Histoire vécue Famille - Enfants > Enfants différents > Troubles du langage      (622 témoignages)

Préc.

Suiv.

Comment déceler et traiter le bégaiement chez l'enfant ?

Témoignage d'internaute trouvé sur magicmaman 32 ans
Mail  
| 2311 lectures | ratingStar_50517_1ratingStar_50517_2ratingStar_50517_3ratingStar_50517_4

Même si je ne bégaie plus du tout, je me considère toujours comme bègue, car j'aurais toujours une énorme fragilité à ce niveau.Cela a commencé à 7 ans, la nouvelle directrice de l'école voulait entendre lire à haute voix devant tout le monde celle qui lisait le mieux de toute l'école. Manque de pot c'était moi !  Cela a commencé à s'estomper vers 16 ou 17 ans et maintenant peu de personnes s'en rendent compte. Faut dire que les bègues développent un vocabulaire incroyable, car si on bute sur un mot, il suffit de le remplacer par un synonyme et personne ne se rend compte de rien.Pour la maman qui se tracasse pour les progrès en lecture de son fils, pas de soucis, je dirais. Les bègues sont toujours un peu plus mis à l'écart que les autres enfants, et développent donc en général des occupations telles que la lecture, etc… à 10 ans, les 10 livres de 300 pages par mois qu'on pouvait emprunter à la bibliothèque, c'était trop peu pour moi.C'est vrai qu'il ne faut jamais finir les phrases à la place d'un bègue (qu'il soit enfant ou pas) , car à ce moment-là, le bègue reste avec ses mots non-dits coincés au milieu de la gorge comme des gros caillous, et la prochaine fois qu'il voudra les prononcer, ce sera encore pire.Le fait de prononcer les mots en chantant, c'est une bonne solution,… jusqu'à un certain point. A l'école tout le monde se fichait de moi parce que je parlais en chantonnant légèrement. Il faut dire que j'étais très sensible aussi  Le sport est une bonne solution. Il permet de se joindre à d'autres personnes, sans pour autant être obligé d'ouvrir la bouche. Le but étant de se sentir apprécié et valorisé par les autres.

Si j'ai presque arrêté de bégayer vers 16 ans, c'est tout bêtement parce que je me suis rendue compte que je plaisais tout de meme aux garcons      Un truc à ne JAMAIS faire (et que faisaient mes parents) , c'est dire à l'enfant un truc du genre : " mais tu sais, il y a des petits enfants muets, qui ne parlent pas du tout, ou des enfants en chaise roulante, et ceux-là ont encore moins de chance que toi".

Bref, pour l'enfant, cela revient à dire : " tu te plains, et il y a bien pire que toi ! ". C'est ne pas prendre en considération son problème comme un véritable handicap, et loin de le rassurer, cela le culpabilise. Je me souviens que je souhaitais être muette complètement, parce qu'au moins, les muets, on ne se moquaient pas d'eux.Il y a une grande injustice dans le bégaiement, justement parce qu'il n'est pas considéré comme un handicap à part entière. Je m'explique : Pour les personnes en chaise roulante, il y a des "facilités" (plans d'embauche avantageux pour les patrons, structures spéciales, prix réduits un peu partout, pas de file d'attente dans les magasins et les parcs d'attractions,…). Même chose pour les personnes muettes, sourdes, aveugles,… et même si le bégaiement est moins grave que tous ces handicaps, l'enfant ne le voit pas ainsi.

Car le bégaiement peut vous empêcher de décrocher un boulot ! On l'oublie souvent ! Et rien n'est prévu pour faciliter l'intégration des bègues.Pour revenir aux enfants bègues, les mettres dans un cours de diction n'est pas non plus une bonne idée. J'y suis allée aussi et devoir réciter devant toute une classe, c'est générer chez l'enfant un énorme stress plusieurs jours avant.LE BUT doit être, non pas de supprimer ni de diminuer le bégaiement, mais de l'accepter et de le faire accepter. A partir du moment où, adulte, je me suis rendue compte que tout le monde se fichait éperdûment de savoir si je bégayais ou pas, je m'en suis fichue également. Du coup, le bégaiement oublie de revenir.Ne pas dire à l'enfant des phrases "calmantes", du genre : " respire, relaxe-toi, détends-toi", etc. D'une voix doucereuse (ça énerve, je vous jure  ) Quelle attitude avoir devant un bègue ? Ne jamais finir ses phrases et agir avec lui comme avec un autre. Et ce n'est pas facile. Même moi qui ai été bègue, je ne sais pas toujours comment aider une personne bègue (c'est le comble hein ?  ). Il ne faut pas froncer les sourcils (signe d'impatience) , ne pas faire avant la fin de la phrase des "oui, oui" avec la tete (idem) , et ne pas regarder ailleurs (là c'est le contraire, le bègue a l'impression qu'il n'intéresse personne). Je vais terminer sur un note très rassurante… Enfant je bégayais à chaque mot, parfois je ne parlais plus du tout, je modifiais mon prénom quand on me le demandait pour prononcer un prénom plus facile à dire, et je ne répondais jamais au téléphone,…

A 20 ans, j'ai présenté mon mémoire de fin d'étude devant 15 personnes, et quand on m'a dit que c'était la meilleure présentation orale de cette année-là, j'ai trouvé que c'était d'une ironie délicieuse et un grand coup au derrière du destin.A présent j'ai 29 ans, je travaille depuis 9 ans, j'ai changé de boulot volontairement plusieurs fois sans problème, j'ai animé des réunions de travail, et personne ne se rend jamais compte de rien.J'étais un cas très difficile (logopède (pour les bègues ça sert à rien du tout, on sait parler, on n'y arrive pas c tout) , psychologues (pffffff qui ne pipaient pas un seul mot pendant une heure et dont je me foutais complètement (résultat je ne bégayais jamais devant eux, mais ça revenait tout de suite après) ) , et des parents qui faisaient tout ce qu'ils ne devaient pas faire (meme à présent que je ne bégaye plus, ma mère écoute rarement mes phrases jusqu'au bout) , et tout s'est arrangé.  Je pense meme que le bégayement m'a fait développer des valeurs importantes et bénéfiques (mais cela, on s'en rend compte après  ).
  Lire la suite de la discussion sur magicmaman.com


50517
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Ma fille de 10ans a des prblm de comprehension - enfants differents

image

Oui le parcours du combattant, et c'est rien de le dire ! J' ai une enfant "dys" de 11 ans. Quelle niveau a ta fille ? A-t-elle déjà redoublé ? Sait-elle lire ? Tient, je te mets mon histoire : Citation : C'est le parcours du combattant (merci...Lire la suite

Cousines et treillis (lesb) - recits erotiques

image

J'ai lu nombreux récits, dont certains m'ont retournée. A mon tour j'avais envie m'inspirer vécu et broder une fiction pour vous écrire une petite histoire. Je n'ai pas trouvé de titre, mais voici le premier chapitre Enjoy ! * * * Je n'aime pas...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages