Histoire vécue Famille - Enfants > Familles nombreuses      (746 témoignages)

Préc.

Suiv.

Et si nous parlions de noel

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 624 lectures | ratingStar_517275_1ratingStar_517275_2ratingStar_517275_3ratingStar_517275_4
Alphonsine nourrit régulièrement son poisson rouge, et quelques doutes sur le père Noël. Elle sait que le personnage existe, mais cette profusion de pères Noël la rend perplexe. Il ne se passe pas un jour sans qu'elle ne rencontre un au moins trois ou quatre pères Noël différents. La télévision en montre des bataillons, les rues en sont pleines. Des pères Noël distribuent des prospectus - des prospecti, comme dit son Papa -, vendent des peignoirs et des gaufriers. Ou encore ramassent des détritus - des détriti, comme dit son Papa. On trouve même des manifestations de Pères Noël cyclistes et des Pères Noël musiciens de rue, qui demandent de l'argent. Sa Maman ou son Papa leur laissent quelques pièces, avec le même sourire crispé que lorsque c'est un SDF (Alphonsine a une idée plus précise du SDF que du père Noël mais là n'est pas la question). Or, le père Noël, c'est quelqu'un d'important, il mérite des égards, ce n'est pas n'importe qui ! Alphonsine a très envie de croire au père Noël, mais elle n'aime pas qu'on la prenne pour une idiote. Quant à son petit frère Gustave, à chaque fois il s'extasie. Apparemment, cela ne le dérange pas de rencontrer le Père Noël cinq fois par jour, avec une allure et une voix différente. C'est bien la définition du petit frère : rien ne le dérange, mais il dérange beaucoup. Gustave est un garçon qui, quand il ne s'extasie pas, dérange, et inversement. Alors, un jour, elle demande à ses parents : " Pourquoi y a-t-il tant de pères Noël ? " - Tous les pères Noël que tu vois sont de la famille du vrai père Noël, répond Maman. Et Papa ajoute, en riant : " C'est une famille nombreuse. La seule à faire des enfants, malgré la volonté du gouvernement d'étrangler la famille… " " Oh, je t'en prie ", dit Maman, à l'adresse de Papa. Donc, ce ne sont pas de vrais pères Noël, en conclut Alphonsine. C'est bien ce que je pensais. Et elle se dit : " Moi, ce que je veux, pour Noël, c'est rencontrer le vrai Père Noël ". Viennent les samedis de décembre. La famille d'Alphonsine va voir les animations des grands magasins. Gustave s'extasie mais ne dit rien. Alphonsine admire le ballet des marionnettes et les nounours déguisés en cosmaunotes. Il n'y a que le vrai Père Noël pour inventer ça, pense-t-elle. Dans le magasin, c'est la cohue. Il fait encore plus chaud que près du marchand de marrons. Près de l'entrée, la foule est - si c'est possible - encore plus compacte. Des gens, armés de micros et de caméras, s'agglutinent autour de quelque chose, qu'Alphonsine ne voit pas. Elle profite d'un moment d'inattention de ses parents, qui s'empuantissent chez Thierry Mugler, pour prendre son frère par la main et se faufiler dans le semis compact des jambes d'adultes. Et là, sur qui tombent-ils ? Un Monsieur. Il n'est pas très grand, mais comme Alphonsine et Gustave sont tous près de lui, ils le trouvent immense. On lui illumine le visage mais il n'a pas l'air du tout impressionné. Il dit : " Il ne faut pas oublier, dans cette période de consommation intensive, que la très grande majorité des salaires de la distribution sont des bas salaires, très proches du SMIC ". Alphonsine fronce les sourcils mais sourit en entendant " SMIC " (que mentalement elle orthographie SMIK) , parce que c'est un nom qui sonne joli : comme une grenouille qui décolle d'une flaque, ou un bisou de girafe. Gustave s'extasie, comme à son habitude. Le Monsieur a une petite barbe grise et des lunettes ; il paraît très savant. Il sourit en plissant les yeux : ce Monsieur-là, il doit deviner toutes vos envies de cadeaux avant même que vous ne les ayez prononcées. Pas de doute, se dit Alphonsine, c'est lui le vrai Père Noël ! Elle aimerait lui parler, mais n'ose pas. Lorsqu'elle entend : " Alphonsine et Gustave sont attendus par leurs parents à l'accueil ". Elle sort de la mêlée et pince très légèrement Gustave qui se met à hurler. Comme ça, ils sont vite repérés. Alphonsine se fait gronder par ses parents, si blancs qu'on les croirait poudrés. Papa a couru partout et il ne sent plus Thierry Mugler mais la transpiration. A choisir, Alphonsine préfère. Le soir, en prévision du samedi suivant, ses parents lui demandent : " Alors, qu'est-ce que tu vas lui demander, au Père Noël ? " - Je veux juste le rencontrer, et je lui demanderai moi-même mon cadeau. C'est un tout petit cadeau. - Mais, tu sais, le vrai Père Noël, on ne le rencontre pas comme ça, dit Papa. On peut passer toute une vie sans le rencontrer. - Moi je l'ai vu aujourd'hui. - Où ? - Aux galeries d'la paillette. - Ah ! Non, c'était encore un faux, un cousin. C'est vrai qu'il était bien déguisé. - Pas du tout ! S'exclame Alphonsine, satisfaite de prendre à tort son père. Il était pas du tout déguisé ! - Pas du tout du tout, dit rêveusement Gustave. Les parents les regardent attendris. Plus tard, pour le dessert, les parents allument la télévision. Le présentateur dit : nous avons Robert Hue en direct de Maubeuge… " Son père dit : " Et c'est parti pour le même refrain ". Sitôt que Robert apparaît, Alphonsine le reconnaît. Alors, ravie, elle court vers la télévision en criant : " C'est lui ! C'est le vrai père Noël ". Gustave hésite entre s'extasier sur le vrai père Noël ou continuer à s'extasier goulûment sur son dessert. Comme il n'arrive pas à trancher, il hurle. Le calme revenu, et Robert Hue sorti de l'écran, Alphonsine revient à table. Sa mère rompt le lourd silence : " c'est lui que tu veux rencontrer ? " Alphonsine hoche la tête d'un air déterminé. - Il ne manquait plus que ça, soupire doucement maman. - De quoi te plains-tu, lui dit papa, ça aurait pu tomber sur Mégret. - Tu n'as décidément aucun sens psychologique, lui répond Maman. Ses parents croyaient que cela lui passerait. Ils lui disaient : " Il est très occupé. Il n'aura pas le temps de te recevoir. Tu te rends compte, si tous les enfants voulaient lui parler, ce ne serait pas possible ! " Mais Alphonsine était inflexible. " Très bien, si c'est comme ça, tu n'auras pas de cadeau ", lui dirent sans y croire ses parents, se punissant eux-mêmes. Un soir, les enfants couchés, les parents décident d'affronter la situation… et Robert Hue. " Je vais essayer de le trouver place du Colonel Fabien, dit le père. Je prendrai mon lundi. Je ne me raserai pas pendant trois jours, je mettrai un pull en V, un peu tâché, et je me ferai passer pour un militant de fraîche date… " - Ne fais pas l'idiot. Et de toute façon, ce n'est pas là qu'il est le plus disponible… Il n'est pas maire d'une ville en banlieue ? Il suffirait de le cueillir à la sortie du conseil municipal… " - Ah oui, il est maire de… Corbeil-en-Parisis ou la Montagne Ste-Corbeil ou quelque chose comme ça… - Montigny les Cormeilles. Alors, un jeudi en fin d'après-midi, ils partent tous les quatre vers cette contrée lointaine. Maman conduit et Papa tient la carte. Ils paraissent plus intimidés, plus désorientés que lorsqu'ils voyageaient en Indonésie, au Guatemala, traînant Alphonsine parmi leurs bagages, avant que Gustave ne vienne au monde. Ils se perdent un peu et se fâchent beaucoup. Papa marmonne : " je le retiens, ce psy, avec ses envies de père Noël qu'il ne faut pas brider… " A l'arrière, Gustave dort et Alphonsine, lit les pancartes des villes dortoirs, se construit un monde féérique : Argenteuil, l'oeil d'argent, Bezons-Bisons, La Colombe dans le Bois et le lapin de Garenne, Nanterre, Terre des Nans… Et : Montigny les Cormeilles. Ils arrivent juste avant la fin du conseil municipal. Ils se sont, bien entendu, assurés que le maire en titre y participe. - Monsieur Hue, s'il-vous-plait… - Oui, Madame ? Dit le maire d'un ton à la fois aimable et énergique, mais qui crispe Papa. - Notre enfant a une question à vous poser. - Tous se tournent vers Alphonsine. Elle est bien sûr très intimidée. Elle regarde longuement ses parents, prend sa respiration, puis dit ce qu'elle a vu dans un petit morceau de film, il y a quelques jours, et qui lui a bien plu : - Seul à seul. Maman est confuse. - Pourriez-vous lui accorder un très court entretien ? Le maire les regarde, perplexe, désarçonné. Mais il se reprend très vite : Mais pourquoi pas, après tout c'est une charmante petite fille, dit-il de son air pénétré de vrai Père Noël. L'espace d'un instant, un frisson d'effroi saisit les parents. Ils regardent, anxieux, Robert et Alphonsine s'éloigner dans un bureau de la mairie, et fermer doucement la porte derrière eux. Il réapparaissent une minute plus tard. Alphonsine ne paraît ni comblée, ni inquiète : elle est paisible. " Eh bien, Madame, Monsieur, au plaisir. Au revoir, Alphonsine ". Le maire semble un peu gêné. - Alors, tu l'as, ton cadeau ? Dit la maman. - Pas encore, mais il m'a promis que je l'aurai bientôt. Sans tarder, il a dit ! Le soir, Alphonsine regrette que ce soient les vacances : elle aimerait raconter ses aventures à ses copines. Alors, elle va dans la chambre de Gustave. Il y a des soirs où il hurle jusqu'à minuit, d'autres où il est éveillé, les yeux grands ouverts, prêt à gober tout ce qui passe : mouche, tétine, bonbon, chanson, parole… De toute façon, c'est toujours mieux pour Alphonsine que de parler à son poisson rouge. - Tu veux que je te dise ce que je lui ai commandé, au vrai Père Noël ? Gustave la regarde avec intérêt mais ne répond pas. - Une surprise, continue Alphonsine. Je voulais une surprise. Mais il m'a dit qu'il ne savait pas quoi m'offrir. Il m'a dit que j'avais sûrement plus d'imagination que lui et qu'il fallait que je l'aide un peu. Gustave est tout ouïe, toute vue, tout goût. - Je voulais une surprise. J'ai demandé quelque chose… que je ne sais pas ce que c'est… … Je lui ai demandé… UN SMIK, s'exclame Alphonsine. Et Gustave se met à hurler. Bonnes Fetes de Noel. A bientôt. Plume d'hiver.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


517275
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Inceste frere/frere - relations freres-sœurs

image

Voilà ! C'est après avoir lu pas mal de choses sur ce forum mais aussi sur le net en général que je décide de vous raconter mon histoire… à l'âge de 6 ans, mon frère a eu le 'loisir" de me faire découvrir le sexe en général mais surtout...Lire la suite

Avis aux parents de 4 enfants !!

image

Bonjour à toute la petite famille, Je vous réponds car c'est rare de rencontrer une famille presque comme la mienne. J'ai en effet cinq enfants de 15 ans à 3 ans. Je m'appelle Dominique, mon quatrième enfant et, en l'occurence ma troisième fille...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
7 à la maison
Sur le même thème
Ma famille
Famille nombreuse, famille heureuse !
Voir tous les  autres témoignages