Histoire vécue Famille - Enfants > Ecole > Primaire      (1198 témoignages)

Préc.

Suiv.

Décision difficile à prendre

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 1444 lectures | ratingStar_103877_1ratingStar_103877_2ratingStar_103877_3ratingStar_103877_4

La neuropsychologue nous a rendu les résultats du bilan lors d'un entretien d'1h environ pendant lequel elle nous l'a décrit et expliqué.

Ci-dessous la conclusion du bilan :

1. Un niveau supérieur de raisonnement verbal : solides capacités dabstraction, de conceptualisation, d… au lexique et au sens précis des mots. On relève toutefois un scrore moindre concernant les capacités d'argumentation et de flexibilité mentale (explication des règles de la société) qui minore l'échelle verbale et qui semble en partie être en lien avec l'inhibition d'I. Dès lors que sa réponse lui paraît peu satisfaisante (niveau d'exigence élevé envers lui-même qui peut le freiner).

Dans ce contexte le diagnostic de précocité intellectuelle peut être rigoreusement retenu, compte tenu du très bon niveau verbal d'I. Et de cette minoration du score expliquée par l'attitude d'I. (également fréquemment rencontrée dans le contexte des enfants surdoués).

Il existe par ailleurs une grande hétérogénéité du profil avec des écarts significatifs inter-échelles.

Ainsi l'écart de 43 points entre les deux scores pricipaux (compréhension verbale et raisonnement perceptif) aux dépens de ce dernier est compatible avec iun trouble spécifique d'apprentissage prédominant sur les processus non-verbaux.

On retrouve ainsi :

- des limitations patentes concernant les activités paxiques (très probable dyspraxie visuo-constructive). I. Peut alors apparaitre "démuni" face à l'échec relatif et peu autonome pour le moment pour mettre en place des stratégies de compensation.

- des difficultés patentes de raisonnement conceptuel à partir d'un support imagé complexe visuellement (qui nécessite synthèse et filtrage d'informations parasites). I. Peut alors adopter un raisonnement parfois "décalé" ce qui contraste avec l'excéllence de son niveau de raisonnement catégoriel sur entrée verbale (attraction vers les distracteurs de la scène, défaut de filtrage des informations parasites).

- des limitations attentionnelles concernant les capacités de mémoire de travail (composante attentionnelle de la mémoire) rendant délicat le stockage et simultanément le traitement des données en mémoire (limitation pouvant affaiblir la qualité du raisonnement mathématiques).

- une lenteur exécutive importante qui contraste avec la rapidité idéatoire d'I. I. Apparait très gêné dans les épreuves grapho-motrices, il privilégie l'exactitude à la vitesse (il ne commet aucune erreur) , mais ne parvient pas à automatise les porcédures de traitement.

Dans ce contexte, nous suggérons la mise en place d'un suivi rééducatif :

- En psychomotricité : étayage des capacités de vitesse de traitement par jeux informatisés et chronométrés, rééducation des difficultés praxiques, jeux de construction et de planfication (fonction exécutives) , travail des capacités attentionnelles (mémoire de travail) , des capacités visuo-motrices (épreuves de barrage…) et renforcement du raisonnement logique spatial (aide à l'analyse des informations visuelles pertinentes censées guider le raisonnement).

- En psychothérapie : suivi régulier pour permettre à I. De mieux comprendre son fonctionnement intellectuel et émotionnel (hypersensibilité, inhibition face à l'échec et niveau d'exigence élevé : ne se donne pas droit à l'erreur). Attitudes parfois puériles et régressives. Sentiment de différence par rapport à ses paires. Prévenir la démotivation scolaire face à un enfant qui actuellement maitrise la lecture et semble s'ennuyer en classe double CP/CE1.

Sur le plan pédagogique enfin, il apparait pertinent dès à présent de penser à ce que I. Puisse au cours de sa scolarité bénéficier d'un tiers temps aux examens tout du moins pour les épreuves écrites afin d'être évalué conformément à son "véritable" niveau de compétences. Il devrait également pouvoir bénéficier de supports de cours (photocopies…) en raison de sa lenteur exécutive et de supports de cours "aérés" (format A3 par exemple) pour l'aider à cibler les données pertinentes à partir d'un matériel complexe visuellement.

Niveau chiffres :

Notes standards :

Compréhension verbale : similitude = 15 ; vocabulaire = 15 ; compréhension = 12.

Raisonnement perceptif : cubes = 9 ; idenification de concept = 10 ; matrices = 9 ; complément d'images = 16.

Mémoire de travail : mémoire des chiffres = 12 ; arithmétique = 11.

Vitesse de traitement : codes = 5 ; symbole = 8.

Notes composites :

Indice Compréhension verbale : 124.

Indice Raisonnement perceptif : 94.

Indice Mémoire de travail : 109.

Indice Vitesse de traitement : 81.

QIT non calculé au regard de l'écart des différents scores.

Donc nous voilà rassuré d'avoir des réponses ; je n'ai pas de point de comparaison mais ce bilan me parait bien complet et argumenté, ceci n'est que la conclusion, elle nous a aussi décrit point/point le déroulement des tests tels qu'ils se sont déroulés pour I.

Nous nous renseignons actuellement pour la rééducation qe nous devons mettre en place pour I.

Je me pose encore quelques questions : elle évoque une dyspaxie visuo-constructive ; j'ai souvent lu sur le forum que seul un neuropsychiatre peut poser le diagnostic. Dois-je prendre rendez-vous avec ce dernier ?

Y a t-il plusieurs niveau ou degré de dyspaxie visuo-constructive ? Car comme je l'ai dis à la psy, il ne me semble pas qu'elle parle de mon enfant, qui écrit étonnemment bien, qui dessine très très bien depuis petit surtout avec modèle…

Je ne remets absolument pas en cause le diagnostic, au contraire celà a révélé un problème que nous n'aurions pas décelé sans le bilan.

Est- ce que la rééducation psychomotrice est efficace ; y a t il toujours des résultats probents ou celà dépend t il des enfants ?

Ses difficultés de vitesse de traitement (avec son score particulièrement bas 81) ne lui poseront-elles pas trop de difficultés scolaires ? Pourront-elles être corrigées ?

Pensez-vous que la psychothérapie soit indipensable ?

Que pensez-vous du bilan de mon fils en général par rapport à votre expérience ?

En dehors de la mise en place du suivi rééducatif que pouvons-nous faire ou mettre en place en tant que parents ?
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


103877
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Rentree au cp problematique - enfants precoces, enfants surdoues

image

Coucou Malmignatte, J'espère que tu vas bien, j'imagine que tu as encore quelques soucis si tu reviens dans ces lieux. Moi aussi j'ai du mal à travailler, je vais essayer de contribuer occasionnellement. En fait, de bons psy chiatre s'existent,...Lire la suite

Devrais-je consulter? - psychologie et comportement

image

Je ne sais pas trop par ou commencer mon histoire, alors je vais débuter avec la base, soit, mon parcours ! Dès mon tout jeune âge, j'ai été victime d'intimidation et de harcèlement à cause de mon look vestimentaire "coincé" et de ma grande...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages