Histoire vécue Famille - Enfants > Enfants différents > Troubles du langage      (622 témoignages)

Préc.

Suiv.

Expérience d'une maman d'un garçon dyslexique et dysorthographique

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 2039 lectures | ratingStar_60612_1ratingStar_60612_2ratingStar_60612_3ratingStar_60612_4

Maman d'un garçon dyslexique et dysorthographique .

Oui un enfant dysorthographique a énormémént de mal à visualiser les mots… que ce soit dans sa tête, sur un écran, sur un tableau, sur un cahier ou dans un livre… un" bateau"devient pour Charles un "bato" , un" oiseau "est retranscrit "ouazo"… eh oui… le pire exercice pour un enfant dysorthographique étant le recopiage : des leçons écrites sur le tableau à écrire ds le cahier de textes ou un résumé d'histoire à copier ds ledit cahier…

Alors que faire ? Tout dépend évidemment du degré de dysorthographie… et de l'âge de l'enfant… d'après mon expérience, je pense qu'il ne faut jamais, au grand jamais, forcer l'écriture… comme malheureusement nombre d'instituteurs (trices) qui estiment qu'il ne s'agit que de paresse…

Éviter "l'écrit" à tout prix… c'est à dire faire faire à l'enfant dysorthographique le maximum d'exercices à l'oral… et reprendre ensuite le B.A de l'écriture, en relation, bien évidemment avec l'orthophoniste qui le suit…

Quel succès pour un enfant fortement dysorthographique, de pouvoir aligner un mot, puis deux, puis une phrase (avec un verbe conjugué…) et de ne plus écrire "cémonpapakiaunjolibato" parce que le "c'est " n'était pas perçu comme" cela est "mais comme un mot entier, un affreux de plus pour embrouiller le cerveau déjà bien "plein"…

Quant au fait d'épeler à haute voix les mots, là est bien LE problème… ce mot à épeler, il faut le "voir" dans sa tête, il faut d'une certaine façon le visualiser… pour pouvoir ensuite le décortiquer… or, les enfants dysorthographiques mettent beaucoup de temps à visualiser un mot… il faut qu'ils se concentrent énormémént pour reconnaitre le mot qu'ils viennent de lire ou de voir sur une affiche, à la télé… Charles voyait par exemple "hotel Moka" sur une pancarte au bord d'une route de vacances, il nous disait fièrement : " hetol mako"et quand on lui faisait remarquer qu'un "hetol" ça n'existait pas vraiment il nous répliquait : "ben si c'était écrit sur la pancarte là bas… " alors commençait une longue "reconnaissance " du mot avec l'aide de toute la famille, parfois on avait l'impression d'être comme dans le dessin animé de Walt Disney "Bambi" quand le lapin Pan-Pan apprend à parler à Bambi… "iyion "disait Bambi "non, non, non " répliquait Pan -Pan "papillon… "

Bref , "hotel moka " nous a pris quelques heures pour faire comprendre à Charles que "h" "o" "t" "e" "l" ça se lisait et disait "hotel"… de là à lui faire écrire le mot… nous en étions encore loin… mais après le succès de la lecture de "hotel" , nous avons eu droit, pendant toutes les vacances à "hotel" hurlé comme un sauvage dès qu'il voyait ce mot…

En ce qui concerne le clavier d'ordinateur… à mon avis cet "exercice " est valable pour les enfants qui sont dysorthographiques légers… c'est à dire qui savent déjà décortiquer un mot.Il faut également savoir se servir de ses deux mains, en même temps, hum, hum… mais… parfois… ça marche…

Et puis pour terminer, ne pas oublier le coté affectif de l'enfant, le coté "petit humain" et non pas "élève x "… : il est beaucoup plus motivant pour un enfant dysorthographique, d'essayer d'écrire une carte de voeux à sa marraine que de faire 5 exercices (par écrit) de grammaire… or, pour lui, le bénéfice sera plus grand, d'avoir aligné seul, quelques phrases, que de s'être escrimé à accorder àl'imparfait des verbes du 3 ème groupe…

Je ne dis pas qu'il n'aura pas fait les exercices, ses connaissances existent mais elles sont, pour l'instant, maitrisées oralement…

Bien sûr, tout ceci n'est que le fruit d'une expérience personnelle et chaque enfant, comme chacun sait, est un cas particulier, mais si j'insiste aussi lourdement à propos de la dualité "oral -écrit" c'est que les enfants dysorthographiques ont, plus besoin que les autres, d'apprivoiser les mots, et les valoriser ces" enfants-là" à l'oral, est à mon avis un excellent tremplin pour les faire progresser à l'écrit…

Pour finir, je vous fais partager ce que Charles ressentait, et ressent encore…

"maman, moi je suis comme le petit prince… "

" ah oui ? Et pourquoi donc "…

"parce que j'aimerais bien apprivoiser les mots, mais il faut du temps, hein maman, il faut du temps, comme le renard et le petit prince ont mis du temps à s'apprivoiser… après ils sont devenus amis… tu crois que moi, un jour, je pourrais devenir ami avec les mots ? "

" oui j'en suis sûre Charles, un jour… "

Et là en parodiant la chanson de Blanche -neige il s'éloigna en chantant : " un jour, les mots viendront, un jour ils me diront des mots d'amour si troublants si tendres… que je saurai les écrire sans fauteeeeeeeeee "…
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


60612
b
Moi aussi !
4 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Ma fille de 10ans a des prblm de comprehension - enfants differents

image

Oui le parcours du combattant, et c'est rien de le dire ! J' ai une enfant "dys" de 11 ans. Quelle niveau a ta fille ? A-t-elle déjà redoublé ? Sait-elle lire ? Tient, je te mets mon histoire : Citation : C'est le parcours du combattant (merci...Lire la suite

Cousines et treillis (lesb) - recits erotiques

image

J'ai lu nombreux récits, dont certains m'ont retournée. A mon tour j'avais envie m'inspirer vécu et broder une fiction pour vous écrire une petite histoire. Je n'ai pas trouvé de titre, mais voici le premier chapitre Enjoy ! * * * Je n'aime pas...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages