Histoire vécue Famille - Enfants > Education > Autorité      (1550 témoignages)

Préc.

Suiv.

Quote]elles n'ont pas que l'air…

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 23/10/10 | Mis en ligne le 12/07/12
Mail  
| 350 lectures | ratingStar_274632_1ratingStar_274632_2ratingStar_274632_3ratingStar_274632_4
Citation : [quote]Elles n'ont pas que l'air… Mais il est vrai aussi que même avec un air con, elles ont le mérite d'exister, sinon ce serait l'anarchie. Cela dit, mes enfants voient eux-même les punitions non-cohérentes avec la faute comme un abus de pouvoir. L'an passé, enfin… fin d'année scolaire 2010, mon aîné a été révolté d'écoper d'une punition collective d'une semaine entière. Cette punition, c'était pour toute l'indiscipline de l'année entière, en condensé. Un groupe de perturbateur en était à l'origine, mais ceux qui n'y étaient pour rien ont écopé injustement de la punition (les cours avaient été suspendus au profit d'un recopiage de pages des manuels. La punition émanait du bureau de la principale). Les profs ont été informés en même temps que les élèves et le premier jour, ils ne savaient même pas pourquoi ! Certains profs ont demandé des explications et n'étaient pas d'accord du tout, ni sur les moyens, ni sur la durée, pas davantage que sur la méthode (mettre tout le monde dans le même panier, sans distinction). Mon aîné est monté au créneau dès le deuxième jour… il a communiqué avec ses profs, a voulu aller voir la Principale (on lui a répondu que n'étant pas délégué de classe, il n'avait pas à être entendu) et finalement a trouvé une écoute auprès de la Principale adjointe qui a mis de l'ordre là dedans. Le troisième jour, le groupe d'élèves dont les profs étaient sûrs qu'il n'avait pas participé aux perturbations a été écarté de la punition. Une petite dizaine d'élèves. Du coup, la Principale adjointe a proposé à mon fils de participer au conseil de classe car sa maturité et ses explications sur le comportement de ses pairs étaient intéressantes à faire partager au conseil. Au cours de ce conseil, il a permis de récupérer deux de ses camarades qui devaient redoubler. [/quote] Mais oui… Mais la connerie ça nous guette toujours ! Qui est épargné ? C'est un bon exemple. Je suis contre les punitions collectives : c'est le meilleur moyen de déconsidérer la loi aux yeux de ceux qui n'ont rien fait. C'est du gâchis, ça montre aussi parfois sans doute l'impuissance des adultes dans certaines situations qui dégénèrent. Il faut parfois savoir, puisque tu parles d'anarchie, et bien oui c'est parfois l'anarchie, rien de bon quoi, et surtout à la clé le retour du pire, d'un système fort et tout puissant comme en politique . Citation : Ben en même temps, difficile d'avoir des états d'âme si tu as le soutien des parents… Pas sûr du tout qu'ils apprécieraient ma méthode ! Ce n'est pas ça, c'est que quand on a une position d'autorité on ne peut pas non plus tout le temps culpabiliser par rapport aux décisions qu'on prend ! C'est ce que je dis à mes élèves, je n'aime pas trop prendre ma casquette de policier, je préfère "autoriser" mais c'est aussi mon travail de le faire . Citation : Je ne sais pas si l'adulte perdrait tant de temps que ça… Dans ton exemple de la cantine, quand j'étais au collège avec ma Frangine, il y avait un bac d'eau savonneuse avec des lavettes pour nettoyer nous-même nos tables. Celui qui salissait nettoyait… On a eu un cas de boulettes de pain lancées à travers la salle mais les surveillants ne voyaient jamais d'où ça provenait. Ma soeur a eu le malheur d'en recevoir une dans son pot de fromage blanc. Choquée, elle a cherché qui avait ça du regard et le gars s'est trahi parce qu'il était mort de rire de sa connerie. Ni une ni deux, elle s'est levée avec son pot et est allé le retourner sur la table juste devant lui ! Le surveillant est intervenu et devant les explications de ma soeur et des autres attablés, le gars a écopé du nettoyage de SA table plus celle de ma soeur… et toc ! Ce n'est parfois pas simple : si tu mets un élève seul dans la cour il faut quelqu'un pour le surveiller ou tu es en tort, idem à la cantine où le personnel n'est pas censé faire de la surveillance après les repas. Dans beaucoup d'écoles où ça se faisait ça a tendance à lasser les enseignants qui finalement se retrouvent avec du boulot en plus ou des situations à moité légales. J'en ai discuté récemment dans une école d'un quartier difficile. Alors les gens reviennent aux bonnes vieilles méthodes ! Disons que ce n'est pas toujours faisable dans l'instant en plus . Mais tout est à faire intelligemment et au coup par coup ! J'ai une élève qui adore écrire, n'aime pas trop les récréations mais ne fait pas grand chose en classe. Je ne vais pas lui mettre des lignes en récréation, elle en redemandera. Mais même lui faire faire son travail en récréation est problématique puisqu'elle n'est absolument pas gênée de rester en classe ! De toutes façons, la nature humaine est ce qu'elle est, à la longue, élèves et enseignants tendent toujours au moindre effort ! On ne va pas prôner le masochisme professionnel quand même ! Citation : L'harmoniser doit être possible, en effet… mais les enseignants font ce qu'ils veulent au sein même de leur classe, ils ont chacun leur fonctionnement propre. Alors, pourquoi pas faire bouger les mentalités ? Ce serait un premier pas, tu ne penses pas ? Je ne suis pas si optimiste là dessus. J'ai fait pour moi même un travail psy personnel et ça m'a fait énormément avancer au niveau de mon travail et de la relation avec les enfants, dans l'ordre de la compréhension et de l'acceptation : quand on fait la paix avec l'enfant en soi ça se passe bien avec les enfants et le métier est très gratifiant . Mais je le vois bien avec mes collègues, gens tout à fait corrects et que j'apprécie : un adulte qui ne se remet pas un peu en question est condamné à avoir avec les enfants une relation figée et répétitive, il trouvera toujours une position à peu près équilibrée quand même, et la plus part du temps il fera du boulot correct mais avec des points d'achoppement marquant ce qu'il n'a pas réglé. Et j'en ai moi même . Mais je voyais l'autre jour ma collègue dire d'un élève : moi lui, je ne m'en occupe plus, je le laisse tomber. Ça m'a fait mal. Elle est à un "noeud" , va t-elle le dépasser, je ne sais pas. Mais ça ne veut pas dire qu'elle est mauvaise, juste que dans sa relation avec cet élève particulier, pour le moment il y a quelque chose qu'elle ne résoud pas, qu'elle n'a pas les outils en elle pour le résoudre. Mais c'est humain, ça. Est-ce que je peux entrer plus avant dans le sujet avec elle ? C'est difficile… Changer les mentalités ? Mais ça se fait aussi en changeant d'abord SA mentalité !
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


274632
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Un peut perdu ne sais plus quoi en penser cela m'empeche de m'epanouir - pedophilie

image

Salut pepsinacoca ! Ecoute je vais faire vite parce que je n'étais pas du tout venu sur ce forum pour cela à la base, ton sujet a simplement attiré mon attention. J'ai juste quelques conseils rapides à te donner. Je précise que je ne suis...Lire la suite

Texte en anglais sur les garcons, les parents et la societe...

image

Personnellement, je trouve que ça ne s'arrange pas ces temps ci à ce niveau là, surtout dans les transports, je ne fais pas parti de celles qui s'écrasent et je ne suis donc pas plus intimidée que ça, mais ça commence à être plus que...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages