Histoire vécue Famille - Enfants > Education > Autorité      (1550 témoignages)

Préc.

Suiv.

Les émeutes à Clichy-Sous-Bois

Témoignage d'internaute trouvé sur france5
Mail  
| 356 lectures | ratingStar_74353_1ratingStar_74353_2ratingStar_74353_3ratingStar_74353_4

Je pense que ce sont les insultes et l'irrespect qui sont interdits avant tout, moi aussi je me suis fait sensuré, et c'est très bien.

 

J'ai les meilleurs espoirs quant à ce que tout cela peut provoquer. Les gens découvrent dans leur chaire que leurs écoles avaient de la valeur, les centres de commerce, les matériels et véhicules du réseau électrique… Les gens ressentent à quel point cela leur fait du mal, les raisons en sortent consciement cette fois-ci. Se disputer, c'est aussi mettre en jeu et éprouver les sentiments, envers les autres, sur la vie, sur ce que l'on possède, se confronter au retour que l'on nous fait, c'est aussi se mettre à nu, à fleur de peau, et se rendre compte de ce qui nous habille et pourquoi cela nous protège.

 

Un dialogue entre les acteurs de la société a été induit, on cherche à comprendre. On arrive à décrire pourquoi les enfants ont le pouvoir dans la famille, par leur maîtrise, certe relative, du langage, de la correspondance administrative, qui leur donne autorité sur des parents ne maîtisant pas la culture dans laquelle ils sont plongés, ne sachant plus vraiment dicerner ce qui serait de la normalité ou pas, se laissant dominé par l'effet de masse de cette jeunesse qui dit de toute façon ne pas avoir accés à la profesionalité, au monde du travail, au moins quand ils recherchent un stage.

 

La haine s'expulse, elle prend la forme d'incendies, dérape sur les biens d'autruit, les pousse à réfléchir sur l'état des choses, sur le pourquoi, pousse encore à réfléchir, provoque le sentiment de possession, de perte, d'attachement, de construction, de regret.

 

Cela mobilise bien des choses, cela réveil l'entendement, le sentiment que l'on construit, que l'on met en commun et que l'on doit savoir pourquoi et non pas attendre, que l'on est responsable de toute les bonnes marches en dehors de notre métier, dans notre vie de parent, de voisin, de responsable associatif, de bénévol autoproclamé du dialogue et du jeu de jardin, de bon viavant, d'artiste, de passionné, d'adulte, de bienveillant, de locomotive.

 

Mais ce qui me ferait peure et que je n'accepterais pas, c'est que cela permette de policer l'Etat, de mettre en place le tout sécuritaire, de nous aliéner par la surveillance, cette surveillance mise en place par Nicolas Sarkozy, autant que par les complexes industriels de Georges Bush qui rendent à mon avis le monde artificiel et peu joyeux.

 

Du bon, du mauvais, mais il ne faut pas nous laisser prendre au jeu de la répression qui peut vraiment nous emprisonner.
  Lire la suite de la discussion sur france5.fr


74353
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Un peut perdu ne sais plus quoi en penser cela m'empeche de m'epanouir - pedophilie

image

Salut pepsinacoca ! Ecoute je vais faire vite parce que je n'étais pas du tout venu sur ce forum pour cela à la base, ton sujet a simplement attiré mon attention. J'ai juste quelques conseils rapides à te donner. Je précise que je ne suis...Lire la suite

Texte en anglais sur les garcons, les parents et la societe...

image

Personnellement, je trouve que ça ne s'arrange pas ces temps ci à ce niveau là, surtout dans les transports, je ne fais pas parti de celles qui s'écrasent et je ne suis donc pas plus intimidée que ça, mais ça commence à être plus que...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages