Histoire vécue Famille - Enfants > Education > Autorité      (1550 témoignages)

Préc.

Suiv.

Nous sommes contre la fessée

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 6069 lectures | ratingStar_50391_1ratingStar_50391_2ratingStar_50391_3ratingStar_50391_4

Avec mon mari nous sommes contre la fessée l'ayant reçu petit nous avons décidé d'éduquer nos enfants autrement. Jusqu'à l'été passé, le mot fessée n'évoquait dans la tête de nos trois enfants (deux garçons de 13 et 8 ans  et une fille de 11) que la punition que recevais leur papa et leur maman quand ils étaient petits et qu'ils avaient fait une bêtise. Nous le leur avions expliquer un soir alors que le plus grand nous demandait à quoi servait le tape-tapis qu'il avait vu chez mes parents. Nous leurs avions dit que quand nous étions petits, en cas de grosse bêtise, leurs papy's et leurs mamy's nous baisser notre pantalon et notre culotte et nous donnaient des claques sur les fesses. Et que si la bêtise était vraiment grande il pouvait arriver que papy et mamy utilise cette tapette à la place de leur main pour me donner la fessée (ou à leur tante).

 

Au mois de juillet, notre fille qui n'avait juste pas encore 11 ans, n'a rien trouvé de mieux que de jouer a faire des expériences avec un petit copain de classe. Seulement ces expériences étaient de voir comment brûler les différents éléments qu'ils trouvaient. Ils ont bien éventuellement faillit mettre le feu à la maison. Je suis arrivée in extremis. J'ai renvoyé sont copain chez lui, et ma fille dans sa chambre. J'ai ensuite avertit la maman du petit qui n'était pas surprise. Le soir nous sommes allez voir ma fille avec mon mari et lui avons expliqué les dangers du feu. Autant pour sa santé (vie) que pour la notre et celle de notre maison. Nous avons vraiment passé un long moment avec elle. Elle semblait vraiment avoir bien comprit. Le lendemain son copain est revenu à la maison, je les avait à l'oeil et heureusement, ces deux petites crapules ont recommencer leur "expérience". J'ai a nouveau renvoyé le copain chez lui et ma fille dans sa chambre. J'ai rappeler la maman du copain. Nous avons puni notre fille durant une semaine  

1-  en lui interdisant de voir son copain.

2- après le souper elle devait aller se doucher, se mettre en pyjama et aller seul dans sa chambre (lire ou jouer) au lieu d'aller jouer dehors avec les autres enfants du quartier.

 

Nous avons discuter avec mon mari, ne sachant plus quoi faire et malgrès une grande réticence  j'ai proposé la fessée en cas de récidive. Je me suis dit que cela pouvait être une idée et que peut-être notre fille comprendrait qu'elle avait dépasser les limites. Le seul point que m'a demandé mon mari, c'était que cette fessée se donne dans sa chambre uniquement et sans baisser sa culotte.

 

Malgrès nos mises en garde (on a jouer franc jeu avec elle) deux semaines après elle recommença ses expériences. Ce jour la ma fille reçu la première fessée et c'est moi qui le lui ai donné. Après lui avoir relevé sa robe et a sa grande surprise sans lui descendre sa culotte je lui ai donnée 5 claques. Je lui ai aussi dit ma tristesse de devoir en arriver la.

Quand mon mari est rentré nous avons de nouveau discuter et avons décider d'emmener notre fille chez le pédopsy si elle une nouvelle récidive arriver.

Ce qui ne fut pas long à attendre. Deux jours plus tard mon mari les surpris à nouveau. Une fois qu'il eu renvoyé le petit copain, notre fille nous regarda et nous demanda si on allait de nouveau lui donner la fessée. Elle dit cela avec un petit sourire nargueur. Je me disait une fois de plus que la fessée était vraiment inutile. Mais mon mari n'a pas trouver la scène drôle. Il a soudainement baiser son short, mais aussi sa culotte et lui a donner six claques sur les fesses nues. Ensuite il la envoyée réfléchir dans sa chambre. Cette deuxième fessée la fit pleurer. Est-ce du à la déculottée, personnellement je pense car ses fesses n'étaient que très légèrement rouge (je me souvient qu'après une fessée, je n'oser pas aller à l'école le lendemain si il y avait la gym car tout les copines le voyait et je n'était pas la seul) Je trouve tout de fois surprenant que ce soit cela car nous voyons nos enfants nus dans de nombreuse circonstance (bain douche, piscine, pyjama).

Enfin cette histoire c'est bien terminer car 2 jours après (nous les surveillions toujours quand elle est avec son ami) Nous avons entendu qu'elle disait non a son copain car elle avait reçu la fessée à cause de ça et qu'elle n'avait pas envie d'en recevoir une autre.

 

Je ne suis toujours pas pour donner des fessées, j'espère que ma fille ne nous obligera jamais a recommencer (surtout qu'elle a 11 ans maintenant et qu'elle va gentiment commencer sa puberté).

Je sais qu'elle a parlé de sa fessée avec ses frères. Alors j'espère aussi que le petit ne nous obligera pas non plus a devoir en arriver la.

 
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


50391
b
Moi aussi !
11 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.



Commentaires pour cette histoire  Ajouter un commentaire

Par Harmonie | le 11/11/10 à 16:29

Une fessée déculottée c'est abominable.

Par gilles13 | le 21/04/11 à 11:13

Je pense surtout que ta fille de 11 ans a un problème avec le feu: c'est de cela qu'il faudrait s'entretenir avec un psy, bien plus que des fessées.
Ceci dit, je suis, moi aussi, adversaire des punitions humiliantes. A la fin des années 60, alors que j'avais déjà 13-14 ans, je recevais encore sur les fesses nues pour des bêtises de gamin, qu'on aurait pu très bien sanctionner de façon moins humiliante. Aujourd'hui encore, j'éprouve révolte et dégoût pour toute forme d'humiliation. Le pire souvenir, c'est quand à 14 ans, pour impolitesse vis-à-vis de la voisine et de sa fille, ma tante m'a fessé devant elles et m'a forcé à leur demander pardon à genoux, avec le slip toujours sur les chevilles. Heureusement, je n'étais pas en avance physiquement et les signes de puberté n'étaient pas encore très visibles, mais je me rappelle l'indescriptible honte qui me ravageait. Je pleurais de rage et de honte, si bien que j'étais incapable de formuler distinctement mes excuses.
C'est ce souvenir douloureux qui m'a conduit à combattre toutes les formes d'humiliation, envers les enfants, les adultes et aussi les personnes âgées

Par douze | le 10/05/11 à 13:01

@Harmonie: je suis également contre le fessée déculottée mais certains parents ne savent plus comment punir leur(s) enfant(s) quand ceux-ci n'obéissent plus et je peux comprendre ça...

Histoires vécues sur le même thème

Un peut perdu ne sais plus quoi en penser cela m'empeche de m'epanouir - pedophilie

image

Salut pepsinacoca ! Ecoute je vais faire vite parce que je n'étais pas du tout venu sur ce forum pour cela à la base, ton sujet a simplement attiré mon attention. J'ai juste quelques conseils rapides à te donner. Je précise que je ne suis...Lire la suite

Texte en anglais sur les garcons, les parents et la societe...

image

Personnellement, je trouve que ça ne s'arrange pas ces temps ci à ce niveau là, surtout dans les transports, je ne fais pas parti de celles qui s'écrasent et je ne suis donc pas plus intimidée que ça, mais ça commence à être plus que...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages