Histoire vécue Famille - Enfants > Education > Autorité      (1550 témoignages)

Préc.

Un peut perdu ne sais plus quoi en penser cela m'empeche de m'epanouir - pedophilie

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo - 11/09/13 | Mis en ligne le 13/06/14
Mail  
| 1037 lectures | ratingStar_531257_1ratingStar_531257_2ratingStar_531257_3ratingStar_531257_4
Salut pepsinacoca ! Ecoute je vais faire vite parce que je n'étais pas du tout venu sur ce forum pour cela à la base, ton sujet a simplement attiré mon attention. J'ai juste quelques conseils rapides à te donner. Je précise que je ne suis absolument pas médecin et ne fait pas partie du corps médical. A vrai dire je suis malade moi-même et tout ce que je peux te proposer ce sont mes propres conclusions. Premièrement, peut-être le seul vrai conseil valable. Pour connaitre le fin mot sur le procès de ton père quand tu étais jeune : Utilise l'hypnose régressive ! C'est un procédé scientifique pratiqué par des professionnels compétents (à condition de bien les choisir…). Il ne fonctionne pas à 100%, certaines personnes ne sont absolument pas réceptive à l'hypnose. Mais comme l'explique Emile Couet, médecin et inventeur de la méthode d'autosuggestion consciente (ou auto-hypnose) , l'hypnose demande un abandon complet et une totale confiance pour fonctionner. Les gens qui ne sont pas réceptifs à l'hypnose (30% environ, il me semble) seraient donc incapables de s'en remettre en toute confiance à quelqu'un d'autre… Tu peux trouver des praticiens sérieux et compétents si tu cherches bien, il t'en coutera entre 50 et 250€ selon la région ou tu te trouves. AVERTISSEMENT : cette méthode n'est pas reconnue car elle a ses défauts. 1) Quand elle fonctionne elle peut entraîner un traumatisme pour la personne qui retrouve sa mémoire. Si on a un inconscient, c'est justement pour mettre de côté ce que l'on ne peut pas gérer. Demande doit sérieusement s'il t'es nécessaire de connaitre la vérité à tout prix. 2) Certains personnes craignent que les sensations et le vécus obtenus par la séance d'hypnose soit issus de l'imagination et non de la mémoire. Par exemple une personne qui ressent le besoin inconscient d'être une victime pourra très bien fantasmer un épisode traumatisant de son passé qu'elle n'a jamais réellement vécu. Dans ton cas, et étant donné les circonstances, je doute fortement que tu ressentes ce besoin de toutes façons… 3) Il y a déjà eu des cas d'abus par les praticiens sur leur patient, n'hésite pas à demander à ce que ta séance soit entièrement filmée ou à être en présence d'un proche, cela ne coûte rien et un praticien de bonne foi n'a pas vraiment de raisons de refuser… C'est donc une méthode à utiliser avec prudence et après mûre réflexion, mais elle a déjà pu donné de très bon résultat par le passé. Ahhhh (soupir) , et dire que je voulais faire vite ! Pour ton père je ne connais pas la vérité et je suis suffisamment blasé de la vie pour savoir que ce genre d'horreur se produit tout les jours, mais mon côté positif me dirait que ton père à peut-être été distant à cause des accusations qui ont pesé sur lui. Si j'étais accusé, même à tort d'attouchement envers mon enfant, je pense que je deviendrai grave parano par rapport à ça. Donc la distance qu'il a mis entre vous ne l'incrimine pas forcément. Que dit ta mère dans tout ça, as tu eu l'occasion d'en parler avec elle ? Un mauvais point c'est le sentiment de paranoia que tu décris. Si il est venu spontanément, il a probablement une origine… Si tu veux vraiment savoir la vérité, et que tu n'es pas trop tenté par l'hypnose tu peux essayer la méthode simple de l'instinct. Un mensonge c'est une barrière posée entre deux personnes. Quand deux personnes communiquent en pleine confiance et sincérité vient la spontanéité. Personnellement, quand je regarde une personne droit dans les yeux, si je pose une question directe, j'ai plein de moyen de déduire si la personne ment ou au moins si elle ne me dit pas tout. La première chose c'est donc la spontanéité dans la réponse. Un moment d'hésitation un peu trop long n'est pas bon signe. Dans un film, il parle même de la direction que prend le regard selon qu'un personne cherche dans ses souvenirs (vérité) ou dans son imagination (mensonge). A prendre avec des pincettes bien sûr c'est du made in Hollywood, mais l'idée est là. Une personne agit différemment quand elle ment. Pour t'en apercevoir il suffit de voir les effets de tes propres mensonges sur toi. Les réactions varient chez les personnes. Il y a une science appelée la morpho-psychologie qui s'occupe de répertorier et analyser tout ce qu'on appelle "la communication non-verbale". Les réactions que j'ai constaté personnellement : Etre sur la défensive : la personne se met à se justifier comme si on l'accusait déjà d'un crime (pour une simple question). Comme si elle voulait absolument chercher à prouver son innocence (aux autres mais aussi à elle-même). L'agressivité, voir la menace : celui-ci est a réservé aux piètres menteurs acculés devant leur mensonge. Cela se traduit en gros par une pirouette de totale mauvaise foi signifiant, on s'en fout que ce soit vrai ou faux mais si t'insistes je te pète la gueule. Celui là est très révélateur selon moi. La contre-accusation : très proche du précédent, le procédé consiste à tenter de faire basculer la culpabilité sur la victime. "Comment tu peux imaginer une chose pareille, tu es un monstre… Tu me traites de voleur, c'est ça ? " Une personne qui n'a rien à se reprocher videra ses poches en ami et se foutra ptet un peu de toi en te traitant de parano un peu plus tard, toujours en ami. Le Déni total : Non, jte jure que j'ai rien fait ! Le soucis c'est que c'est exactement ce que fera une personne innocente. Encore une fois ce sont plus les indices émotionnels qui permettent de voir si la personne est sincère ou si elle ment. Plus elle est nerveuse ou agressive et moins c'est bon signe… Plus jeune, il m'est déjà arrivé de fondre en larme alors que j'étais accusé à tort par un groupe de personne et que je n'avais aucun moyen de prouver ma bonne foi. J'étais innocent et personne ne me croyait, je me souviens du sentiment d'injustice que l'on ressent mais je ne me suis pas montré agressif, j'étais simplement désespéré que l'on ne me croit pas. Je pense qu'il faut être un très bon acteur pour simuler un réel désespoir sans entrer dans le syndrome des "larmes de crocodiles" : Cette autre réaction est plus utilisée par la gente féminine ou les jeunes enfants mais immédiatement détectable notamment par les intonations de voix exagérées et la facilité avec laquelle les pleurs s'évanouissent aussi vite qu'ils sont arrivés… Bref, si ton père, un homme d'un certain âge je suppose se met à fondre en larme tu as de fortes chances de penser qu'il ne fait pas semblant. Le chantage affectif : "Je pensais que tu m'aimais assez pour me faire confiance" "Si tu continues à vouloir parler de ça je te quitte" Sans commentaire, l'amour c'est la confiance mais c'est aussi la communication. Toujours comparé l'attitude d'un potentiel menteur avec celle d'une personne de bonne foi. La diversion, de toutes les sortes : Je suis trop fatigué pour parler de ça, Tu veux pas qu'on bouge là, t'as du feu, 2sec je reviens, Tiens jt'ai dit que je suis allé au ciné hier soir, etc etc… Le facteur clé c'est la peur et le besoin de fuir de l'interlocuteur, physiquement ou verbalement, plus il est fort, plus il est révélateur du mensonge. Je ne ferais pas l'inventaire de toutes les réactions possible mais l'idée c'est que même si la raison n'a aucun moyen de dénouer le vrai du faux, les signaux émotionnels sont là pour confirmer ou infirmer ce que l'on croit. Pour peu qu'on y soit attentif et réceptif. Parfois je me fais encore avoir par de fins menteurs mais après coup je réalise que j'aurais dû m'en apercevoir, quelque chose clochait. Il y a toujours une sensation ou émotion négative, ou même juste un blanc une ambiance pesante qui vient trahir un mensonge. Je suis sûr que tu vois à peu près de quoi je parle… Tu devrais pouvoir te faire une idée si tu te remémores tes discussions avec lui et que tu cherches les indices dont je viens de te parler. Et si c'est trop loin dans ta mémoire, rien ne t'empêche de le prendre à part et de lui en reparler entre 4 yeux. Observe sa réaction spontanée et si c'est plus du côté de la peur que de l'amour tu as du soucis à te faire. Pour finir, cet épisode évoque peut-être pour lui aussi des souvenirs douloureux, en tout cas s'il était bien innocent. C'est possible donc qu'il le prenne mal de toutes façons. Après on est à des kilomètres d'une méthode scientifique et ce n'est pas pour rien si la justice "légale" ne se base pas sur des intuitions pour condamner ou acquitter quelqu'un, et pour quelque chose d'aussi important tu ferais peut-être bien d'en faire autant… Autre chose, on dit : "Personne n'est parfait et Quand on cherche on trouve". Ne t'amuses pas à scanner l'intégralité des personnes autour de toi afin de faire la chasse aux mensonges. Tu risques d'être déçu comme je l'ai été. Tout le monde ment, ou en tout cas tout le monde à quelque chose a caché. Le jeu de la confiance c'est justement de choisir avec prudence et parcimonie les personnes à qui l'accorder. Et dans ce cas, il suffit juste de considérer que si la personne nous cache quelque chose c'est qu'elle a une bonne raison de le faire. Car on a confiance en l'amour sincère que l'autre nous porte… Dernière chose à ce propos tout de même, et cette fois c'est la raison qui parle : Même si cela c'est déjà produit, je vois mal un juge prendre la responsabilité de redonner la garde d'un enfant à un parent en ayant abusé, ou même simplement de l'avoir disculpé, il me semble que la justice se montre aussi prudente qu'impitoyable en ce qui concerne ce genre d'affaire… A moins que ton père soit particulièrement riche et puissant, auquel cas il est fort probable qu'il n'aurait jamais été inquiété de toutes façons… Donc dans le doute, et si tu veux la solution de facilité. Fais confiance aux juges et à la justice qui ont acquitté ton père et tourne la page. Franchement c'est encore ce que tu as de mieux à faire. (Et je dis ça après avoir rédigé une page entière… c'est vraiment n'importe quoi…). En parlant de tourner la page, j'en ai une bonne pour toi. Je te le dis simplement parce qu'apparemment tu t'es déjà posé la question : " Je me suis souvent remis en question dans ma vie… je pensais que j'avais un problème et que j'attirai tout les détraquées sexuelle pourtant je n'étais qu'une enfant … !!!" Ce que je vais te dire relève uniquement de ma croyance personnelle et n'est considéré comme une vérité que par moi-même. C'est ce qu'on appelle un point de vue je crois. Ce que je veux dire c'est que je n'ai aucune preuve a t'apporter par rapport à ce que je vais te dire, ni même par rapport à tout ce que j'ai écrit au dessus, c'est simplement le fruit de mon expérience de vie, de mes réflexions personnelles. Comme dit plus haut, je suis malade, depuis l'âge de 7 ans, j'en ai 28 aujourd'hui. J'ai moi aussi à un moment donné été amené à me poser la question du "Pourquoi ? " Pourquoi moi, pourquoi ça, qu'est ce que j'ai fait pour mériter ça etc… A vrai dire je cherche toujours une réponse valable. Ma conclusion actuelle est la suivante : C'est un mélange de mysticisme/spiritualité et de physique quantique et autres découvertes scientifiques. Personne n'est vraiment coupable, Tout le monde est responsable. Nous choisissons les événements qui se produisent dans notre vie, et ceux que nous pensons ne pas choisir nous les attirons. Je dis personne n'est coupable, car la culpabilité est une illusion, ce n'est qu'un point de vue basé sur un jugement moral. De plus la culpabilité n'aide pas à réparer ses erreurs où même à présenter des excuses, elle ne fait que saper le moral et nous fait revivre nos échecs perpétuellement… La responsabilité quant à elle permet de prendre en main une situation et d'y apporter des solutions. Mais qu'est ce qu'être responsable ? C'est assumer ses choix, tout ses choix, même ceux que l'on voudrait ne jamais avoir fait. La vérité c'est que nous choisissons tous, tout le temps. Seulement nous ignorons que nous choisissons aussi bien les bonnes que les mauvaises choses. Une partie de l'être humain aspire au bonheur et au bien être, et une autre partie cherche à détruire ce que la première construit. Une partie de nous fait les bon choix, une autre partie fait les mauvais. C'est peu être un concept étrange exprimé de façon aussi direct, mais la dualité est un concept maintes fois exploré, et qui ne date pas d'hier ! En physique, il y a l'attraction et la répulsion, la lumière et l'ombre. Pour moi ce ne sont que d'autres façon de désigner les deux forces primaires qui donnent le mouvement à l'univers c'est à dire la peur et l'amour. Si tu compares attraction = amour / répulsion = peur, tu peux facilement constater que les similitudes dans la façon de se manifester. D'un côté sur le plan physique et de l'autre sur le plan spirituel. Ce qu'il faut comprendre c'est que s'il est facile de voir sa propre lumière et donc les choses que l'on souhaite se produire, il est bien plus difficile d'admettre que nous souhaitons également son contraire. Tant que l'on rejette cette idée, notre ombre prend des décisions "inconsciemment" et nous amènent à être en conflit avec nous-même. Le but de l'introspection c'est de regarder en face notre "inconscient" et de savoir une fois pour toute ce qu'il veut. Car tant qu'on fait comme si il n'existait pas, il a le champ libre pour nous faire faire des choix "à notre insu". En symbolique la lumière représente la connaissance alors que l'ombre représente l'ignorance. Certains parlent donc d'exposer notre part d'ombre à la lumière de notre conscience. Voilà, se responsabiliser c'est prendre conscience des pire choses que l'on puisse souhaiter et comprendre que cela aussi fait partie de nous. C'est comme ça que l'univers tout entier fonctionne. Il n'y a pas de jour qui ne soit suivi d'une nuit, pas de galaxie sans trou noir… Evidemment, je vois déjà ce que tu vas me dire. Et c'est l'argument qui revient tout le temps… Comment expliquer l'injustice ? Imaginons la pire situation qui soit. Un enfant vient de venir au monde et meurt brûlé dans un incendie 10 sec après sa naissance… Quel choix ont pu l'amener à vivre une telle situation ? C'est là ou il va falloir que tu te montres philosophe, parce que je ne peux encore moins affirmer ce qui va suivre… Pour moi, pour comprendre l'injustice il faut dézoomer d'un cran l'échelle de l'espace et du temps… Notre vie se passe à l'échelle de notre corps dans l'espace et à l'échelle d'un siècle environ pour notre temps. Si nous considérons l'échelle de notre planète elle se déplace dans un espace/temps au dimension bien plus grande. Des milliers de km chaque seconde et 9 Milliards d'années d'existence. Et cela simplement pour notre Terre ce minuscule grain de sable dans l'univers ! Du point de vue de la Terre, nous ne sommes que d'infimes cellules d'une entité bien plus grande. Tout comme les millions de cellules qui composent le corps humain. La plupart du temps, nos propres cellules prennent des décisions sans même que nous en ayons conscience car elle se situe à un point de vue différent. Quand on se blesse par exemple, les cellules de moelle osseuse émettent immédiatement des signaux afin de "programmer" la cicatrisation prochaine de l'épiderme. Pourtant à aucun moment nous n'avons "demandé" ou "choisi" cela consciemment. Il en va de même pour la respiration, la digestion et quasiment tout le fonctionnement de notre organisme. A partir de là, on peut se demander si la planète, le système solaire, la galaxie, l'univers, ne sont pas simplement d'autres formes d'existence ou de conscience dont le point de vue est un cran au dessus en terme d'espace et de temps. Nous prenons également des décisions pour l'ensemble de notre corps à partir de notre point de vue sans consulter chaque cellule qui le compose. Là ou je veux en venir, c'est que si la planète ou l'univers "choisit" à plus haute échelle, il nous sera très dur d'aller à l'encontre de cet élan global. C'est ce qui est communément appelé la destinée. Cela nous parait injuste car nous ne sommes pas à la bonne échelle pour comprendre ce choix, et nous ne pouvons pas non plus en juger correctement les tenants et les aboutissants. Pour continuer mon exemple, imagine que tu partes en randonnée avec ta famille pour gravir une montagne. Tu passes une excellente journée, tu profites du soleil radieux, tu respires l'air pur, bref en aucun cas tu ne regrettes cette randonnée. Et pourtant, certaines cellules de ton corps ne seront pas forcément du même avis, disons par exemple ta plante de pied ou les muscles fatigués du poids de ton sac à dos ou la peau de ton avant bras que tu as écorché contre une branche… Mais tu vois déjà ou je veux en venir. Si on demandait simplement à ces cellules comment était cette journée, de leur point de vue le signal serait négatif. En tout cas, plus proche du mal-être que du bien être. Qu'en est-il du fumeur qui allume sa cigarette et des cellules de ses poumons ? Même chose avec l'échelle de temps. Tout les parents qui ont fait vacciner leurs enfants en bas âges savent cela. Sur le moment, le bébé n'a aucun moyen de savoir pourquoi il souffre et pourquoi on lui fait une piqûre, ses parents le savent mais parce qu'ils voient à plus long terme. Ce que je cherche à démontrer ici, c'est que l'injustice est avant tout une sensation et qu'elle résulte surtout d'un manque d'informations dû à notre point de vue restreint. Autre chose, il ne faut pas se focaliser uniquement sur la notion d'injustice pour appréhender le monde. Je t'ai parlé tout à l'heure de l'ombre qui se trouve en nous, comme à l'extérieur de nous. Il est une bonne chose de la regarder en face et de ne pas la nier, mais trop se focaliser sur l'ombre ne fera que te faire sombrer en elle. "Quand tu regardes l'abîme, l'abîme regarde aussi en toi" Si je te donnes ce conseil, c'est par rapport à toutes tes interrogations et tes questionnements sur ton passé. Il est normal qu'un passé aussi lourd te préoccupe, mais le meilleur moyen de résoudre un problème c'est de s'en extraire, pas de lutter contre. Car souvent, lutter contre un problème c'est le compléter voir le renforcer. Prenons l'exemple typique de l'héritage familial, les fameuses névroses qui se passent de génération en génération. Imagine un fils "B" dont le père "A" est extrêmement stricte et sévère. Il se montre parfois excessif au point de donner l'impression à son fils qu'il lui veut du mal et cherche à le priver de liberté. Ce même fils en grandissant se répétera sans cesse : "Quand j'aurais un fils, je ferais jamais comme mon père. Il sera libre et il pourra faire ce qu'il veut ! " Une fois "B" lui-même devenu père, il élèvera son fils "C" dans le laxisme et le détachement le plus total, ne prenant jamais sérieusement les excès de son fils au nom de la promesse qu'il s'est faite à lui-même. "C" n'ayant pas vraiment connu son grand-père "A" comme son père "B" l'a connu, ne pourra pas comprendre les raisons qui poussent son "B" à être si détaché, distant. "C" sera amené à rechercher l'autorité de son père que ce dernier lui refusera de peur d'être trop sévère comme A. Une telle situation si elle n'est pas résolu a temps amènera probablement le second fils "C" à commettre de plus en plus "d'attentats à l'autorité" (échec scolaire, drogue, sexe, violence etc…) ce qui pourra avoir des conséquences désastreuses sur sa vie sociale et son épanouissement personnel. La fin de l'histoire maintenant. Que va-t-il se passer dans la tête du second fils une fois adulte ? Probablement se répétera-t-il sans cesse : "Jamais je ne serais aussi irresponsable que mon père, quand j'aurais un fils, je ferai tout pour l'aider à construire son bonheur futur, il ne sera pas laissé pour compte comme je l'ai été ! " C'est devenu A, et la boucle est bouclée ! Désolé pour la petite histoire, c'était un peu plus long que prévu à expliquer. Mais si je te donne cet exemple, c'est pour illustrer que ces deux problèmes sont fondamentalement liés, ce ne sont que les deux faces d'une même pièce. Ce qu'il faut faire c'est lâcher la pièce, le fameux lâcher-prise. En l'occurrence, dans notre exemple cela signifie éduquer son fils comme le font la majorité des parents, c'est à dire dans un équilibre d'autorité et de liberté sans se focaliser excessivement sur l'une ou l'autre. Le taiji, plus connu comme le symbole chinois Yin/Yang inclus cette notion d'équilibre et de juste milieu. C'est ce que signifie le point noir dans la partie blanche et vice-versa. Tout n'est jamais tout blanc ou tout noir. Le taiji symbolise également un perpétuel mouvement. Le mouvement c'est la vie. C'est le mouvement dans l'espace qui détermine le temps et donc le fait que les choses "changent". J'ai évoqué la physique quantique tout à l'heure. Je n'y connais absolument rien en ce domaine excepté un extrait d'un reportage de vulgarisation accessible à un enfant de 10 ans. La vidéo traitait d'une expérience appelée "l'expérience des fentes". Tu trouveras ça facilement grâce à notre ami google mais en résumé l'interprétation totalement abusive de cette expérience est la suivante : "Quand on observe l'univers autour de nous, nous sommes déjà acteurs. Le simple fait de porter son attention sur quelque chose lui donne existence" C'est pour ça que la physique quantique fait beaucoup parler d'elle dernièrement. Ma croyance actuelle est que notre point de vue, notre existence ne se limite pas seulement à notre corps et à nos 5 sens. Notre existence englobe également toutes les choses avec lesquels nous interagissons, les personnes que nous rencontrons et les événements qui se produisent autour de nous. Plus précisément, nous filtrons l'infinité de l'Univers à travers le prisme de notre point de vue, notre identité, notre Ame. J'avais prévenu c'est un point de vue totalement mystique, mais si je me permet d'écrire tout cela ici, c'est parce que c'est une sensation que j'ai découverte et expérimentée par moi-même. Je ne pourrais jamais te le prouver, ni à qui que ce soit, car ce lien de responsabilité, cette confiance aveugle que tout fait partie d'un tout et que tout a un sens, c'est ce que les religions appellent la Foi, et c'est quelque chose que l'on doit découvrir par soi-même. J'ajouterai même que cela va à l'encontre de la démarche scientifique qui cherche à prouver puis comprendre avant de croire. La Foi c'est la seconde forme de connaissance et elle fonctionne à l'inverse. On ne peut pas réellement aller la chercher, il faut commencer par y croire sans avoir de preuve, et c'est à ce moment là, quand on est sincèrement ouvert qu'elle peut alors se manifester. Comment ? Par le biais de hasards et de "coïncidences significatives" en ce qui me concerne. Ce que Jung (le "rival" de Freud) appelait des synchronicités. Mais j'ai tendance à penser que notre vie tout entière est un message de l'Univers ou de Dieu comme préfères l'appeler les religions. "Le Hasard c'est le nom que prend Dieu pour passer incognito" A. Einstein. Attention, je respecte le point de vue des religions, mais je n'adhère pleinement à aucune. A dire vrai, adolescent j'étais clairement anti-religion. Je considérait les religions comme un mensonge inventé et accepté par des gens qui avait trop peur de la mort. Encore maintenant, je trouve qu'il y a une nette différence entre ce sentiment magique qu'est la Foi ce lien avec le Tout, et ce qu'en ont fait les différentes religions. Pourtant je le répète, je les respecte car certaines personnes trouvent la Foi grâce à ces "kits de spiritualité". Quant à ceux qui tuent, condamnent, ou répandent la violence au nom de différentes religions, ce ne sont même pas de vrais croyants, car si ils avaient conscience du lien qui les unis avec le reste de l'univers il ne pourraient se retourner contre lui… Si je te parle de tout ça c'est pour terminer sur la notion de responsabilité. Si tu crois en toi et en ta bonne étoile, crois-moi la chance sera de ton côté, et de la même façon, si tu broies du noir ou que tu vis dans un stress ou une anxiété permanente, cela se répercutera sur la sphère de ton existence toute entière. Ça à l'air fou, mais c'est simplement exprimé dans l'adage : "On récolte ce que l'on sème" Il y a un temps pour prendre conscience des choses, et il y a un temps pour les laisser partir loin de nous, en cessant d'en avoir peur ou même de s'en préoccuper. Alors prends soin de tes pensées, utilise ton imagination à bon escient pour créer ton bonheur et non pour reproduire ton malheur. Bon j'ai complètement débordé de ce qui était prévu à la base. Je ne sais même pas si tu auras le courage de lire ce pavé en entier, mais rassure-toi dans tout les cas ce n'était pas perdu, j'ai mes propres problèmes et tenter de te conseiller me permet d'y voir plus clair. En espérant avoir pu t'aider, ou au moins t'avoir fait réfléchir ! P. S : osef des fautes, l'important c'est qu'on puisse te comprendre.
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


531257
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.



Commentaires pour cette histoire  Ajouter un commentaire

Par painfull | le 09/06/15 à 14:37

merci

Histoires vécues sur le même thème

Texte en anglais sur les garcons, les parents et la societe...

image

Personnellement, je trouve que ça ne s'arrange pas ces temps ci à ce niveau là, surtout dans les transports, je ne fais pas parti de celles qui s'écrasent et je ne suis donc pas plus intimidée que ça, mais ça commence à être plus que...Lire la suite

Tres malheureuse a la maison help me... - autorite parentale

image

Alors voilà tous d'abord, bonjour ! (Désolez pour mes futures fautes d'orthographes, il risque d'y en avoir beaucoup… ). Je commencerais du début, désolez voilà sa risque d'être un peut long, moi-même j'ai une flemme internationale. :$$...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages
Les derniers appels à témoins