Histoire vécue Famille - Enfants > Familles monoparentales      (250 témoignages)

Préc.

Suiv.

J'ai assumé seule ma grossesse mais je le regrette

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 6750 lectures | ratingStar_201988_1ratingStar_201988_2ratingStar_201988_3ratingStar_201988_4

J'ai moi-même une histoire compliquée (absence régulière de la mère puis quasi abandon et tyrannie psychologique d'un père, si j'ose dire) histoire que j'ai digéré à peu près grâce à des séances de psychothérapie. La nature (j'ai eu ma fille à 42 ans) a fait que j'ai laissé faire. Il n'y a jamais eu, du côté du père, le désir d'un enfant contrairement au mien inconscient, fort et avec lui. Ma fille a "tenue" malgré le risque de fausse couche à cet âge. Je l'ai pris comme un cadeau et il n'était pas question malgré ma peur de l'handicap que j'avorte. J'ai donc assumé ma grossesse seule dès les premières semaines en protégeant probablement trop le père et en faisant les questions et les réponses. Nous ne nous sommes plus vu dès le soir ou je lui ai annoncé. De la "non communication" car lui a pensé que je l'avais "piégé", or je ne lui ai jamais rien demandé, ni soutien, ni argent. J'ai joué les "wonderwomen". Que de regrets maintenant, mais je ne peux pas revenir en arrière. Il n'a jamais voulu en discuter plus tard quand j'ai demandé 2 ans après, d'avoir au moins des photos de lui, pour elle plus grande, pour qu'elle puisse mettre un visage. J'ai du le relancer, mais j'ai eu ces 6 photos. Avec le recul, je me culpabilise d'avoir fait un choix égoïste car je me disais que si je suis forte avec mon histoire familiale et que je m'en suis sortie sans l'amour de mes parents, elle pourra aussi le faire mais en ayant au moins l'amour de sa mère. Je n'ai pas anticipé, ni ne me suis posée les bonnes questions. J'ai occulté, inconsciemment en me disant je gérerai comme je gère tout, toute seule depuis bien longtemps dans ma vie. Et bien sur maintenant qu'elle est là et que je la voie évoluer, j'ai pris dès le début conscience que c'est un être humain à part entière qui aura sa propre personnalité. Je ne connaissais rien aux enfants. Enceinte j'ai vu très brièvement la fille de Me Dolto qui m'avait donné cette trame de discours. (parler d'amour, ne pas la culpabiliser et raconter la vérité simplement…). Je me culpabilisais déjà. Quand j'ai revu son père il y a un an et demi (à la mort de mon père, grand déclencheur) je lui ai parlé à coeur ouvert comme je ne l'avais jamais fait, pour lui dire que je l'avais follement aimé, que c'est pour cela que je l'avais toujours protégé et que le plus beau cadeau qu'il m'a fait c'est ma fille. Je lui ai répété que s'il veut la voir sans moi, entretenir une relation avec elle, il peut le faire même si ce n'est qu'une fois par an etc… que je ne lui demande pas d'argent. Bref, j'ai voulu le rassurer que je ne rentrais pas dans sa vie. Il m'a répondu que non ; qu'il était égoïste, qu'il était lâche, qu'il avait été clair quand il a dit "pas d'autres enfants" (il est maintenant grand père) que ce ne serait pas bon pour elle de toute façon car il ne peut pas s'occuper d'elle etc etc etc. Je lui ai dit qu'un jour elle voudra surement le voir. Il a esquivé. Je lui ai montré des photos qu'il a regardé brièvement comme si le papier le brûlait. Et comme je l'ai dit avant, il m'a montré à cette occasion une face de lui peu reluisante car j'étais au "fond" et il ne m'a pas tendu la main. Donc j'ai eu l'impression que finalement dans ces 7 années de "liaison" (entrecoupée de rupture quand même) il n'y avait pas eu d'amour vrai de son côté et que je n'avais fait que remplir une case manquante dans sa vie. Alors oui, Valentine777, moi je suis prête depuis longtemps car jusqu'à cette dernière rencontre il a été mon grand amour et ma fille est le prolongement de cet amour. Mais pour lui, son confort prime et nous sommes sortie de sa vie (ou jamais rentrées). Je ne lui en veux pas de cela car cet enfant, il ne l'a pas voulu. Il s'est montré lâche sur beaucoup de points mais de quel droit une femme peut-elle lui imposer son choix de garder un enfant de lui ? Lui donner une épée de Damoclès ? Dans cette histoire, je le répète, c'est moi finalement l'égoïste. Que faire ? Appeler son père pour lui demander que faire, lui écrire pour lui demander des détails sur ses origines (car ma fille voudra connaître cette partie là aussi). Donner son numéro de téléphone à ma fille, son adresse (mais cela revient à mettre une bombe dans le foyer de son père). J'ai peur de la déstabiliser encore plus si elle essuie un refus. Elle me semble trop jeune. Me Dolto ajoutait que je pouvais lui dire "quand tu seras grande tu pourra le rechercher" ce que je n'ai jamais dis encore. J'ai autour de moi le cas d'une maman solo qui a un fils qui a vu son père les deux premières années de sa vie quelque fois par an et après plus rien. C'est une catastrophe, il réclame tous les jours son père. Il doit faire le deuil encore plus. Est suivi par des psy etc. Oui je suis prête à agir car je suis plutôt une femme d'action, et je ferais face à tout par amour pour elle. Mais quelles actions ? À quel prix pour ma fille ? Les conséquences pire qu'un manque ? Je ne sais pas quoi faire ? Le manque est là et sera toujours là mais c'est par période qu'elle l'exprime. Elle est très gaie, vive et enjouée c'est pour cela que je parlais de spleen. Elle est aussi à l'âge des questions sur la mort et tout se rejoint. Est ce la peur de me perdre moi aussi, hypothèse qu'a émise une amie (elle m'a demandé aussi si je serai au courant si son père mourrait) c'est compliqué car elle sait que si je ne suis plus là, ce sont des amis qui s'occuperait d'elle et non une famille. Excusez moi d'avoir été longue dans ma réponse. En écrivant mon histoire, j'ai envie de conclure en disant que je regrette profondément de donner à ma fille cet héritage de solitude et de vide familiale et que je n'ai rien anticipé de tout cela.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


201988
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Qui vit loin de son ou ses enfants ?

image

Bonsoir a tous, Je me retrouve ici, sur un forum, pour chercher des solutions. Pour entendre vos histoires, vos ressentis, vos émotions et vos solutions de vie, loin d'un enfant. Seulement je me rends bien compte, qu'il n'y a que des solutions de...Lire la suite

Un bébé et plus de papa

image

Tiens je vais vous raconter mon histoire pour vous encourager les filles ! Je me suis retrouvée seule avec ma petite alors qu'elle avait 9 mois. Le père ne supportait pas les responsabilités que demande une famille. Un autre immature ou plutôt...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages