Histoire vécue Famille - Enfants > Maltraitance      (824 témoignages)

Suiv.

En manque d'un père aimant

Témoignage d'internaute trouvé sur e-sante 46 ans
Mail  
| 2843 lectures | ratingStar_143_1ratingStar_143_2ratingStar_143_3ratingStar_143_4

Une histoire d'enfance malheureuse parmi tant d'autres, la mienne…

J'ai 46 ans et je ne supporte pas de voir devant moi un père témoigner de l'affection à ses enfants.

Retour dans mon passé : une mère aimante mais psychotique, donc souvent absente pour hospitalisation, et un père minable, qui au lieu de me servir de guide et de me témoigner de l'affection ne m'a jamais apporté autre chose que de l'ironie en réponse à mes tentatives d'obtenir son approbation sur mon comportement, et un surnom humiliant : "mémère".

Il a été aussi un mari minable, loin d'aider ma mère, il l'a enfoncée dans sa maladie par son attitude humiliante et égoiste.

A l'adolescence, je le détestais et j'aurais voulu dénoncer son attitude à toute la famille. J'avais hâte de quitter le domicile de mes parents.

A l'âge de 22 ans, j'ai pu quitter cet enfer et m'installer dans mon propre appartement. A cette époque, je me souviens que je m'étais mise à me pouponner ; je m'étais acheté un biberon et il m'arrivait aussi de manger des petits pots pour bébé. Je les détestais ces bébés qui étaient l'objet de toutes les attentions de la part de leurs parents !

Aujourd'hui, je me considère comme orpheline aux trois quarts, avec ce père factice et cette mère à temps partiel, qui ont servi de piètres tuteurs à mon épanouissement et ma croissance. J'ai une sensation de vide que je tente souvent de combler par un excès de nourriture.

Comme si cela n'était pas suffisant, je suis tombée amoureuse d'un homme avec lequel j'ai vécu l'enfer pendant 17 ans. J'ai eu deux filles avec lui. Il y a peu de temps que j'ai compris qu'il s'agissait d'un pervers narcissique.

Il y a quelques mois, j'ai fait la connaissance d'un homme adorable et nous avons l'intention de vivre ensemble dès qu'il aura réglé son divorce. Mais gros souci pour moi, il a une fille de 18 ans. Je redoute le jour ou il va me la présenter : est ce que je vais supporter de voir l'affection qu'ils se portent, leur complicité ?

Je ne supporte déja pas les marques d'affection que mon collègue de travail donne à sa fille lorsqu'elle lui téléphone au bureau. J'ai envie de lui hurler d'arrêter et je l'avoue, parfois aussi, de lui faire mal, pour oser étaler devant moi l'amour qu'il porte à sa fille, parce que c'est pour moi une horrible souffrance.

Comment dépasser tout ça pour me sentir plus sereine ? Merci pour votre aide.
  Lire la suite de la discussion sur e-sante.fr


143
b
Moi aussi !
24 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Tout le monde me deteste.

image

Bonjour. Je suis un garçon de 13 ans qui souffre à cause de beaucoup de personnes, en commençant par ma propre famille. Mon histoire est un peu compliquée, pour la connaître il faut connaître également celle de ma mère. Elle est née dans une...Lire la suite

Marre des aides soignantes

image

Là où je bosse, la Direction et le cadre de santé nous ont clairement dit : " si un résident est opposant et agressif avec vous, vous ne serez pas sanctionnés si vous repassez plus tard pour la toilette, ou même si vous faites une toilette...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages