Histoire vécue Famille - Enfants > Ecole > Primaire      (1198 témoignages)

Préc.

Suiv.

La langue française est injuste avec les dyslexiques

Témoignage d'internaute trouvé sur france5
Mail  
| 426 lectures | ratingStar_54707_1ratingStar_54707_2ratingStar_54707_3ratingStar_54707_4

Bonjour,

Et merci pour vos réponses.

En fait, maintenant que les difficultés sont diagnostiquées, ma fille (7 ans, CE1) suit des séances chez l'orthophoniste. Cela ne résout pas le problème de l'école où nous sommes confrontés à des difficultés et interrogations :

- l'institutrice étant absente, elle a été remplacée. L'information sur la dyslexie n'a pas été transmise !

- l'enseignant est-il simplement formé pour gérer l'apprentissage d'un enfant dyslexique ? Saura t'il mettre temporairement l'écrit de côté pour se focaliser sur des consignes orales ?

- A quoi cela sert-il de fatiguer ma fille sur des exercices écrits qui ne sont pas, pour le moment, adaptés ? N'aurait elle pas mieux à faire sur d'autres matières ?

Rendez-vous est pris avec la nouvelle institutrice. Mais je l'imagine mal, le cas échéant, admettre une incompétence (compréhensible, au demeurant) sur le cas qui nous occupe !

Personnellement, j'aurais tendance à attendre de l'école la mise en place d'un protocole d'apprentissage sur l'année où ma fille travaillerait ce qu'il est utile de travailler. L'orthophoniste, installée en libéral, nous a déjà indiqué qu'il est difficile pour elle d'intervenir auprès de l'enseignant (car elle est extérieure à l'école).

Je vois malheureusement venir le choix qui s'est imposé à d'autres parents : l'inscription dans une école privée disposée à prendre en charge ma fille. Je n'ai absolument rien contre les écoles privées, mais il est dommage que l'école publique n'offre pas la même diversité de méthodologies. Je pense aussi à toutes les familles qui n'auront pas eu, pour des motifs socio-culturels, la possibilité de se poser toutes ces questions et dont les enfants, non diagnostiqués, en échec scolaire, reproduiront inéluctablement le même schéma social que leurs parents. La suppression annoncée des RASED n'est pas là pour nous rassurer quant au renoncement définitif de l'école publique sur le terrain de l'émancipation sociale.

Pour en revenir à ma fille, changer d'école impliquerait de quitter les copains et abandonner la langue bretonne (qu'elle pratique à parité horaire et qu'elle aime). Cela est tout de même un peu dur.

Profitons en pour rappeler que la langue française est terriblement "injuste" envers les personnes dyslexiques à cause du décalage entre prononciation et écriture. Heureux les italiens !

Ekrivain.
  Lire la suite de la discussion sur france5.fr


54707
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Rentree au cp problematique - enfants precoces, enfants surdoues

image

Coucou Malmignatte, J'espère que tu vas bien, j'imagine que tu as encore quelques soucis si tu reviens dans ces lieux. Moi aussi j'ai du mal à travailler, je vais essayer de contribuer occasionnellement. En fait, de bons psy chiatre s'existent,...Lire la suite

Devrais-je consulter? - psychologie et comportement

image

Je ne sais pas trop par ou commencer mon histoire, alors je vais débuter avec la base, soit, mon parcours ! Dès mon tout jeune âge, j'ai été victime d'intimidation et de harcèlement à cause de mon look vestimentaire "coincé" et de ma grande...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages