Histoire vécue Famille - Enfants > Enfants différents > Autres      (478 témoignages)

Préc.

Suiv.

J'ai un enfant qui adore mordre

Témoignage d'internaute trouvé sur magicmaman
Mail  
| 1471 lectures | ratingStar_52294_1ratingStar_52294_2ratingStar_52294_3ratingStar_52294_4

J'ai eu un enfant mordeur. C'est dur, très dur en tant que parent. C'est usant, on se sent mal, on a l'impression que tout le monde nous regarde de travers. On passe son temps à se demander ce qu'on a râté.

 

Il y a plein de raisons qui peuvent expliquer la morsure. Après avoir lu à peu près tout ce qui s'écrit sur la morsure de l'enfant, je me souviens qu'il y avait 7 types de mordeurs :

 

1. La morsure "amour" : c'est un baiser qui dégénère, un excès d'amour. Solution : faire comprendre au mordeur qu'on ne doit pas toucher les autres, que c'est leur corps. En dehors de l'aspect morsure, il faut faire comprendre à l'enfant qu'on ne doit pas toucher les autres et agir de même avec l'enfant (ne pas le forcer à embrasser quelqu'un - même pour dire bonjour et même si le grand-oncle râle - s'il n'en a pas envie, ne pas lui réclamer un calin quand il n'en a pas envie). Lui faire comprendre que toucher l'autre, c'est bien si l'autre en a envie mais que ça doit toujours être réciproque.

 

2. La morsure "communication" : quand un enfant arrive assez peu à s'exprimer, la morsure est une forte bestiale de communication, une entrée en matière un peu sauvage. Ce type de mordeur se calme quand il a plus de vocabulaire et arrive à aligner des phrases.

 

3. La morsure "défense", souvent liée à la morsure communication : le mordeur s'est senti - à juste titre ou non - attaqué, il ne sait pas se défendre avec les mots, alors il mord, là où d'autres qui savent mal s'exprimer taperaient. La communication dans son univers familial est essentielle. Il faut que son modèle de normalité soit que pour désamorcer un problème, on parle, y compris entre ses parents.

 

4. La morsure "opportuniste". Là, ce sont les petits malins. Les enfants pas mûrs pour la collectivité, scolarisés trop tôt, en crèche trop tôt. En France, dans les régions où la scolarisation des enfants de 2 ans est monnaie courante, on en rencontre plein. Il n'a pas encore intégré les règles de respect des uns et des autres. S'il a envie d'un jouet, il le prend et si celui à qui il l'a prit refuse de se le laisser prendre, le mordeur a tôt fait de comprendre qu'en le mordant, l'enfant pleure… et lâche le jouet. Les mordeurs opportunistes, on a tout intérêt à limiter leur temps en univers collectif (ne pas les laisser à l'école l'après-midi par exemple) , leur laisser le temps de mûrir et de s'habituer progressivement. Plus tôt ils sont en collectivité, plus ils vont mordre longtemps, par mauvaise habitude prise…

 

5. Les mordeurs mal dans leur peau. Ils ne sont pas mal dans leur peau toute la journée, peuvent être très zen à la maison, sont souvent hyper sensibles mais s'ils se sentent mal aimés, rentrent dans un mode défense/agressivité.

 

J'ai oublié les 2 autres cas de mordeurs parce que le problème a été résolu depuis longtemps pour mon petit mordeur qui était un mélange des types 4 et 5 : il mordait à peu près tout le monde à la crèche dans laquelle il se sentait mal aimé. Objectivement, avec le recul, je crois qu'effectivement, il y était mal aimé : trop remuant, trop vif, trop bruyant face à une équipe un peu molassonne qui rêvait de n'avoir que des gamins calmes qui jouent tranquilement dans leur coin, il n'était pas le préféré et, très sensible sous des apparences de petit dur, il n'appréciait pas qu'on lui parle plus durement à lui qu'à d'autres, il y sentait une forme d'injustice…).  

Tant qu'il a été à la crèche, il mordait aussi à la maison mais à chaque vacances - même courtes - après quelques jours d'absence de la crèche, il mordait de moins en moins. A son entrée à l'école, il a arrêté de mordre : je crois que l'instit qui l'adorait en a été grandement responsable… Elle appréciait sa vivacité et a su le canaliser en le mettant en valeur en tant que "grand". Il s'est senti plus heureux et du coup, est devenu plus receptif au discours "ce n'est pas bien de mordre pour piquer un jouet, tu as d'autres moyens de le récupérer… " Et là, il a appris la manipulation, dans laquelle il excelle depuis.

 

Psys (ce qui à moi m'a fait beaucoup de bien pour comprendre et déculpabiliser et aussi pour savoir me défendre face à la crèche qui ne remplissait pas son rôle correctement) , explications, punitions (le moins inefficace mais sur un temps très limité) , claque quand ça se passait sous nos yeux (eh oui, ce n'est pas bien mais en tant que parent, il y des moments où on craque quand on voit sous nos yeux la petite cousine se faire mordre à pleines dents) : on avait tout testé mais ce n'est que le départ de la crèche, quand il avait 3 ans, qui a résolu le problème et un petit peu, les punitions : le mettre dans un coin quand ça vient d'arriver, sans grand discours pour le coup (parce que quand on lui faisait un sermon, il était finalement assez content de gagner de l'attention…).

 

Bon courage, j'espère que j'ai pu t'ouvrir quelques pistes… Je te recommande d'avoir voir un psy : ça fait du bien aux parents parce que le psy nous met face à nos propres erreurs et aussi à l'enfant qui en retient qu'il n'est pas normal de mordre… ce qui est déjà un début.
  Lire la suite de la discussion sur magicmaman.com


52294
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les novembers girls vont faire plein de calin a la st valentin!!!!

image

Coucou les filles ! Je viens de rentrer de vacances et je découvre une multitude de +++ c génial ! Je suis super contente pour les nouvelles futures mamans! Bon moi le mauvais coté commence ; après avoir passé 4 semaines géniales voila...Lire la suite

Lilian thuram - le football

image

Le défenseur central Lilian Thuram (36 ans) , qui devait signer au Paris SG, a annoncé vendredi lors d'une conférence de presse qu'il souffrait d'une "malformation cardiaque", détectée lors de la visite médicale, qui l'empêche de s'engager...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages