Histoire vécue Famille - Enfants > Ecole      (7398 témoignages)

Préc.

Suiv.

Histoire de quelques bogues pédagogiques

Témoignage d'internaute trouvé sur france5
Mail  
| 269 lectures | ratingStar_22639_1ratingStar_22639_2ratingStar_22639_3ratingStar_22639_4

Le message original de Veroh0 est sur le fil consacré à Guy Môquet.

http://forums.france5.fr/ripostes/[… ]2.htm#t785.

 

 

                     Histoire de quelques bogues pédagogiques.

                                        Les leçons à en tirer.

 

Veroh0, je suis d'accord avec vous sur toute la ligne sauf … la critique de mai 68 que j'ai vécu (en province) comme un grand bol d'air dans une société coincée, et un grand dépoussiérage d'une institution scolaire momifiée.

 

Je n'en nie pas les excès ni les erreurs. Les "cobayes", comme vous dites, posent un problème indéniable, mais qui ne me paraît pas sans solution.

 

Il est à l'honneur de l'éducation nationale d'avoir toujours été attentive à l'apport des sciences, y compris les sciences cognitives et à l'évolution des besoins de la société française, et de tenter de se mettre à jour périodiquement. Mais …

 

La méthode globale d'apprentissage de la lecture est née du constat que la méthode en usage apprenait bien à lire, mais ne donnait pas, même au contraire, l'envie de lire, l'amour du livre au sens où l'entend A. Finkielkraut et que je partage avec lui.

 

Dans un premier temps les résultats de la méthode globale ont été désastreux, parce que les enseignants ignoraient l'importance du décodage alphabétique, fondement de la méthode syllabique et surtout de l'écriture.  

 

Vous avez été victime des premières années de l'enseignement des langues par l'audio-visuel. J'ai quelques années de plus que vous … Moi, j'ai été victime toute ma scolarité des méthodes d'apprentissage des langues dites vivantes sur le modèle des langues mortes. Uniquement du vocabulaire et de la grammaire. Le consensus était que l' "oral" s'apprenait dans le pays étranger, et n'était pas du ressort de l'institution scolaire.

 

L'introduction de l'audio-visuel a marqué le début d'un long processus pas encore achevé pour tenter enfin de faire des langues ce qu'elles sont avant tout : un moyen de communication, prioritairement basé sur la compréhension de l'oral, préalable à l'expression orale, sans oublier bien sûr la compréhension de l'écrit. Avec pour objectif d'arriver à se débrouiller quand on débarque dans le pays étranger.

 

Avec les débuts des méthodes audio-visuelles, vous avez été victime du retard très excessif du recours à l'écrit, comme vous le mentionnez. Autant un certain décalage peut se justifier en primaire, ce fut une erreur au collège, qui a été corrigée par la suite. Une autre erreur monumentale a été d'associer en sixième les symboles phonétiques, pour aider à mémoriser la prononciation des mots, à leur graphie normale : les petits élèves ne faisaient pas la différence. L'erreur suivante a donc été de supprimer complètement les symboles phonétiques dans l'enseignement des langues … alors que ce sont des outils irremplaçables pour les langues non phonétiques, comme l'anglais, langue réputée pour ses bizarreries orthographiques sans lien avec la prononciation des mots.  

 

L'introduction des maths modernes en 6ème basées sur la théorie des ensembles a été un autre fiasco. L'idée était de donner très tôt un mode de raisonnement scientifique aux élèves, pour développer non sans besoin les études scientifiques en France.

 

S'il est nécessaire de familiariser très tôt les élèves avec l'abstraction, on a peut-être surestimé la capacité d'un cerveau de 11 ou 12 ans à suivre tout un apprentissage basé sur la manipulation de concepts. Peut-être aussi et surtout les enseignants concernés, qui n'avaient jamais pour la plupart entendu parler de ces nouvelles mathématiques lors de leurs études, n'ont pas pu être de bons "passeurs".

 

Par contre, et ce sera mon dernier exemple, il a été une erreur de simplifier excessivement les programmes de 6ème pour lutter contre l'échec scolaire, car on a découvert par la suite (grâce aux sciences cognitives) qu'une certaine complexité adaptée à l'âge permettait de mobiliser beaucoup plus des ressources du cerveau. Ce qu'il aurait fallu faire, c'est garder la complexité, mais accepter dans un premier temps une certaine approximation dans les travaux des élèves, quand l'essentiel semblait être compris (cette sacrée manie française de comptabiliser les fautes et les lacunes, au lieu  de valoriser les savoirs et les compétences avérés.).

 

Des générations d'élèves ont effectivement, par la force des choses, servi de cobayes involontaires à des enseignants déstabilisés par des réformes mal ou insuffisamment expliquées sans que la formation préparatoire des enseignants soient à la hauteur des enjeux. Est-il pourtant anormal pour l'institution scolaire de chercher constamment à améliorer ses méthodes et ses programmes ? Certes non.

 

Je ressens l'éducation nationale, ma mère nourricière, comme autoritaire, généreuse, et castratrice… Je la vois aussi depuis quelques années se rapprocher du terrain, devenir plus … pédagogue … avec les enseignants, plus ouverte au dialogue, non sans besoin !  

 

Il est vrai que sa structure rigide, fortement hiérarchisée, ne permet pas facilement aux observations des enseignants dans leurs classes de remonter jusqu'aux bureaux calfeutrés du ministère.

 

Les exemples de "bogues pédagogiques" ci-dessus datent de plusieurs décennies. Les responsables ministériels sont devenus beaucoup plus prudents, la mise en place des réformes  se faisant de façon beaucoup plus progressive, elles sont surtout mieux expliquées, même s'il faut déplorer la diminution constante et scandaleuse des budgets consacrés à la formation continue des enseignants.

 

Les solutions pour que l'institution reste dynamique sans qu'une génération d'élèves en fasse les frais, j'en vois 4 :

 

1.

La formation initiale des enseignants en IUFM et ailleurs doit leur donner les moyens d'une attitude critique envers leurs propres pratiques, envers les manuels scolaires en usage, et les méthodes pédagogiques préconisées. C'est cette capacité à l'analyse critique qui leur donnera le droit à l'autonomie pédagogique, bien préférable au formatage qui fait d'eux les reproducteurs stériles des modèles du moment. L'enseignant doit être imaginatif et créatif toute sa vie …

2.

Les stuctures de l'établissement scolaire doivent permettre la prise en charge régulière des élèves en difficulté. On commence, enfin, à en parler.

3.

L'institution scolaire doit couper ses liens incestueux avec l'industrie du manuel scolaire. Pas facile quand on sait que les auteurs des manuels sont souvent des pontes du système. Mais il n'est pas normal  que les éditeurs s'opposent à des réformes ou les retardent parce que leur dernier manuel n'est pas encore "rentabilisé" ou le prochain pas encore rédigé…

4.

L'Union européenne a développé le concept des LLL   (Life- long learning : Apprendre tout au long de la vie).

Ce concept doit être étendu aux enseignants désireux de se re-former périodiquement dans un monde où les savoirs et les mentalités, les besoins et les aptitudes intellectuelles sont en constante évolution. L'Éducation nationale, prompte à reprendre le concept du LLL à son compte pour l'appliquer aux élèves, "auditeurs", apprenants et autres citoyens de ce pays, se montre fort avare quand il s'agit de ses propres enseignants !

                       _____________________

PS.

Veroh, vous avez mentionné, à coté des écoles Freinet, les écoles Montessori. Vous avez raison. Les analyses de Meirieu sont dans le droit fil de ces grands précurseurs.
  Lire la suite de la discussion sur france5.fr


22639
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Rentree au cp problematique - enfants precoces, enfants surdoues

image

Coucou Malmignatte, J'espère que tu vas bien, j'imagine que tu as encore quelques soucis si tu reviens dans ces lieux. Moi aussi j'ai du mal à travailler, je vais essayer de contribuer occasionnellement. En fait, de bons psy chiatre s'existent,...Lire la suite

Ancien souffre douleurs - timidite, confiance en soi, complexes

image

Bonsoir tout le monde ! Je fait ressortir un topic vieux de 3 ans maintenant, mais suite à l'émission Toute une Histoire, diffusée le 17/01, consacrée aux souffre-douleur, j'ai décidé de franchir le pas et de témoigner de ce que j'ai vécu...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages