Histoire vécue Famille - Enfants > Ecole > Collège      (1070 témoignages)

Préc.

Suiv.

Je regrette d'avoir abandonné le lycée

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo - 16/02/11 | Mis en ligne le 24/07/11
Mail  
| 1297 lectures | ratingStar_217382_1ratingStar_217382_2ratingStar_217382_3ratingStar_217382_4

J'ai 15ans et depuis la mi-novembre je ne suis plus scolarisée. J'étais en classe de 2nde. Ce n'est pas évident pour moi de m'exprimer sur ce sujet. Donc, à la fin Octobre j'ai fait une sorte de blocage/rejet face au milieu scolaire, rien n'anormal jusqu'à là pour une adolescente de 15ans sauf que j'ai fait ma gamine capricieuse et j'ai lâché les cours sans me douter des conséquences. Je dis que c'est un caprice car je culpabilise énormément mais au final je n'en sais pas plus sur les raisons de cette démission scolaire. Il faut savoir qu'en 4ème j'ai perdu tous mes amis qui n'ont pas su me comprendre sur certaines choses, par conséquent en 3ème je me suis trouvée seule avec une haine des gens de mon collège. J'envisageais le lycée comme un renouveau, avec de nouvelles connaissances, de nouveaux professeurs, une nouvelle ambiance, une nouvelle indépendance. Cependant le lycée dans lequel je suis allée était rattaché à mon collège, ils forment donc un seul et même établissement. A la rentrée, déception, rien d'étonnant, presque personne du collège n'était parti et à peine 2 personnes étaient nouvelles, je me tapais encore des profs que j'avais eu au collège. La mentalité des personnes n'avaient pas beaucoup évolué, les techniques de travail étaient les mêmes qu'au collège, aucune indépendance, bref, rien de nouveau, c'était une nouvelle année au collège pour moi. Et dire que quelqu'un m'avait dit ; " Tu sais, le lycée c'est vraiment les meilleurs années qu'on puisse vivre ". Septembre et octobre ont passés relativement vite, je me plaignais lorsque je rentrais chez moi le soir. A partir de là j'ai commencé à tout critiquer fortement, à ne plus faire mes devoirs et finalement par craquer et ne plus y aller. J'avais parallèlement des soucis familiaux qui m'occupaient déjà pas mal l'esprit et j'étais plutôt mal dans ma peau malgré les apparences. J'ai souvent eu ce que je voulais lorsque je le désirai, je faisais toujours tout pour et en ce moment là ce que je voulais c'était suivre des cours par correspondance. Mes parents sont divorcés mais ma famille du côté maternel est très présente dans ma vie et s'impose pas mal à moi, lorsqu'ils ont su que je n'allais plus en cours j'ai eu droit à des rabaissements, des morales, des pressions, des " menaces " ; je décevais tout le monde et j'ai horreur de ça, de décevoir les gens. Fin Décembre rien n'allait plus, j'ai eu des idées suicidaires. Explications ; En effet je n'ai jusqu'à là encore jamais parlé de mon père mais celui-ci fait vraiment tout pour me pourrir à la vie, il et schizophrène, pédophile, manipulateur, menteur… tous les défauts du monde Et il n'hésiterai pas une seule seconde à attaquer ma mère pour ma situation actuelle. J'ai également un frère plus jeune que moi âgé de 13ans. Il est actuellement en famille d'accueil et je ne le vois que 2 jours tous les 15jours… Cela a en partie participé à la venue de mes " idées noires", mais il a y eu aussi la pression familiale du côté de ma mère. Que ce soit les grand-parents, les oncles, les tantes, ma mère, personne n'a chaumé pour me faire comprendre que j'étais une ordure lâche qui foirait toute sa vie. L'assistante sociale s'y est également mêlée, chose normale puisque la sclarisation est obligatoire jusqu'à 16ans. Tout mon entourage ne me parlait plus que de ça, je me suis sentie proie, prisonnière de tout et personne ne voyait qu'avant de parler scolaire il fallait peut-être se tourner vers la personne que je suis… A partir de ceci j'ai commencé par voir un pedopsychiatre qui m'a orienté vers une psychologue que je consulte désormais depuis le 21 Décembre. Chaque jour ma déprime s'approfondie, chaque jour j'ai l'impression d'avoir touché le fond et pourtant je ne perds pas éspoir… Je reste chez moi 24h/24h devant mon ordinateur à regarder des séries TV qui me font un peu rêver et me permettent de m'échapper de ma vie… c'est ma bulle. Absence totale de relations mis à part ma mère, mon frère (un week-end / 2) et ma psy. 3 personnes, c'est beau n'est-ce pas pour une jeunesssse de 15ans. Je n'en peux plus, je suis completement perdue, je ne me reconnais plus. Je me suis completement fermée sur moi-même, je n'ai pas de difficultés pour me confier et pour parler, la communication c'est pas un problème pour moi mais j'ai de plus en plus peur du monde extérieur… j'ai peur de tout. -Ma vie familiale est pratiquement inexistante, j'ai un père qui est un pourri, on m'a enlevé mon frère, ma famille maternelle s'acharnent sur moi comme si j'étais une poupée à exploiter. -Ma vie sociale réelles est inextistante. (J'ai 2 véritables amies sur qui je peux compter, rencontrées sur le net et rencontrées également dans la réalité mais ça ne compense pas mon manque de contact humain). -Ma vie " professionelle " est pour l'instant au point mort et pourtant je sais que j'ai des capacités et j'ai toujours rammené de bonnes notes. J'ai oublié de préciser qu'1 semaine après avoir quitter mon lycée j'ai integré un autre lycée dans lequel je m'étais faite une petite bande de "potes" dès le 1er jour, le problème c'est que je n'ai pas su tenir le rythme (levée très tôt et arrivée chez moi très tard) et je n'allais toujours pas bien… je n'y suis restée que 4jours. Je ne suis pas une personne associale, au contraire, j'éxprime mes émotions avec aisances, je m'adapte généralement bien aux situations… mais là je ne me reconnais plus… Il y a eu accord avec l'académie et tout les gens qui s'occupent de moi pour que je finisse l'année scolaire au CNED (correspondance) en plus d'1 professeur à domicile. Je suis assez heureuse de cette nouvelle car je ne veux pas du tout lâcher les études, j'ai de l'ambition pour mon futur… Je suis assez péssimiste dans ce genre de situations et j'ai tendance à dramatiser les choses ; j'avais besoin d'étaler ça par écrit. Seulement je ne sais pas si à la rentrée prochaine (où je compte retourner au lycée) je serai capable de me reconstruire une vie sociale… J'espère seulement que les grandes vacances (qui s'annoncent plutôt bonnes) pourront me rebooster un peu. Je ne veux absolument pas redoubler, déjà que j'ai du mal avec la mentalité des gens de mon âge, imaginez avec un an de moins (à cet âge 1an de moins ça change pas mal de choses contrairement à des personnes adultes.). Bref tout ça pour également dire aux jeunes qui veulent lâcher le lycée parce qu'ils en ont marre de tout ça qu'il faut qu'il s'accrochent parce que l'heure actuelle je m'en mords atrocement les doigts et ça a considérablement foutu le bordel dans ma vie. J'en pleure tous les jours… Ne faites JAMAIS cette erreur. Je regrette l'époque où j'allais au lycée, certes difficilement mais je voyais des visages, même si c'était difficile de tout supporter c'était bien mieux que mon état actuel…
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


217382
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Ancien souffre douleurs - timidite, confiance en soi, complexes

image

Bonsoir tout le monde ! Je fait ressortir un topic vieux de 3 ans maintenant, mais suite à l'émission Toute une Histoire, diffusée le 17/01, consacrée aux souffre-douleur, j'ai décidé de franchir le pas et de témoigner de ce que j'ai vécu...Lire la suite

Peur d'aller au lycee suite a des moqueries - le coin des ados

image

Je vous invite a lire mon histoire si vous le souhaitez. Merci pour vos messages. Pourquoi tant d'acharnement envers moi ? Suis je si différent ? Je ne sais pas … J'ai décidé d'écrire pour évacuer ces pressions quasi- quotidiennes . Si cela...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages