Histoire vécue Famille - Enfants > Enfants différents > Troubles du comportement      (170 témoignages)

Préc.

Suiv.

Ma fille est dyspraxique : les repercussions scolaires

Témoignage d'internaute trouvé sur france2
Mail  
| 712 lectures | ratingStar_50995_1ratingStar_50995_2ratingStar_50995_3ratingStar_50995_4

Je suis maman d'une petite fille de 8 ans en ce2 dyspraxique + tda sans hyperactivité en sud gironde.On est loin de l'intégration scolaire faite sur Bordeaux en Ecole privée. Je me bats pour faire admettre aux enseignants d'une école de campagne que ma fille a besoin d'un soutien à l'école car elle fatigue vite (notamment organisation des devoirs, exercices plus lisibles, moins de recopies, et réexplication des consignes surtout pour les maths ! ). Depuis le début l'équipe enseignante me juge car ils disent que je colle une étiquette à ma fille et ne voient pas les difficultés alors que ces résultats scolaires en disent long, même sa psychomotricienne constate qu'il n'y a pas de stratégie en maths et toutes les fautes d'orthographe. Pour l'enseignant ce n'est pas grave, elle a le niveau et ne veut pas du RASED pour ma fille alors que dans les textes elle y a droit ! Pour eux à partir du moment ou il y a des prises en charges extérieures (orthophoniste, pédopsychiatre, psychomotricien, orthoptiste) elle n'a besoin de rien à l'école. C'est là tout le paradoxe et je dis bravo à ce reportage qui met bien en évidence les volontés des uns par rapport aux autres. Dans d'autres écoles cela se passe très bien et les enfants dys sont à peu près acceptés. Je pense moi aussi que c'est au bon vouloir des enseignants. J'ai écrit à l'inspectrice de ma circonscription et elle a soutenu en réunion son équipe et l'enseignant référent même discours !

Pourtant ma fille est reconnue depuis 2007 comme dyspraxique (certificats médicaux à l'appui) et rien n'est fait. La psychologue scolaire m'a informé que lors d'une réunion, les enseignants ont dit que nous avions inventé cette pathologie et qu'ils ne feraient rien. Je n'ai pas encore la reconnaissance MDPH car en Gironde la dyspraxie n'est pas encore acceptée. Alors si vous avez des idées à me suggérer je suis preneuse et désespérée car ma fille me dit qu'elle veut mourir, se mutile, se trouve en grave dépression, ne veut plus aller à l'école et prend depuis quelques jours un médicament donné sous contrôle hospitalier. Mais que faire ? La directrice est hyper syndiquée, s'affiche dans les journaux régionaux avec des conseillers régionaux pour sauver le RASED alors qu'elle n'applique pas les textes dans son école ! Je ne peux pas quitter l'école car elle semble influente politiquement parlant et soutenue par son inspectrice, elle nous grillera dans n'importe quel établissement dans un rayon de 30 km à la ronde ! Que faire ?
  Lire la suite de la discussion sur france2.fr


50995
b
Moi aussi !
1 personne a déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Maman déboussolée....

image

Mon expérience vient du fils de mon ami, bientôt 5 ans, et je n'osais plus l'emmener nulle part car tj agressif et coups bas envers les autres enfants. Je ne te parle pas des rapports avec le mien qui a deux ans de moins ! C'est autre chose. Il y a...Lire la suite

A propos de suzanne-pour mamanat et paqui

image

Ne panique pas Lénaïg. Certains retard psychomoteur sont loin d'être irréversible. Il faut maintenant que tu consultes un neuropédiatre ou un neurologue spécialisé en pédiatrie. Je te conseille d'appeler les CHU de ton coin, ils pourront te...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages