Histoire vécue Famille - Enfants > Enfants différents > Troubles du langage      (622 témoignages)

Préc.

Suiv.

Comment proteger ses enfants? - perversion

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo - 25/02/13 | Mis en ligne le 22/05/14
Mail  
| 564 lectures | ratingStar_528394_1ratingStar_528394_2ratingStar_528394_3ratingStar_528394_4
Bonjour, J'ai déjà posté un autre sujet, il n'y a pas si longtemps, mais je vais tout de même faire un résumé de mon histoire. Mon beau père pourrait bien être un pervers narcissique. Il a depuis toujours tyranniser sa petite famille, notamment mon zhom et le second (mais beaucoup moins, car il a toujours eut un caractère très rebelle, alors que mon zhom était très soumis et sensible). Donc voila, j'entre dans la famille, mon beau père critique déjà ma famille (mon frère). Ma belle mère jouait ce jour là à la femme douce avec son mari, etc sauf que les fois suivante, le ton était très sec … bref, elle m'a joué une comédie, et mon beau père était déjà très dans la critique vis à vis de moi. Je n'y ai pas tenu compte, car je voulais à tout pris me faire accepter et apprécier. Le temps passe, et je tombe enceinte. La première remarque du beau père fut : "alors comme ça vous faites des cochonneries ? " avec un clin d'oeil vers zhom. Il n'a jamais féliciter … j'étais déçu de leur comportement, mais faut dire que zhom avait si peur de leur dire, qu'au final, je m'attendais à bien pire … alors du coup, forcément : soulagement. A la naissance, c'est là que tout commença. La belle mère voulait m'évincer de mon rôle, quitte à me faire les pires coups, me faire des sous entendu du style : en regardant mon fils, elle lui disait : on était mieux tout seul tout les deux hein ? " et ceci plusieurs fois, mais voyant que je ne partais pas, elle est partie brusquement. C'était toujours le bras de fer avec elle, elle ne me laissait pas être maman … Détails parmi tant d'autres : caprice (pleurait dès qu'elle n'avait pas ce qu'elle voulait … et, égoïsme, paranoïa (croyait être toujours lésé, faisait une fixette sur ma mère, etc) , manipulation, … Au bout de quelque mois, j'ai dis stop, et vu que je suis du genre à me braquer, quand je me sens priver de ma liberté, étouffer, elle devint de pire en pire avec moi. Tout le monde y voyait que du feu, mais j'avais l'impression d'être la seule à voir son vraie visage. L'avantage que j'ai, c'est que au contraire de ce qu'elle pouvait peut-être penser de moi (j'étais très timide, naïve) et bien je suis plutôt combative et je finis toujours par m'en sortir, la tête hors de l'eau (j'ai déjà mené pas mal de bataille, et je m'en suis toujours sortie). Du coup, vers les un an, voyant que zhom se mis lui aussi à lui dire stop (de ça, elle s'attendait pas, pensant qu'elle le contrôlait … mais je devins une réelle menace, car au final, est s'est aperçu que j'avais le "pouvoir de réveiller" C'est là qu'intervient le beau père, le vrai pn, le tyran de la famille. Il est venu tel un bouldozer tout détruire. Il a essayé de m'anéantir par plusieurs manières, mais il ne trouvait pas. Jusqu'au jour, où il s'est aperçu qu'en touchant à mon fils, il me toucherai moi aussi. Là il s'est mis à s'acharner sur lui (lui crier dessus sans raison, le menacer de fessée, essayer de le faire boire de l'alcool, à lui dire à quel point ses parents et surtout sa maman est mauvaise et incompétente) , puis aussi à m'insulter devant lui, à me crier dessus, à m'empêcher de m'approcher de mon enfant, etc. C'était la folie, et même zhom ne bougeait pas … il n'y avait que moi que ça choquait. Je me souviendra toute ma vie du regard de mon fils … ça m'a brisé le coeur ce jour là. 6 ans après, ce regard me hante encore. Mon fils a arrêter de parler depuis l'attaque du beau père contre lui, il s'est mis à faire des cauchemars toute les nuits, à ne plus jouer, à faire des gestes bizarre (ouvrir grand la bouche et secouer la tête) , à mettre tout et n'importe quoi l'un derrière l'autre (du matin jusqu'au soir, tout les jours) , ne supportait plus du tout la présence d'un homme (surtout les hommes au même timbre de voix que le beau père) ; etc. Lors d'une visite chez le médecin généraliste, celle ci remarqua que quelque chose n'allait pas avec mon fils. Elle m'a alors dit que ça ne pouvait qu'être psychologique et de surveiller cela. Peu de temps après, lors d'un rendez vous de routine chez le pédiatre, celui ci me fit la même remarque. Sauf qu'il me fit une ordonnance pour le CMP. Là bas, j'ai raconté mon histoire, et en une semaine il a été pris en charge. La pédopsy m'a demandé de couper les ponts, pour le moment, le temps que nous tous, nous nous reconstruisons … elle nous a aussi averti qu'ils ne se remettront peut-être jamais en cause, qu'il faut faire notre "deuil". Nous sommes allés là bas pendant bien 4 années. A la fin, elle m'a enfin annoncé le diagnostique : dépression. Elle me disait aussi, qu'elle a d'abord hésité avec l'autisme, car il se comportant comme tel, mais le voyant évolué, elle a finit par conclure à une dépression. Elle était très très inquiète pour lui, mais maintenant, tout va bien MAIS il garde un trouble du langage. L'orthophoniste actuel, préfère parler de dysphasie parce qu'elle n'aime pas tout ce coté psy. Mais peut importe m'a t-elle dit, c'est la même manière de traiter au final. J'ai fais appel à la MDPH, il a une avs, et il s'en sort plutôt bien maintenant : bon à l'école, à des amis … mais très sensible (ce qui a surement provoqué sa dépression). Et là, un nouveau problème survient. La belle mère à refait son apparition, car le beau père a fait un avc (il s'en sort bien maintenant, il remarche, reparle). Mais elle attend de nous, qu'on oublie et revenions, au nom de la maladie du beau père. Mais moi, je me méfie atrocement, et en fait, je ne veux plus avoir de contact avec eux. Mais voila, zhom, bien qu'il soit perdu dans sa tête, les a revu et va surement les revoir de temps à autre … et je sais qu'un jour ou l'autre, on me poussera à les revoir aussi, et donc, mes enfants aussi. Je refuse qu'ils fassent du mal à mes enfants, sachant qu'entre temps, nous en avions eut d'autres. D'ailleurs, ils savaient très bien que notre ainé était en dépression, mais ils n'ont jamais pris de nouvelles, disant que ce n'était pas de leur faute. Même maintenant, la belle mère ne cherche pas à savoir, ou à savoir comment on a vécu "ce passé. Elle s'en fout, ce n'est que sa vie qui compte, le fait que son mari soit malade. Elle ne voit qu'elle et elle seule. Je me méfie et je n'ai jamais osé dire à zhom que ses parents sont PN … j'ai essayé au tout début, mais il ne voulait rien savoir … 6 ans après, est ce que cela sera possible ? Bref, je voulais juste savoir … si je suis tout de même amené à les revoir, et mes enfants aussi, comment faire pour protéger ma petite famille ? Comment me blinder face à eux ? Je sens déjà une pression sur moi, avant même que tout commence … en fait, ça a déjà commencé, et j'ai à nouveau le sentiment, que je suis la seule, chez qui l'alarme retenti. Ça pu atrocement, rien n'est honnête de leur part, je le vois, je le sens … je me méfie. Quelque chose m'averti en moi, quelque chose qui me dit de partir loin, très loin … qu'un danger s'approche.
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


528394
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Ma fille de 10ans a des prblm de comprehension - enfants differents

image

Oui le parcours du combattant, et c'est rien de le dire ! J' ai une enfant "dys" de 11 ans. Quelle niveau a ta fille ? A-t-elle déjà redoublé ? Sait-elle lire ? Tient, je te mets mon histoire : Citation : C'est le parcours du combattant (merci...Lire la suite

Cousines et treillis (lesb) - recits erotiques

image

J'ai lu nombreux récits, dont certains m'ont retournée. A mon tour j'avais envie m'inspirer vécu et broder une fiction pour vous écrire une petite histoire. Je n'ai pas trouvé de titre, mais voici le premier chapitre Enjoy ! * * * Je n'aime pas...Lire la suite