Histoire vécue Famille - Enfants > Maltraitance      (824 témoignages)

Préc.

Suiv.

Voilà, j'obéissais par habitude, et par peur des conséquences de mes bêtises.

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 397 lectures | ratingStar_276950_1ratingStar_276950_2ratingStar_276950_3ratingStar_276950_4
Citation : J'ai obéi, j'ai plié l'échine (dans tous les sens du terme car ma mère disait à notre entourage quand j'avais 7-8 ans "le dressage est fini, on peut commencer l'apprentissage") , la plupart du temps je ne me posais pas de questions et quand je résistais la sentence tombait illico, des sentences "légères" comme aller au coin, ou dans ma chambre, et des sentences que je vois maintenant comme largement excessives comme être privée de repas (enfant, si si) , les claques (j'ai reçu la dernière à 16 ans) , et le fouet. Voilà, j'obéissais par habitude, et par peur des conséquences de mes bêtises. Tu as été abandonnée par ta mère biologique puis maltraitée par ta mère adoptive. Citation : J'ai commencé à louvoyer vers 16-17 ans, en sortant en cachette le week-end, en fréquentant en secret des gens infréquentables (ma meilleure amie dont les parents ne sont pas mariés, horreur) , et en m'intéressant aux garçons, que j'ignorais totalement jusqu'alors. Mais aucune rébellion ouverte, j'avais plusieurs vies, une que je présentais à mes parents (le lycée, la fac, les amis "montrables") et une que je me réservais (tout le reste). Tu n'avais pas beaucoup d'autres choix Mariah devant une mère maltraitante ! Devant la pefection qu'elle exigeait de toi, tu ne pouvais que mentir pour survivre (pour moi, je n'appelle pas cela de la vie). Citation : Donc pas de rébellion, mais des confrontations avec ma mère, qui tentait de me faire obéir "tu ne dois plus voir une telle" ben ça va être difficile, c'était ma voisine de bureau en classe de 1ère ! Plus tard ma mère m'a dit qu'elle avait eu l'impression que je n'avais pas fait de crise d'ado, je rentrais à l'heure, je sortais peu ou de façon très encadrée, j'avais de bons résultats scolaires… même schéma en fac. Tu pourrais lui en vouloir Mariah ! C'est quand même souffler le chaud et le froid : tu dois faire comme elle te dit sous peine de coups et s'étonne que tu ne te rebelles pas… Elle est gonflée ! Citation : Ensuite, j'ai eu mon diplome, je suis partie pour la 1ère fois dans mon pays d'origine (le brésil) sans connaitre personne, sans aucun contact avec un sac à dos et j'y suis restée 3 mois. Sais-tu ce que tu es allée y chercher ? As-tu trouvé ? Citation : Je suis revenue, j'ai choisi n'importe quel travail et j'ai pris un appartement. Ma mère a commencé à changer son mode de communication avec moi car elle n'était pas d'accord pour que je parte au brésil, et quand je l'ai fait elle a du comprendre qu'elle avait moins d'emprise sur moi. En plus de là-bas j'envoyais des mails tous les jours, et j'étais heureuse de raconter ce que je faisais, vivre sans horaire, aller à la rencontre d'inconnus (mon dieu ces sauvages qui s'entretuent, comme on montre à la tv) , découcher à peu près tous les soirs de l'hotel ou des gens qui m'hébergeaient que je ne connaissais ni d'ève ni d'adam… Elle est peut-être là la crise d'ado ? Citation : Ensuite, j'ai rencontré celui qui allait devenir le père de mes enfants, et j'ai compris en lisant ce forum que je l'avais choisi par "fidélité familiale" : il était (est toujours) beau, présente bien, diplomé d'une grande école (comme la plupart de mes cousins, mais pas moi, j'ai un diplome de fac autant dire un sous diplome dans ma famille) , cultivé… Souvent, notre premier compagnon, c'est pour faire plaisir à papa-maman… Citation : Je me suis séparée de mon ex compagnon, après la phase pleurs etc car elle n'avait rien vu venir (elle me l'a dit) , c'est là qu'elle a commencé à m'écouter vraiment… comme quoi il n'est jamais trop tard, à 26 ans ! J'ai su par ma soeur qu'elle avait soupçonné une présence masculine autre que le père des enfants après la séparation, mais ma soeur a nié (elle était de bonne foi) et ma mère ne m'en a jamais parlé. De là où je suis, je trouve ta mère très intrusive. Elle se pose un peu comme "celle qui sait mieux que toi". C'est ce que j'appelle les "mère-veilleuses"… Citation : En fait je ne voyais pas ma mère parfaite, loin de là ! Elle était parfaite dans son monde "bonne famille", avec des codes "bonne famille" et des habits "bonne famille'', mais je n'ai jamais eu l'impression de faire partie de ce monde. Oui, toi, tu voyais bien que quelque chose clochait : elle se montre parfaite au Monde et est tyrannique et violente, voire "violante" dans sa famille nucléaire. Citation : Je n'ai jamais vu ma mère biologique comme défaillante, par contre ma mère (tout court, ma mère) me l'a présentée comme telle, c'est clair. Je suis née de la relation d'un homme marié et père de famille, entre 4 et 6 enfants de mémoire et de sa domestique, qui n'était pas sa femme bien sur. (ouiii je sais, l'homem marié et la maitresse, on me l'a sorti aussi) quand j'interrogeais ma mère sur mes origines, elle me répondait (je cite) que mon père biologique avait cédé à ses "pulsions" et avait fait preuve de "faiblesse". Ça aussi, c'est maltraitant de présenter à un enfant ses parents biologiques comme un abuseur et une faible ! Citation : Et ma mère biologique n'avait pas les moyens de m'élever, d'où un abandon sous X. Allez, deuxième couche ! Extra pour casser l'estime de soi… Citation : Alors non je ne l'ai jamais vu comme défaillante, et même quand j'étais petite et bien imprégnée par une éducation ultra catholique, je savais qu'un truc clochait dans l'histoire. Bon ce qui est sur c'est qu'ils ont partagé un acte sexuel, mais le reste, si c'était un acte isolé ou dans le cadre d'une relation suivie, personne n'en sait rien… d'ailleurs j'ai toujours charrié ma mère à ce sujet, ma mère bien catholique comme on l'aura compris en lui disant que si mon géniteur n'avait pas commis le péché de chair doublé de l'adultère, je ne serais pas née et elle, ma mère, en aurait été bien marrie… et là elle s'est toujours embrouillée dans ses explications, oui mais non… Là, tu es à coup sûr en présence de liens transgénérationnels… Citation : Pour ma mère biologique j'imagine que laisser son enfant à l'hopital n'est pas une partie de plaisir, je pense qu'il faut en être réduit à la dernière extrémité (financière, morale…) pour en arriver à faire ça… sans compter l'absence totale de l'implication de mon père biologique à ce niveau. Ma mère ne voit pas les choses comme ça : j'ai été laissée à l'hopital pour mon plus grand bien, mais aucune réflexion sur mon géniteur, sa conception très personnelle des responsabilités… A ta place, je n'irai pas chercher du côté de ton géniteur, mais plutôt du côté de ta mère adoptive. Sa manière de voir l'abandon comme une chance, ça, c'est vue de sa fenêtre égoïste ! Il est vrai que la défaillance de tes parents biologiques lui ont donné l'opportunité à elle d'être mère. Elle doit être dans un double conflit entre ses croyances (c'est dégueulasse de faire un enfant hors mariage) et ses envies (j'ai envie d'être mère, même a prix de prendre un enfant né d'une histoire amorale à ses yeux). Sais-tu pourquoi ta mère a adopté des enfants ? Citation : À la limite j'ai toujours considéré mon père biologique plus défaillant que ma mère… sans compter (je viens de percuter) que je sais qu'elle avait dans les 16 ans à ma naissance, et mon père biologique devait être plus âgé pusiqu'il avait 4 enfants et une situation établie… Cela te fait penser à quoi ? Citation : Elle était présente, en bien (tendresse, douceur) et en mal (je n'oublie pas les coups). Mais je retiens d'elle le bien, car depuis elle m'a demandé pardon pour les gestes violents, et puis son attitude par la suite a à mes yeux largement rattrapé le reste, notamment son soutien après ma séparation alors que dans ma famille, on ne se sépare pas non plus… Excuse moi, mais je trouve que c'est trop facile et toi, bonne poire, tu pardonnes un peu vite. "Je t'ai foutu a branlée, c'est pas de ma faute pardonne-moi" et toi, tu "oublies"… Mariah, tant que tu ne l'auras pas remise à sa place, à savoir, une mère intrusive et abuseuse qui t'a maltraitée, tu auras du mal à avancer dans ta propre vie. Citation : Non, comme un mari je dirai ! C'est mon ex compagnon qui aurait du m'épauler, comprendre pourquoi je restais allongée avec des sciatiques, sans rentrer le soir en me disant que le sol n'est pas fait ! C'est ainsi que franklin a commencé à faire mon sol, il ne voulait pas que je me prenne encore ce type de réflexions dans la tête… Qu'a-t-il joué lui, en se comportant ainsi ? Je trouve étrange qu'une amant fasse le ménage de sa maîtresse. Il se comportait peut-être comme une mère… Citation : Je pense que c'est plus complexe pour franklin… il est pétri de peurs. Et tu crois que ton père n'avait pas peur de sa femme tyrannique ? Citation : Pour mon père, je lui ai toujours reproché silencieusement le fait d'avoir laissé ma mère me punir ainsi. Tu as le droit aussi de lui en vouloir car il ne t'a pas protégé. Citation : Mon père, quand je protestais me disait ''tu dois obéir à ta mère''. Plus tard, quand je lui faisais remarquer qu'il pouvait avoir une opinion propre, il haussait les épaules et changeait de pièce car il ne supportait pas de m'entendre pleurer etc. C'est surtout que tu lui renvoyait son incapacité à te protéger, donc à être un bon père… Citation : D'ailleurs, il n'a jamais levé la main sur moi, plus tard j'ai essayé de le pousser à bout avec insolence (vers 18 ans) il a levé la main et l'a baissée en disant "non, je ne peux pas". Je n'ai plus jamais été insolente envers lui. J'aime les gens qui s'affirment en face de moi, mes amis ont des personnalités affirmées, je ne crois pas qu'il s'agisse uniquement de mon père et de franklin… Ce n'est peut-être pas ton père, Franklin, ta mère ou ta soeur : ce sont eux tous ! Un petit peu de chaque ! Citation : Il faut creuser du coté des raisons qui motivent nos choix, mais j'ai fort à faire avec les miennes. C'est là où il est important de chercher ! Tu as raison ! Citation : Je maintiens qu'il a fait un choix par peur, peur de perdre ses enfants, de mettre en place de nouveaux repères, de déménager et perdre son train de vie, de se mettre des gens à dos… de moi peut-être qu'il savait qu'il n'avait pas grand chose à craindre s'il me quittait ! La bonne question est la suivante : pourquoi m'est-il donné cela à vivre ? Citation : Mon père n'est pas bavard, j'ai toujours parlé avec ma mère, que ce soit pour donner un ais, échanger, s'affronter… c'est dur d'avoir une complicité intellectuelle avec quelqu'un de peu bavard non ? Et puis il aurait voulu parler que cela n'aurait pas changé grand chose, ceci explique sans doute cela… Tu fais l'impasse sur les moments d'intimité qu'il t'accordait an rentrant du travail, devant le tableau… Ces moments là sont peut-être les seuls moments intimes que tu eu avec ton père ! Citation : Qu'est-ce qui fait qu'on ne fait pas son oedipe ? Je n'étais peut-être pas attirée par un homme qui ne s'affirmait pas et qui ne dirigeait rien, même un minimum… Je pense qu'il y a plusieurs raisons à cela. L'hypothèse que tu avances est certainement juste. Il y en a aussi d'autres je crois. Par exemple, tu parles de ton père et de ta mère. Mais jamais du couple conjugal. Comment marchait leur couple ? Avaient-ils une sexualité ? A te lire, j'ai l'impression que ta mère régissait d'une main de maître un foyer où elle avait 3 enfants. Comment veux-tu régler un Oedipe si le père est "absent", pas à sa place ? Citation : Tu n'as pas manqué de vigilance, c'est la 1ère fois que j'y fais allusion. Je ne pense jamais en ces termes, ma mère c'est ma mère, idem pour mon père, ma soeur… et ce sont les autres qui me le rappellent, par leurs questions "comment ça se fait que tes parents sont blancs ? ", ou le médecin "quels sont vos antécédents ? " Serait-ce une volonté inconsciente d'occulter cette partie de ta vie ? Ne garder que ce qui est "bien à montrer", comme le fait ta mère ? Citation : Eh oui, je suis atteinte d'abandonnite aigue mais je me soigne. Enfin surtout je me raisonne… en relativisant, en dédramatisant des situations "d'abandon" (genre se faire larguer n'est-ce pas) , j'y arrive à peu près. C'est bien d'essayer mais tu as encore des progrets à faire. Franklin, marié, c'est quand même choisir le mec royal pour être abandonnée… Citation : Et oui là tu m'as fait bosser ! Mais en écrivant cela me permet de mettre en valeur des liens que je n'avais pas fait avant… mes amis se foutent de moi et de mon forum, mais s'ils savaient le temps qu'on gagne ! Laisse pisser… Si tu y trouves de éléments qui te font avancer, reste ! Tu sais, cela fait bientôt 4 ans que je vis seule et environ 3 ans que j'écris ici. "Fidèle/Infidèle", c'est un peu ma maison. Et même si je ne souffre plus d'infidélité, je reste ici car je m'y sens bien. Il m'arrive d'aller faire un tour ailleurs, mais je reviens là. J'avance et c'est ce qui compte pour moi. Peu importe la scène sur laquelle je joue ma pièce ; la pièce que je joue est la même ici ou ailleurs. Moi aussi, je gagne énormément de temps et d'énergie à venir ici (et aussi de l'argent car l'analyse, ça coute ! ). Je continue à travailler avec des thérapeutes : acupuncteur, ostéo, praticiens en shiatsu, psy. Je cherche ce qui me fait du bien et ce dont j'ai besoin : c'est ce que j'ai appris dans mes différentes démarches. Si je peux te donner un conseil Mariah, je pense que l'exploration des liens entre les membres de ta famille d'origine t'apporterait beaucoup. Je suis dispo pour t'en parler si tu le souhaites : c'est un de mes "dadas". Je suis en formation depuis des années autour de ce sujet. Bonne lecture ! Lapipelette.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


276950
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Tout le monde me deteste.

image

Bonjour. Je suis un garçon de 13 ans qui souffre à cause de beaucoup de personnes, en commençant par ma propre famille. Mon histoire est un peu compliquée, pour la connaître il faut connaître également celle de ma mère. Elle est née dans une...Lire la suite

Marre des aides soignantes

image

Là où je bosse, la Direction et le cadre de santé nous ont clairement dit : " si un résident est opposant et agressif avec vous, vous ne serez pas sanctionnés si vous repassez plus tard pour la toilette, ou même si vous faites une toilette...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages