Histoire vécue Famille - Enfants > Education > Autorité      (1550 témoignages)

Préc.

Suiv.

Méchanceté de la part de ma grand-mère

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo 20 ans
Mail  
| 479 lectures | ratingStar_145462_1ratingStar_145462_2ratingStar_145462_3ratingStar_145462_4

Ma grand-mère maternelle n'est pas au meilleur de sa forme depuis quelques temps. Elle se laisse de plus en plus aller (ne se lève plus, ne fait plus seule sa toilette, est incontinente, reste toute la journée au fond de son lit) , et n'a plus envie de se battre. Tout ce qu'elle souhaite (d'ailleurs elle le dit elle-même) c'est rejoindre mon grand-père ; décédé il y a 13 ans déjà.

Je pense beaucoup, non sans chagrin, à elle. Même si elle n'a pas toujours été gentille avec moi, malgré tout c'est ma grand-mère.

D'un côté je suis triste de son état, mais de l'autre de douloureux souvenirs reviennent à la surface.

Ce que j'écris là n'est nullement dans le but de la juger, bien au contraire : c'est avant tout une manière d'exorciser tout ce que j'ai pu vivre.

**Avant toute chose, j'aimerais que vous sachiez que mon grand-père n'a jamais eu de comportements injustes, ni envers mon frère jumeau, ni envers moi.

Durant de nombreuses années, ma grand-mère se montrait souvent odieuse envers moi.

Petite déjà c'était le cas, et cela l'était encore il y a quelques années ; ce jusqu'à notre altercation survenue en juin 2006.

C'est une femme qui a toujours eu besoin d'une tête de turc.

Nos rapports se sont beaucoup améliorés. Mais avant notre altercation du 5 juin 2006, lorsque ce n'était pas moi ou mon frère jumeau, elle désignait un autre bouc émissaire.

Malheureusement, c'était souvent moi qu'elle prenait en grippe.

Pourquoi ? Alors ça, si je le savais… !!

-Je pense que ma grand-mère a toujours eu deux facettes avec moi : elle avait un côté gentil où elle me disait que j'étais devenue quelqu'un de bien, que j'avais changé, qu'elle était fière de ce que je faisais (alors que pour elle, je n'étais moins que rien étant petite !! ) , me demandait comment j'allais ; etc.

Mais d'un autre côté, elle se montrait souvent méchante ; ce la plupart du temps lors de réunions de famille (soit devant des témoins) , mais jamais lorsque j'étais seule avec elle.

Heureusement que ma famille prenait à chaque fois ma défense.

Mais ces moments de méchanceté de la part de ma grand-mère me faisaient énormément souffrir, et surtout ravivaient en moi bien de douloureux souvenirs. Je ne comprenais pas ce que je faisais de mal !!

Aujourd'hui, j'ai toujours cette blessure en moi que je ne puis apaiser. Il en est de même pour mon frère jumeau.

En dépit de tout ce qu'elle a pu me faire subir, j'ai toujours eu beaucoup d'affection pour ma grand-mère.

J'ai toujours tout fait pour que cela se passe bien entre elle et moi, arrondissant le plus possible les angles afin de ne pas générer de conflits.

Elle faisait sans cesse une différence entre les autres et moi.

Par exemple : lors de repas de famille, elle me surveillait pour que je ne boive pas plus d'un verre, comme si j'avais 15 ans ; alors que les autres pouvaient faire ce qu'ils voulaient !!

Dès que nous avions un repas de famille, ma grand-mère était constamment sur mon dos.

Certes, cela n'avait rien à voir à quand j'étais petite, mais tout de même… dès qu'il y avait du monde c'était : "G ; lève-toi et cède ta place à untel !!! ".

C'était toujours "G par-ci ! "; "G par-là ! " et à force ça devenait agaçant !!

Zut ! Les gens étaient assez grands pour s'asseoir tout seul ; non ? Ils n'avaient pas besoin d'un porte-parole pour me virer de ma place !!!

De plus, elle n'agissait comme ça qu'avec moi.

Encore si ça avait été des gens d'un certain âge, bien évidemment que j'aurais trouvé normal de leur céder ma place.

Mais non, même pas !!! Il s'agissait là de personnes de mon âge, ou alors à peine plus âgées !!

Bref… !

Les autres (c'est-à-dire mes frères, mes cousins-cousines ; etc.) pouvaient faire ce qu'ils voulaient, pouvaient boire autant qu'ils le souhaitaient sans que ma grand-mère ne leur dise quoi que ce soit.

Alors que moi, dès que je prenais une bière, un verre de vin elle me faisait des réflexions !!

-Afin de résumer un peu, voici un bref retour en arrière : lorsque j'étais petite, mes grands-parents vivaient en B*******. A l'âge de 16 ans, ils revinrent en A*****: leur "terre" d'origine.

Puis, en 2000 ma grand-mère (déjà veuve à ce moment-là) fit construire une maison dans le Sud.

Fin 2004, elle vendit sa demeure dans le Sud et acheta la maison voisine de mes parents ; le propriétaire (retraité de longue date et veuf depuis peu) venait de décéder et ma grand-mère voulait se rapprocher de ma mère.

Donc, depuis 5 ans, ma grand-mère vit juste à côté de mes parents ; ce qui fait que je la vois souvent.

Étant petite et lorsque mes grands-parents vivaient en B*******, nous passions tous les ans 2 mois l'été chez eux + certaines petites vacances scolaires. J'adorais me rendre dans cette région, ainsi que de voir mes grands-parents !!

Au début, cela se passait bien. Mais moins de 2 semaines après notre arrivée, mon frère jumeau et moi étions les têtes de turc de notre grand-mère.

Elle laissait passer tous les caprices à nos autres frères, à notre soeur et à nos cousins-cousines ; tandis que mon frère jumeau et moi ne cessions de nous faire engueuler comme du poisson pourri. Tout était prétexte à une réflexion, à engueulade, à une humiliation, à une punition !!

Les autres (c'est-à-dire mes 2 autres frères, ma soeur et mes cousins-cousines) avaient le droit de faire ce qu'ils voulaient.

Tandis que mon frère et moi, si nous avions le malheur de ne serait-ce que de lever le petit doigt ou de faire le 10ème de ce que les autres avaient le droit de faire, les reproches et les engueulades pleuvaient.

Quoi que nous fassions, tout était prétexte à nous faire engueuler et à nous faire punir !!

Lorsque je m'amusais dans le jardin, certains coins m'y étaient interdits. De même qu'il fallait que je m'asseye de telle façon et non d'une autre sur le canapé.

Bref, beaucoup d'absurdités de ce style !!

Ma grand-mère faisait elle-même le pain à l'époque. Les autres avaient droit au pain frais et à la brioche pour le petit déjeuner, tandis que mon frère jumeau et moi avions le pain de la veille ; soit du pain moins frais et plus sec (le pain rassis en somme).

Je me souviens d'une fois au petit déjeuner : mon frère et moi primes du pain frais ; notre grand-mère nous reprit le pain des mains afin de nous donner du pain sec à la place.
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


145462
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Un peut perdu ne sais plus quoi en penser cela m'empeche de m'epanouir - pedophilie

image

Salut pepsinacoca ! Ecoute je vais faire vite parce que je n'étais pas du tout venu sur ce forum pour cela à la base, ton sujet a simplement attiré mon attention. J'ai juste quelques conseils rapides à te donner. Je précise que je ne suis...Lire la suite

Texte en anglais sur les garcons, les parents et la societe...

image

Personnellement, je trouve que ça ne s'arrange pas ces temps ci à ce niveau là, surtout dans les transports, je ne fais pas parti de celles qui s'écrasent et je ne suis donc pas plus intimidée que ça, mais ça commence à être plus que...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages