Histoire vécue Famille - Enfants > Familles recomposées      (766 témoignages)

Préc.

Suiv.

Enfants/ados maltraites. vous etiez comment? et qu'etes vous devenus? - enfants maltraites

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo - 06/04/13 | Mis en ligne le 09/06/14
Mail  
| 504 lectures | ratingStar_530875_1ratingStar_530875_2ratingStar_530875_3ratingStar_530875_4
Bonjour. Pourquoi ne parlerais tu pas de toi ? Tu vis encore chez tes parents, tu es adulte, comment/si t'en es tu sortie ? Moi, j'ai 33 ans, je suis mariée (depuis 10 ans environ) et maman de 3 petites filles. Et ma foi, ça se passe bien. Je suis maman au foyer aujourd'hui mais j'ai travaillé, et ça ne s'est pas si mal passé que ça. J'ai de bonnes relations avec ma famille (mère, frères et soeurs, demi frères, demi soeurs) , quelques amis que j'apprécie et que je sais qu'ils m'apprécient, et je n'ai plus peur des autres, même si j'ai toujours du mal à créer des liens ou à m'intégrer (ça prend très très longtemps, j'ai besoin de me sentir bien, de connaitre un peu la ou les personnes, etc) , j'aime toujours pas quand il y a trop de monde. Ce que je veux dire, c'est que je ne suis plus tétanisée en face de personnes (qui ne m'ont rien fait). Je vis à peu près comme n'importe qui, pas de phobie, d'angoisse particulière, toujours réservée mais souriante, aimable, enfin, voilà quoi. Mais on va remonter un peu plus loin. La cellule familliale dans laquelle j'ai grandi est un peu particulière, ou en tout cas, pas dans les normes standard. Mes parents, ma belle mère, mes grands parents et les enfants. Pour moi, c'était normal, non pas que je pensais que tout le monde vivait comme ça, mais je ne me posais pas la question tout simplement. Oui, ça s'appelle la polygamie. Petite précision mais non des moindres, car sinon, je pense que les choses auraient pu être toutes autres, la jalousie entre les deux mères, ou la jalousie de ma bm, sa haine de nous, ses alliés en les personnes de mes grands parents (paternels) , qui de par leur statut étaient tout-puissants. Mon père travaillait beaucoup et il laissait le soin aux maman de s'occuper de LEURS enfants. Et ma mère qui ne pouvait rien faire. Je me souviens quand on pleurait, qu'elle venait nous consoler en nous passant la main sur les cheveux, en disant "ne pleure pas, ne lui en veux pas etc". C'est eux qui nous gardaient quand les mamans travaillaient (entreprise familliale) , mais dans mes souvenirs, j'ai toujours eu ce sentiment que ma mère était exploitée pendant que ma bm profitait. Et j'avais l'impression que c'était pareil au niveau des enfants. Les allocs, pour la bm. Je me souviens des sorties qu'elle faisait avec ses enfants (ou la grand mère) et qu'elle nous empêchait d'aller avec eux, je ne me souviens pas de sortie avec ma mère. Je me souviens d'une fois où elle (la bm) nous a pris avec elle, je me souviens de la fontaine à eau où j'étais allée boire, des arbres, des pommes qu'elle avait apporté, j'étais contente. Je devais avoir moins de 10 ans. Les fois où elle (ou la gm) emmenait ses enfants dans sa chambre où ils s'enfermaient pour le goûter. C'est mon grand père qui nous frappaient mais j'en ai toujours voulu plus à ma bm. Quand j'étais plus jeune, dans mes rêves, quand j'essayais de fuir quelque chose, des soldats, des monstres, c'était toujours de la maison, et j'essayais de me frayer un chemin en m'enfuyant par le jardin, de me glisser dans les ombres des lampadaires, pour aller chez ma copine. (jusqu'à la quinzaine d'année à peu près). Ou encore quand j'étais enfermée dans la cave, mais qu'elle était remplie de paquets de gateaux, tant que je n'aurais jamais pu tout manger, et je n'avais qu'à tendre le bras, mais je n'osais jamais et enfin, après ce qu'il me semblait être une éternité, quand je me décidais enfin, je me réveillais. Toujours toujours toujours. Je n'ai jamais pu manger dans mes rêves, je ne sais pas si c'est possible, comme quand on dit qu'on ne peut pas lire etc. Comment je réagissais ? Que voulais tu que je fasse ? J'ai subi, je courrais pour aller me cacher ou m'enfermer dans la salle de bain ou les toilettes, j'étais obligée d'obéir etc. On se serrait les coudes entre nous. Ma première révolte, c'était à l'adolescence, quand j'ai poussé mon grand père dans les escaliers. Oh, il s'est pas fait mal, hein. Il était derrière moi, je venais de me prendre un coup, j'ai réagi, je l'ai poussé, il est juste tombé sur ses fesses, mais il a eu la haine, ça c'est clair. Il m'a poursuivi dans la maison, je lui ai balancé deux chaises, et au final, je me suis retrouvée coincée dans la cuisine avec lui un couteau à la main. Je crois bien qu'il m'aurait tué si ma grande soeur (de ma bm) ne s'était interposée. (juste une parenthèse, je raconte simplement, ça ne m'atteint plus.). Après, il me semble que j'ai eu à peu près la paix. Voilà en gros, avec ma bm et mes grands parents. Mon père, il a toujours été un peu distant avec ses enfants, pas très affectueux, mais jamais violent non plus. Il faisait parfois la morale pendant des heures, mais c'est tout. Mais je ne sais pas, j'ai toujours SU qu'il ne m'aimait pas. Et ça aurait pu rester des idées si l'une de mes soeurs n'avait voulu en avoir confirmation auprès de lui. Et elle l'a eu. Bref. Les seules fois où il m'a montré de l'intérêt, c'était quand il avait un service à me demander (dans ma vie de jeune adulte, et oui, j'avais un chéquier, mon permis, une voiture… (ma mère m'a aidé à payer le premier versement, j'ai payé tout le reste seule, et ma voiture aussi avec l'argent que je me gagnais en travaillant aux champs). Aujourd'hui, ça n'a pas tellement changé sauf qu'il n'attend rien de moi comme je n'attends rien de lui. Quand on se voit chez ma mère, on peut rester dans la même pièce sans s'échanger une parole (sauf le bonjour et le au-revoir) , il ne s'intéresse jamais aux filles, ne demande jamais comment elles vont, ne demande jamais comment ça va à l'école etc. Je ne l'avais jamais vu faire un calin à l'une de mes frère ou soeur (même demi frère ou demi soeur) alors la fois il y a quelque années quand j'ai vu une de mes petite soeur (demi soeur) le prendre dans ses bras et lui, rire avec elle, ça faisait bizarre. Après, comme ça faisait déjà quelque années que je ne vivais plus là bas, les derniers étaient encore petits… ma bm aujourd'hui, quand je la vois, elle fait des grands sourires, demande comment va mon mari, les filles etc. Elle n'a pas changé. Ma mère, je ne lui en avais jamais voulu, jusqu'à ce que je sois moi même maman. Maintenant, c'est passé. Elle a fini par se séparer de mon père. Voilà un peu mon enfance et ma vie d'aujourd'hui, j'ai fait l'impasse sur ma scolarité, trop dur, et les cheminements, mes expériences etc qui font qu'aujourd'hui, je vais mieux. C'est trop compliqué et long à raconter. Bien sûr, le tableau n'était pas tout noir. J'ai de bons souvenirs avec mes cousins, j'ai eu une amie qui ne m'a jamais jugé ni moi, ni ma famille. Tout le monde n'était pas méchant, au contraire. Évidemment, j'ai connu quelques cons et essuyé quelque méchancetés, mais comme tout le monde, je pense. Mais c'était une miette au final. Des pans de souvenirs entier, liés à deux soeurs, un groupe d'amis, etc. Je me souviens d'une prof au collège, une vieille en pré-retraite, de la vieille école. Je l'ai eu, en 6è ou en 5 è. Elle tirait les cheveux des élèves, tapait avec la règle etc. J'en avais une peur folle. Et pourtant, paradoxalement, c'est aussi l'une des seules (pour ne pas dire la seule adulte) à cette époque qui a fait quelque chose pour moi. Quand je l'avais avant la récré, souvent, elle me gardait un moment après le cours et elle me donnait à manger du pain d'épice en me disant que je devais prendre des force etc. C'est vrai que j'étais chétive lol. Concernant mes frères et soeurs, ce sont surtout les grands qui ont subi les maltraitances. Mes demis frères et soeurs, je les ai hai pendant une époque, une longue époque, puis j'ai compris que ce n'était pas de leur faute, que ce n'était que des enfants, etc. Moi même, je ne sais pas si j'avais été de l'autre côté, si j'aurais réagi autrement. J'ai eu l'occasion de discuter avec certains d'entre eux, après, ça fait quelque années. C'était pas tout rose non plus pour eux. C'était pas comme que je pensais. Pas tout. Pourtant, on a grandi dans la même maison… avant que j'oublie, le boulot, ça n'a pas toujours été facile, surtout au début, avec mon problème avec les autres. Mais le sentiment de faire bien son boulot, d'être valorisée dans son boulot (bon, je n'étais pas cadre ou quoi que ce soit) etc, ça fait du bien et c'est comme ça que petit à petit, on en sort. Pareil avec les amis.
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


530875
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Ma vie vire au cauchemar... - relations parents-enfants

image

Bonsoir, C'est la première fois que je vais dévoiler ma vie, surtout sur internet, mais je vais essayer… D'avance, excusez-moi pour le roman que je risque de pondre… Je m'appelle Julie, j'ai 19ans et me sens malheureuse, je m'explique…...Lire la suite

J'aime mon compagnon mais je ne supporte plus sa vie... - familles recomposees

image

@ patchoune, me faire lyncher quand je lis les reactions de certaines, je me dis qu'avec ce que j'ai écrit je vais me faire incendier !! Citation : Visiblement dans cette famille, il n'y a que le père qui veut bien s'occuper de ses enfants, se sont...Lire la suite