Histoire vécue Famille - Enfants > Ecole      (7398 témoignages)

Préc.

Suiv.

Le privé ou le public pour une rentrée en maternelle

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 349 lectures | ratingStar_24969_1ratingStar_24969_2ratingStar_24969_3ratingStar_24969_4

Qui a entendu parler des "listes complémentaires" ?

Moi…

A la suite d'un reportage (magazine TV "90 mn") sur le sujet, j'ai passé un certain temps, pour ne pas dire un temps certain, à chercher des infos sur le sujet (j'suis journaliste, j'ai l'habitude de farfouiller… !). Et le reportage… disait vrai.

Qu'est-ce que les listes complémentaires de l'EN ? Elles sont composées de gens qui n'ont pas obtenu leur diplôme d'instituteur/trices (il faut avoir eu moins de 4 sur 20…) et de fonctionnaires (douanes, France Télécom etc.) qui veulent changer de boulot, et demandent à passer dans l'enseignement. Ils deviennent alors instituteurs, au pied levé, sans aucune formation (ah si, 3 jours… !). Et tout ce petit monde se retrouve affecté dans des classes de primaire, à raison d'un tiers des effectifs à l'échelle nationale (vous lisez bien, un tiers ! ).

Et ceci, dans le public uniquement. Consigne aux directeurs d'établissement : une "discrétion" la plus totale sur le sujet, pour ne pas "stigmatiser" l'enseignant, et déclencher une levée de bouclier. Ces pratiques de l'EN ont démarré il y a quelques années, pour désengorger le secteur public hors ENet réaffecter des fonctionnaires à l'EN. Moi je trouve ça démentiel. Etre instituteur ne s'improvise pas, me semble-t-il. Il ne suffit pas "d'aimer les enfants", ou d'en avoir soi-même, pour enseigner ! Cela m'a beaucoup choquée, et de fait, j'ai choisi d'inscrire mon enfant dans le privé. D'autres raisons ont motivé mon choix : pas de grèves (je sais, c'est un mot qui fâche, mais c'est aussi une réalité) , un absentéisme beaucoup plus faible, une étude après l'école véritablement digne de ce nom, un enseignement de la lecture aussi éloigné que possible de la fameuse méthode globale/semi-globale, qui n'a pas cessé de faire des ravages depuis au moins deux décennies, et que des instituteurs du public, d'après les témoignages d'amis, continuent à utiliser, et ce malgré les consignes récentes données par le ministre à ce sujet. Certes, le ministre a recommandé de cesser d'utiliser ces méthodes de lecture, mais dans la pratique, pas mal d'instituteurs/trices font exactement comme ils l'entendent…

Autres raisons de mon choix du privé : j'ai choisi une école sur sa réputation, excellente, sur le fait que ce n'est pas une école pour "gosses de riches" (la scolarité est de 40 euros par mois pour les familles les plus modestes, et les autres choisissent eux-mêmes leur tarif sans avoir de justification à donner ! ) , très ouverte socialement et culturellement, dans laquelle l'enseignement catholique est facultatif, où des enfants d'origine juive, musulmane, japonaise sont également scolarisés, une école où le climat est très positif, où le respect, le travail, l'effort se conjuguent avec aide, dialogue, écoute et bonne humeur. Les gosses cavalent dans les couloirs joyeusement (ce n'est pas l'armée… !) , les classes sont impeccables, avec ordinateurs et bibliothèque incroyable, une cours grande comme un terrain de foot avec pelouse, arbres, terrain de basket et "square" spécifiquement adapté aux plus petits, un cuisinier à temps plein qui fait de la vraie cuisine pour tout le monde, avec des produits frais livrés chaque jour. Bref, le bonheur (je paye exactement 20 euros de plus par mois pour la cantine que dans le public).

Dans cette école, l'ouverture et le dialogue sont de rigueur. Les parents en difficultés, que ce soit matériel ou pas, ne sont pas laissés sur le carreau, bien au contraire. Exemple parmi d'autres : il y a quelques années, une maman de trois enfants scolarisés là-bas s'est retrouvée veuve brutalement. L'école s'est portée garante pour son appartement, a créé un poste administratif pour qu'elle ait un job, et a scolarisé les enfants gratuitement, cantine et garderie comprises. Qui dit mieux ? Où est-ce possible de nos jours ?!

C'est vrai, je pense vraiment, malgré tout cela, qu'il y a des écoles privées qui ne sont pas bonnes, et des écoles publics qui le sont. Mais avec une école privée de cette qualité (il faut prêter l'oreille, la réputation d'un établissement repose sur la réalité, j'en suis certaine) , je n'ai pas hésité. Je pense que les conditions les meilleures sont réunies pour un bon parcours scolaire. J'élève seule mon enfant, et je sais que l'école est là, solidement encrée, pour me soutenir. Là il y a des règles claires et respectées, un niveau réputé qui tire les enfants vers le haut et pas vers le bas, une cohérence, une atmosphère dans laquelle à l'évidence les enfants se plaisent beaucoup. Une de mes amies a un enfant de 7 ans scolarisé dans une "bonne" école publique de Puteau. Et c'est une catastrophe. Le gamin est dégoûté, ne veut plus mettre un pied à l'école, est déjà dans les affres de l'échec scolaire (redoublement du CP, apprentissage de la lecture à refaire totalement, etc). La dernière fois que nous en avons discuté, son gamin s'était retrouvé la tête dans la cuvette des toilettes, puis les doigts coincés dans la porte des mêmes toilettes "grâce" à des petits camarades de sa classe. Il parait que c'est monnaie courante. Réponse de l'instit à la mère qui s'était émue de cet épisode : "ben on peut rien y faire"… Une autre fois, arrivée en retard de 7 mn après la fin de la garderie du soir, elle a retrouvé son gamin assis sur les marches devant la porte fermée, tout seul. Impensable dans l'école de mon fils, je peux vous l'assurer.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


24969
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Rentree au cp problematique - enfants precoces, enfants surdoues

image

Coucou Malmignatte, J'espère que tu vas bien, j'imagine que tu as encore quelques soucis si tu reviens dans ces lieux. Moi aussi j'ai du mal à travailler, je vais essayer de contribuer occasionnellement. En fait, de bons psy chiatre s'existent,...Lire la suite

Ancien souffre douleurs - timidite, confiance en soi, complexes

image

Bonsoir tout le monde ! Je fait ressortir un topic vieux de 3 ans maintenant, mais suite à l'émission Toute une Histoire, diffusée le 17/01, consacrée aux souffre-douleur, j'ai décidé de franchir le pas et de témoigner de ce que j'ai vécu...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages