êtes les seules à qui j'en ai parlé), j'ai réalisé que ça venait du fait que je voulais être capable de tout contrôler et ça explique beaucoup de choses. Je suis du genre à être bien organisée et à vouloir faire beaucoup de choses, mais en même temps, je ne me laisse pas assez aller. Pour conclure, cette séance de psychanalyse était sympa, et les tics, ça n'empêche pas d'être normal et de réussir sa vie, ce qui est mon cas, et le sera pour vos enfants.
  Lire la suite de la discussion sur e-sante.fr


230172
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Ancien souffre douleurs - timidite, confiance en soi, complexes

image

Bonsoir tout le monde ! Je fait ressortir un topic vieux de 3 ans maintenant, mais suite à l'émission Toute une Histoire, diffusée le 17/01, consacrée aux souffre-douleur, j'ai décidé de franchir le pas et de témoigner de ce que j'ai vécu...Lire la suite

Peur d'aller au lycee suite a des moqueries - le coin des ados

image

Je vous invite a lire mon histoire si vous le souhaitez. Merci pour vos messages. Pourquoi tant d'acharnement envers moi ? Suis je si différent ? Je ne sais pas … J'ai décidé d'écrire pour évacuer ces pressions quasi- quotidiennes . Si cela...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages